Perspectives du marché pour l’hiver 2018 2019 : occasions en vue

Principaux points à retenir :

  • Avec le retour de la volatilité, l’année 2018 s’est conclue sur un bilan négatif. À notre avis, la liquidation de fin d’année n’était pas pour autant justifiée.
  • Malgré la correction, l’économie mondiale a continué de croître en 2018 et la croissance devrait se poursuivre en 2019. Selon nous, l’économie chinoise et celle de la zone euro se stabiliseront au premier semestre de 2019.
  • Tous les yeux sont tournés vers la Réserve fédérale américaine. Si elle interrompt le mouvement à la hausse des taux d’intérêt tôt en 2019, les marchés se recentreront sur les facteurs fondamentaux et généreront des rendements positifs.

La fin de 2018 a été pénible pour les investisseurs. L’actualité, l’incertitude provoquée par l’effervescence géopolitique et la faible liquidité ont contribué à la volatilité des marchés et à la liquidation du quatrième trimestre.

À notre avis, ce retour à la normale de la volatilité persistera, mais nous entrevoyons tout de même avec optimisme l’année 2019. Il y a bien quelques nuages à l’horizon, mais nous les surveillons attentivement.

Bye-bye 2018! La braderie de fin d’année était excessive, mais il ne faut pas oublier pour autant l’augmentation du niveau de risque.

De nombreuses actions ont été carrément soldées à la fin de 2018 d’où le rendement annuel global négatif des marchés boursiers (indice composé S&P/TSX : -10,1 %; indice S&P 500 : -13,5 %; indice MSCI EAEO : -12,2 %, en monnaie locale). Nous croyons cependant que cette liquidation était exagérée.

Voici un survol rapide des facteurs qui ont contribué à cette situation :

  • Les conditions financières se sont resserrées et le marché du crédit a faibli.
  • La liquidité réduite et l’incertitude entourant les taux d’intérêt de la Réserve fédérale ont exacerbé le mouvement de liquidation.
  • La détérioration des économies chinoise et allemande, les troubles en France et le litige commercial sino-américain ont miné la confiance des investisseurs au moment même où les marchés vacillaient.

Volatilité : retour à la normale

Les fluctuations récentes des marchés démontrent clairement que la volatilité est revenue à un niveau plus habituel, après une accalmie inhabituellement longue en 2016 et 2017.

Quelle qu’en soit la cause, la volatilité (des rendements qui oscillent au-dessus et au-dessous de la moyenne) est tout à fait normale.

Plutôt que d’imiter les investisseurs qui vendent et achètent en fonction de réactions émotives à la conjoncture à court terme et à l’actualité, nous interprétons la volatilité récente comme un rappel de l’importance d’une saine diversification dans des portefeuilles gérés avec rigueur. Nous accordons aux manchettes et à la conjoncture l’attention requise pour vous éviter d’avoir à le faire.

Regard prospectif sur la croissance mondiale

Malgré les rendements pénibles de la fin de 2018, de nombreux indicateurs appuient notre conviction que l’expansion économique se poursuivra en 2019. À notre avis, la croissance positive des bénéfices et la vigueur persistante de l’économie mondiale soutiendront les marchés boursiers.

La croissance économique mondiale ralentira en 2019, mais selon nos indicateurs, elle demeurera positive grâce à l’économie américaine. Les risques de récession sont faibles. Le ralentissement touchera aussi l’économie américaine en 2019, mais la croissance demeurera supérieure au potentiel. Au premier semestre de 2019, nous serons à l’affût des signes de stabilisation dans quelques régions clés (la Chine et la zone euro, notamment).

Nous prévoyons aussi un ralentissement de la croissance des bénéfices par rapport aux sommets de 2018, mais elle restera globalement robuste, dans tous les pays et tous les secteurs.

Influence grandissante de la Chine

Les développements à venir en Chine revêtent une grande importance pour l’économie mondiale. L’effet à retardement des mesures de stimulation budgétaire (allègements fiscaux, réductions de taux et dépenses en immobilisations et injection récente de 83 milliards de dollars américains dans le système financier du pays) devrait être positif.

Au premier semestre de 2019, nous serons à l’affût des signes de stabilisation de la croissance chinoise. Toute amélioration en Chine devrait se traduire par une amélioration dans la zone euro, où la croissance a été inférieure aux attentes en 2018 à cause des problèmes dans lesquels la région est embourbée (incertitude liée au Brexit, troubles sociaux en France).

Le litige commercial entre la Chine et les États-Unis est aussi un risque important auquel nous accordons une attention de tous les instants. Tout signe d’amélioration de l’économie chinoise ou des relations commerciales sino-américaines pourrait provoquer une remontée des marchés dans l’année à venir.

