Hiver 2018-2019 – Analyse macroéconomique

February 13, 2019

Patrick : [00:00:04] En ce début de 2019, nous pensons que la liquidation survenue au dernier trimestre de 2018 était exagérée et que les actions devraient offrir un rendement supérieur à celui des obligations. Il est vrai que le niveau de risque a augmenté. Les conditions financières se sont resserrées au dernier trimestre, et la faible liquidité a aussi exacerbé la liquidation. Par ailleurs, les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine accentuent le risque, d’où un possible rebond important si le litige devait se régler. Sur le plan des facteurs fondamentaux, l’augmentation des bénéfices et la croissance économique sont assurément favorables aux marchés boursiers en 2019. En ce qui concerne les bénéfices, nous pensons que leur croissance ralentira par rapport au sommet atteint en 2018, mais qu’elle demeurera robuste dans les différents secteurs et pays. Selon nous, la croissance économique mondiale demeurera positive en 2019 grâce à l’économie américaine et tout indique que les risques de récession sont faibles. L’inflation est maîtrisée et la Réserve fédérale semble se préparer à une transition en douceur à l’approche de la fin du cycle de hausse des taux d’intérêt. Cette phase d’augmentation des taux était dans une large mesure circonscrite à l’Amérique du Nord et nous constatons maintenant sur l’ensemble de la courbe des taux de rendement une stabilisation, ce qui devrait créer un contexte moins restrictif pour la croissance. De plus, la Fed et la Banque du Canada ont annoncé que leur politique monétaire reposerait davantage sur les statistiques économiques. À l’international, la Chine aura du poids dans l’économie mondiale en raison des effets positifs à retardement des mesures de stimulation de l’économie du pays. L’amélioration de la conjoncture en Chine pourrait entraîner une amélioration dans la zone euro où le rendement a été inférieur aux attentes en 2018 à cause de facteurs comme le Brexit, la situation en Italie et les manifestations en France. Nous sommes donc dans l’ensemble optimistes pour les marchés boursiers en 2019, mais nous tenons à l’œil le litige commercial entre les États-Unis et la Chine, l’un des principaux risques en ce moment.

Article précédent
Des déductions et crédits d’impôt d’intérêt pour les médecins

Article suivant
Hiver 2018-2019 — Le point sur les fonds et portefeuilles