Transciption - Hiver 2019 : Concevoir des portefeuilles qui offrent une protection contre les baisses

February 7, 2019

Ed : [00:00:05] Bonjour à toutes et à tous. Merci de vous joindre à nous aujourd’hui. Je m’appelle Ed Golding et je suis gestionnaire de portefeuille ainsi que vice-président adjoint de l’équipe de gestion des placements de MD. Ma sphère de responsabilité englobe les marchés boursiers américains, les actions à dividendes canadiennes, les actions de base canadiennes, les placements immobiliers privés, le capital-investissement et les placements privés.

Mark : [00:00:24] Je m’appelle Mark Fairbairn. Je suis vice-président adjoint de Gestion des placements et stratégie chez Gestion financière MD. Ma sphère de responsabilité englobe les fonds étrangers et internationaux ainsi que la répartition stratégique de l’actif.

Ed : [00:00:36] Au quatrième trimestre de 2018, les marchés boursiers mondiaux ont traversé une période de très grande volatilité. Cette volatilité est attribuable à un certain nombre de raisons, mais aujourd’hui, Mark et moi souhaitons plutôt nous concentrer sur les mécanismes offrant une protection contre les baisses. Pourquoi cette protection est-elle importante? D’où peut-elle venir? Quels moyens MD prend-elle pour protéger les placements de ses clients contre les baisses? Quels fonds communs et fonds collectifs ont démontré, dans le passé et au cours de la plus récente période de volatilité, une capacité d’offrir cette protection? Répondons maintenant à la première question, celle sur l’importance de se protéger contre les baisses. La volatilité peut représenter un énorme défi pour les investisseurs. Il est évident que personne n’aime perdre de l’argent. Mais il faut aussi se méfier des réactions de lutte ou de fuite ainsi que de l’aversion aux pertes, qui peuvent pousser certains épargnants à tout liquider au pire moment, soit après une période de rendement négatif. Malheureusement, ces périodes sont inévitables lorsqu’un investisseur détient des titres risqués, comme des actions. Toutefois, la gestion active permet de placer des capitaux dans des entreprises susceptibles de mieux résister aux phases baissières et de protéger le capital; les pertes s’en trouvent amoindries pendant les périodes de recul. Comme personne n’aime subir de pertes, la capacité de résistance d’un fonds, si elle est supérieure à celle de l’ensemble du marché, peut procurer un certain réconfort et convaincre les clients de maintenir leur stratégie de placement. Au-delà des avantages de certains comportements, l’asymétrie des pertes accentue l’avantage de la protection contre les baisses puisque, comme nous l’avons mentionné à de nombreuses reprises, si vous perdez la moitié de votre capital, il faudra ensuite le doubler simplement pour revenir à votre point de départ. Il s’ensuit que les stratégies réduisant la volatilité à un niveau inférieur à celle du marché tendent à générer des rendements supérieurs à plus long terme.

Mark : [00:02:26] La protection contre les baisses peut venir d’une multitude de sources et il importe de souligner qu’aucune source à elle seule, outre l’argent liquide, n’est entièrement sûre. Sur le plan le plus fondamental possible, la protection contre les baisses consiste à ne pas détenir les titres les plus touchés par une correction. Ces titres changent cependant d’une correction à l’autre. Ainsi, lorsqu’une bulle boursière éclate (pensons à celle qui a touché le secteur des technologies, des médias et des télécommunications au début des années 2000 ou la bulle japonaise des années 1990), la non-exposition aux segments du marché concernés offre une énorme protection aux investisseurs. Souvent, la capacité d’éviter ces effondrements majeurs est le facteur qui protège le mieux contre les baisses. Dans le cas de la bulle des technologies de l’information des années 2000, même les stratégies axées sur la valeur n’ont pas permis d’obtenir des rendements positifs. Il faut cependant souligner que ces situations sont rares. Par conséquent, lorsqu’il est question d’attentes ou de protection contre les baisses, mieux vaut ne pas rechercher ce genre d’environnement, car vous pourriez être déçu. Dans un scénario de correction plus classique, lié par exemple à des craintes de récession, les entreprises défensives faiblement endettées et moins sensibles à la conjoncture offrent en général plus de stabilité. Il s’agit souvent d’entreprises de qualité supérieure à forte visibilité qui sont actives dans des secteurs non cycliques (produits de consommation courante, services publics, etc.) et dont la capacité de générer des revenus est particulièrement résiliente. Dans ces cas, le degré de protection contre les baisses tend à être plus modeste. Les évaluations de départ peuvent aussi faire peser un risque sur le degré de protection. Il arrive par ailleurs qu’une correction soit déclenchée par une crise géopolitique ou par un choc des prix dans le secteur des produits de base. Dans un tel cas, les segments du marché les plus directement liés à la crise ont tendance à être les plus efficaces. Il est parfois plus difficile de prévoir ce genre de corrections et de se prémunir contre elles. Sans égard aux autres facteurs, de manière générale, les entreprises défensives de qualité supérieure ont tendance à mieux résister aux corrections, et les entreprises liées aux secteurs fortement cycliques des produits de base y sont plus vulnérables. Pensez par exemple aux sociétés énergétiques pendant un choc énergétique. Mais vu la nature conjoncturelle de ces corrections, il est tout à fait possible que même un portefeuille composé de titres de qualité supérieure essuie des pertes dans ce genre de contexte. Heureusement, ces corrections sont habituellement de courte durée et, au bout du compte, un portefeuille de qualité supérieure récupérera vraisemblablement le terrain perdu avec le temps.