Notre positionnement

En raison de notre optimisme boursier, nous maintenons la surpondération globale des actions par rapport aux titres à revenu fixe. Nous surpondérons légèrement les actions de marchés développés (canadiennes, américaines et internationales) et sous‑pondérons les actions de marchés émergents.

La pondération des obligations à long terme et des quasi-espèces est actuellement neutre, mais les obligations à court terme sont sous-pondérées. Nos mandats obligataires jouent encore un rôle important dans nos portefeuilles, car nous utilisons ces titres pour préserver le capital de nos épargnants.

Comme nous l’avons déjà mentionné, malgré des facteurs fondamentaux solides (croissance des bénéfices de 10 % et plus), les marchés ont offert un rendement anémique, voire négatif, sur l’ensemble de 2018. Selon nous, moyennant une conjoncture favorable, cette baisse crée un espace suffisant pour une forte remontée en 2019.

Nous pensons que les marchés reviendront aux facteurs fondamentaux et offriront des rendements positifs en 2019 surtout si la Réserve fédérale reporte toute nouvelle majoration des taux d’intérêt comme elle l’a laissé entendre dans ses annonces récentes.

Second regard sur les taux d’intérêt

Jusqu’à tout récemment, il semblait assuré que les taux d’intérêt continueraient d’augmenter. Il semble maintenant que la Réserve fédérale ait atteint un équilibre provisoire et qu’elle attendra probablement de voir la réaction de l’économie. Nous pensons que le cycle des majorations de taux de la Réserve fédérale touche à sa fin.

La hausse des taux d’intérêt a été prépondérante en Amérique du Nord. Nous constatons que sur l’ensemble de la courbe de rendement, les taux ont cessé d’augmenter (certains ont même diminué), ce qui devrait avoir des retombées moins restrictives sur la croissance. Tant la Réserve fédérale que la Banque du Canada ont déclaré que leurs décisions à venir reposeraient de plus en plus sur les statistiques.

Qu’est-ce que cela signifie pour vous?

La clé du succès et l’ingrédient essentiel pour atteindre ses objectifs à long terme consistent à conserver ses placements et à s’en tenir à son plan à long terme. Nous continuons d’entrevoir 2019 avec optimisme, ce qui ne nous empêche pas de garder un œil attentif sur le niveau de risque. Nous sommes prêts pour toutes les conjonctures et tendances possibles.

Il est indéniable que le niveau de risque augmente et que le rendement à court terme monopolise de plus en plus les manchettes, mais soyez assuré que cela ne change en rien la manière dont nous gérons vos fonds et portefeuilles qui sont conçus pour offrir du rendement sur l’ensemble des cycles du marché.

En collaboration étroite avec votre conseiller MD, l’équipe de Gestion des placements et stratégie positionne les fonds et portefeuilles MD (directement pour certains fonds et conjointement avec nos sous‑conseillers partenaires pour les autres) en tenant compte de la conjoncture sur les marchés et des indicateurs afin d’obtenir les meilleurs résultats possible pour vous.

Comme toujours, nous surveillerons la conjoncture mondiale et adapterons notre stratégie en conséquence.

Si vous désirez obtenir des précisions sur nos perspectives ou sur votre portefeuille, nous vous invitons à communiquer avec votre conseiller MD.

A propos de l'auteur

Marija Majdoub

Marija Majdoub, CMA, CFA, a été vice-présidente à la gestion des placements et à la stratégie chez Gestion financière MD. Elle a dirigé les gestionnaires de portefeuille et les professionnels en placement qui gèrent les fonds communs et les fonds collectifs de MD et qui élaborent les principes de placement de l’entreprise.

Plus de contenu de Marija Majdoub
Article précédent
La Réserve fédérale se montrera plus patiente avant de majorer les taux dans un contexte de boom de l’économie
La Réserve fédérale se montrera plus patiente avant de majorer les taux dans un contexte de boom de l’économie

Article suivant
Brique, mortier et immobilier commercial
Brique, mortier et immobilier commercial

Il est tentant d’investir directement dans l’immobilier commercial, mais investir dans un fonds immobilier ...

×

Abonnez-vous à notre infolettre

J’autorise Gestion financière MD (y compris Gestion financière MD inc., Gestion MD limitée, la Société de fiducie privée MD, la Société d’assurance vie MD et l’Agence d’assurance MD limitée), La Banque de Nouvelle-Écosse et les autres membres du groupe d’entreprises de la Banque Scotia (les « membres de la Banque Scotia ») à me faire parvenir par messages électroniques (courriels et messages texte) des renseignements au sujet de leurs produits et services, de leurs offres, de leurs événements et d’autres renseignements pertinents y compris des renseignements sur les produits et services d’autres partenaires de confiance de la Banque Scotia susceptibles de m’intéresser. Ce consentement est sollicité par Gestion financière MD et chaque membre de la Banque Scotia, y compris toute entité qui pourr
!
Merci
Error - something went wrong!