Transcription - Point de vue sur les placements mondiaux du T2

May 30, 2016

Transcription

Point de vue de Gestion financière MD sur les placements mondiaux : T2 de 2017

MARIJA MAJDOUB, vice-présidente, Stratégie de placement, Gestion financière MD

Marija : À la moitié de 2017, les décideurs et le cycle économique demeurent le point central de notre analyse économique.

Comment un ralentissement économique aux États-Unis influencera-t-il les marchés mondiaux (dont le Canada)?

Marija : On ne sait pas encore définitivement si on assiste à un ralentissement économique aux États-Unis. La Fed est convaincue que le premier trimestre, un peu plus lent que dans le passé, n’est pas garant du reste de l’année. Chez MD, nous surveillons de près les indicateurs de croissance économique et les enquêtes menées auprès des entreprises, qui continuent de montrer une expansion aux États-Unis.

Nous avons donc trois scénarios pour la suite de 2017 en ce qui concerne la croissance économique, les mesures de la Fed et les marchés boursiers. Le premier : l’économie américaine continue de croître, l’inflation atteint sa cible de 2 % et la Fed augmente les taux et réduit son bilan. Ce scénario est positif pour les marchés boursiers. Le deuxième : l’inflation n’est pas assez proche de la cible de 2 % pour la Fed et la croissance est raisonnable. La Fed prend une pause et n’augmente pas les taux d’intérêt. Nous pensons que ce scénario sera aussi positif pour les marchés boursiers. Notre dernier scénario : l’inflation est faible, loin de la cible, mais la Fed choisit quand même d’augmenter les taux d’intérêt. Nous pensons que ce scénario causerait un ralentissement économique aux États-Unis et serait très négatif pour les marchés boursiers américains et internationaux. Ce dernier scénario étant le moins probable à notre avis, nous pensons que les actions continueront d’offrir un rendement supérieur à celui des obligations pour les 12 prochains mois.

Quelles sont les perspectives économiques canadiennes pour le deuxième semestre de 2017 et quelles seront leurs conséquences pour les investisseurs?

Marija : Les banques et les sociétés de services financiers canadiennes ont obtenu un excellent rendement depuis le début des années 2000 et n’ont pas tant été ébranlées par la grande crise financière. Nous avons quelques préoccupations quant à leur rentabilité à long terme étant donné les prix élevés du marché immobilier et la hausse des taux d’intérêt, en plus de la faiblesse du secteur de l’énergie.

La décision récente de la Banque du Canada de hausser les taux d’intérêt n’a pas bien été reçue au pays. Notre marché boursier est le seul marché développé à avoir connu un rendement négatif jusqu’à présent cette année.

Nous nous demandons si la Banque du Canada n’a pas haussé les taux d’intérêt trop tôt, puisque son mandat premier est de gérer l’inflation pour qu’elle atteigne une cible de 2 %. Comme le taux actuel est de 1,3, nous ne voyons tout simplement pas ces pressions inflationnistes.

Nous craignons aussi que les exportateurs canadiens soient touchés par la hausse du dollar canadien découlant de l’augmentation des taux d’intérêt.

Voyons-nous des signes positifs pour l’économie mondiale?

Marija : Nous avons commencé l’année avec un optimisme prudent et une position neutre en actions, malgré le renforcement des données économiques. Nous étions quelque peu préoccupés par le risque politique, particulièrement en Europe, et le ralentissement du cycle économique. Depuis, nous avons constaté une réduction du risque politique en Europe, ainsi qu’une amélioration continue de la croissance des bénéfices. Ces indicateurs nous ont incités à favoriser une surpondération neutre des actions.

Toujours dans les actions, nous avons réduit notre position au Canada, puisque nous avons des réserves concernant les cours pétroliers et que nous voyons de meilleures occasions sur les marchés internationaux. Nous avons également relevé notre position en actions internationales, qui sont maintenant en surpondération neutre. Quant aux titres à revenu fixe, nous avons neutralisé leur duration en vendant des obligations de longue durée, puisqu’une étude a montré que les taux continueront de s’apprécier graduellement.

Bilan des rendements de Gestion financière MD : T2 de 2017

Marija : En ce qui concerne le rendement, le T2 a certainement été marqué par davantage de volatilité des actions et des obligations, ainsi que des devises.

La répartition tactique a donné un rendement nul pour le trimestre, puisque notre sous-pondération en actions internationales pour la majorité du trimestre a neutralisé le rendement positif de toutes les autres positions.

Tous nos portefeuilles ont affiché un rendement pratiquement nul; ceux qui contiennent plus d’actions ont obtenu de meilleurs résultats. Nos fonds communs et collectifs internationaux ont fait bonne figure ce trimestre, mais nos fonds d’actions canadiennes et d’obligations canadiennes ont connu un rendement légèrement négatif par rapport à notre indice de référence.

Dans l’ensemble, comment le fonds collectif de dividendes s’est-il distingué au T2?

Marija : Un des principaux facteurs de surrendement a été la sous-pondération du secteur de l’énergie

Comme les cours pétroliers subissent encore des pressions en 2017, le fonds collectif de dividendes a tiré profit du fait qu’il a reçu la moitié de la répartition attribuée au secteur prévue dans l’indice de référence.

Un autre facteur important a été la sous-pondération du secteur aurifère, qui a également subi des pressions considérables récemment. Le choix des titres a aussi grandement contribué à notre rendement, surtout dans le secteur des soins de santé. Par exemple, le fait d’éviter Valeant a été plutôt bénéfique pour le fonds. Celui-ci conserve la position qu’il a depuis sa restructuration, avec une sous-pondération des entreprises du secteur de l’énergie, étant donné leur grande volatilité, et une sous-pondération des entreprises du secteur aurifère, qui offre très peu de rendement, ce qui ne satisfait pas aux exigences du fonds.

En conclusion, le fonds a connu beaucoup moins de volatilité que son indice de référence, et nous nous attendons encore à ce qu’il offre une protection contre les baisses et un rendement supérieur durant les périodes de liquidation sur les marchés, mais un rendement inférieur durant les marchés haussiers cycliques.

Article précédent
Transcription - Perspectives économiques et analyse du marché du T1 de 2018

Article suivant
Transcription - Platine MD