Renouveler ses relations à la retraite

December 3, 2018

 

Quoi de plus réconfortant que de passer du temps avec ses êtres chers

En tant que médecin, vous avez travaillé avec dévouement et acharnement toute votre vie. Pas étonnant que vous rêvez d’une retraite tranquille en compagnie de votre famille et de vos amis.

Toutefois, même vos relations les plus solides peuvent être mises à rude épreuve si vous ne vous arrêtez pas pour penser à votre retraite. Il est essentiel de réfléchir à ce que vous comptez faire de votre temps et avec qui vous aimeriez le passer, faute de quoi, vous pourriez frapper un mur dans votre vie de nouveau retraité.

« Le principal problème, c’est que peu de gens croient que la retraite aura une incidence sur leurs relations », explique Amy D’Aprix, une spécialiste des transitions de vie de Toronto qui travaille auprès des médecins.

« Toutes les relations s’en trouvent affectées », prévient-elle.

« J’essaie d’encourager les gens à cesser de parler du moment où ils comptent prendre leur retraite et de ce qu’ils laisseront derrière eux pour les amener à se concentrer sur ce qui les attend. Ce changement de perspective est crucial parce qu’il les oblige à prévoir et à planifier leur avenir. »

Bien entendu, aucune relation, amoureuse ou platonique, n’est identique.

Éviter le « divorce gris »

Chez les couples, la retraite d’un ou des deux conjoints suffit pour entraîner des difficultés au sein de la maisonnée. Les hommes et les femmes ont généralement des idées très différentes sur la quantité de temps qu’ils souhaitent passer avec leur tendre moitié. Selon les études, l’homme voit en la femme son principal système de soutien social, tandis que la femme tend à se constituer des réseaux sociaux plus étendus.

Une mauvaise communication concernant les attentes de l’un et de l’autre est souvent source de conflits. Le nombre croissant de « divorces gris » est préoccupant.

« Les couples de 50 ans et plus connaissent le plus haut taux de divorce au Canada. Et de plus en plus de gens se divorcent lorsqu’ils atteignent 60, 70, voire 80 ans », précise Mme D’Aprix.

Mais il n’est pas nécessaire d’en arriver là.

Mme D’Aprix recommande d’entretenir ce qu’elle appelle des « conversations essentielles », c’est-à-dire parler de sujets importants avec les personnes significatives dans sa vie. Selon elle, ces conversations devraient avoir lieu dans les années précédant la retraite – et non celles qui s’ensuivent.

« Il n’est pas réaliste de croire que des conjoints ayant mené pendant très longtemps des vies distinctes puissent du jour au lendemain passer le clair de leur temps ensemble, affirme-t-elle. Chez la plupart des couples, ce genre de transition soudaine ne donne pas de très bons résultats. »

Se constituer un cercle d’amis

Les amitiés à l’extérieur du travail sont tout aussi importantes si vous souhaitez vivre une retraite heureuse et en santé. D’après les experts (dont Mme D’Aprix), le fait d’avoir de bons amis dans vos vieux jours a une incidence certaine sur votre bien-être à long terme.

« Nous savons que les personnes âgées qui ont un bon réseau social vivent plus longtemps, ont une meilleure santé, se rétablissent plus rapidement après une maladie et risquent moins de se retrouver en maison de retraite », ajoute Mme D’Aprix.

Les amitiés saines peuvent aussi protéger contre la maladie d’Alzheimer, renchérit-elle.

Compte tenu de ce qui précède, il est tout à fait logique de cultiver ses amitiés avant de mettre un terme à sa carrière. Mais c’est plus facile à dire qu’à faire quand on est un professionnel occupé, en particulier un médecin, pour qui carrière bien remplie et relations étroites à l’extérieur du travail font difficilement bon ménage. Ne vous étonnez pas si ces amitiés s’étiolent à la retraite.

« Vos relations actuelles vous assurent qu’elles garderont le contact. Il est très probable qu’elles le fassent, mais votre rapport changera. Vous devez prendre les devants lorsqu’il s’agit de vous constituer un réseau », explique notre spécialiste.

Les groupes de rencontre sont un excellent moyen de socialiser avec des personnes qui partagent vos intérêts, que ce soit vous entraîner pour le Gran Fondo ou prendre des photos de colibris avec un appareil-photo reflex.

Si vous préférez des activités plus « sérieuses », pourquoi ne pas vous joindre au conseil d’administration d’un organisme de bienfaisance ou faire du bénévolat pour un organisme communautaire?

Au bout du compte, « vous devez songer à ce qui donne un sens à votre vie », conclut Mme D’Aprix.

Aucun article précédent

Article suivant
Quand sonne l’heure de la retraite
Quand sonne l’heure de la retraite

Bon nombre de médecins doivent opérer un changement de mentalité pour entamer un nouveau stade de leur vieÀ...

×

Abonnez-vous à notre infolettre

Merci
Error - something went wrong!