Ed : [00:04:33] Chez MD, la protection des capitaux de nos clients pendant les périodes de forte volatilité s’inscrit au cœur de nos principes et processus de placement. Nous prenons très au sérieux notre rôle de dépositaire du patrimoine de nos clients et utilisons tous les moyens à notre disposition pour que le risque intégré aux portefeuilles de nos clients soit calibré de manière appropriée. Le processus exclusif de gestion des fonds de MD comporte plusieurs étapes afin, justement, de déterminer non seulement les ingrédients clés qui ont permis d’offrir une protection efficace contre les baisses dans le passé, mais aussi et surtout, les secteurs du marché et les caractéristiques des gestionnaires susceptibles de générer une protection. Après avoir répertorié les gestionnaires les plus talentueux, nous appliquons un processus en plusieurs étapes pour déterminer lesquels sont les mieux à même d’offrir une bonne protection contre les baisses. Nous passons en revue les principes et les processus de placement mis de l’avant par les sociétés de gestion, analysons le dossier de rendement historique et l’ensemble des titres détenus afin d’en venir à une compréhension approfondie des compétences de l’équipe de gestion et de sa capacité d’offrir une protection contre les baisses. Une fois toutes ces mesures appliquées, nous effectuons une projection des rendements à venir pour chaque gestionnaire de placement envisagé. Après avoir effectué ces calculs, nous sélectionnons le gestionnaire pour qui les attentes ajustées en fonction du risque sont les plus élevées et qui, par conséquent, offre le meilleur espoir de protection contre les baisses. La dernière étape ayant pour objet d’assurer la protection contre les baisses de nos fonds communs et collectifs consiste à répartir les capitaux entre plusieurs stratégies de placement complémentaires de manière à obtenir le maximum de rendement et à s’exposer au moins de risques possible, le tout en intégrant nos attentes de protection contre les baisses à chaque fonds.

Mark : [00:06:34] J’ai choisi de vous présenter deux fonds conçus grâce à notre processus axé sur la protection contre les baisses qui ont offert un très bon rendement malgré la volatilité du quatrième trimestre : le Fonds collectif de dividendes GPPMD et le Fonds collectif d’actions internationales GPPMD. Commençons par le Fonds collectif de dividendes GPPMD. En nous appuyant sur le processus que vient de décrire Ed, nous avons complètement actualisé notre solution d’actions canadiennes à dividendes vers le milieu de 2016 en mettant l’accent sur la production de revenus élevés provenant surtout d’actions canadiennes, tout en intégrant une solide protection contre les baisses. De juin 2016 (soit la date de cet effort de modernisation) à la fin de décembre 2018, le Fonds collectif de dividendes GPPMD a offert un rendement supérieur à l’indice composé S&P TSX par une marge annualisée de 1,5 %. La majeure partie de ce rendement excédentaire a été générée pendant la correction des marchés du quatrième trimestre. Depuis juin 2016, le Fonds collectif a en effet concrétisé seulement 69 % de la baisse des marchés. Cette protection contre les baisses s’explique par la sous-pondération du très volatil secteur de l’énergie et la surpondération du secteur défensif des services publics, jumelées à une sélection d’actions particulièrement judicieuse dans le secteur des soins de santé. Passons maintenant au Fonds collectif d’actions internationales GPPMD. Nos fonds d’actions internationales se sont traditionnellement toujours très bien comportés pendant les phases de volatilité. Lors de chacune des corrections, le Fonds collectif d’actions internationales GPPMD a offert un rendement supérieur à l’indice MSCI EAEO, qui a reculé de plus de 10 % en dollars canadiens au cours des 10 dernières années. Ces résultats s’expliquent par la qualité des titres sélectionnés et par la sous-pondération persistante des titres du secteur financier.

Ed : [00:09:02] Merci Mark pour cette explication utile. Je remercie de nouveau tous ceux et celles qui ont décidé d’écouter ce balado aujourd’hui. J’aimerais conclure en disant que la protection contre les baisses est si importante chez MD qu’elle est intégrée dans ses principes et ses processus de placement, de sorte à préserver le capital de ses clients pendant les phases volatiles du marché, comme celle survenue au quatrième trimestre.

Article précédent
Hiver 2018-2019 — Le point sur les fonds et portefeuilles

Article suivant
Transciption - Hiver 2019 : Pourquoi tout le monde parle-t-il de la courbe de rendement?