Oubliez les guerres économiques : l’heure est aux guerres de sandwichs au poulet!

September 6, 2019 Edward Golding

           

Le président Trump vient d’imposer de nouveaux tarifs douaniers à la Chine, qui a bien évidemment riposté. Cet échange de coups dure depuis mars 2018. On en parle partout aux infos, et tous s’inquiètent des répercussions de ces tarifs sur l’économie américaine et chinoise, mais aussi sur la croissance économique mondiale dans son ensemble. Les marchés financiers fluctuant au rythme des gazouillis du président concernant l’impasse commerciale, on craint également que l’économie mondiale ne sombre dans une récession.

Si certains investisseurs se rendent compte de l’incidence du différend commercial sur leurs portefeuilles, plusieurs se demandent quel côté abdiquera en premier ou, pis encore, se fera plumer.

Popeyes c. Chick-fil-A : la bataille du sandwich au poulet

Eh oui! Il est encore question d’un autre affrontement, mais celui-là est bien plus savoureux, épicé et frit que les autres. La guerre du sandwich au poulet vient d’éclater, et certains y ont laissé quelques plumes. En effet, deux des plus importantes chaînes de restauration rapide des États-Unis se disputent le titre du meilleur sandwich au poulet.

L’incident a commencé le 12 août après que la chaîne Popeyes Louisiana Kitchen ait annoncé sur Twitter l’arrivée de son nouveau sandwich au poulet (« Du poulet. De la brioche. Des cornichons. »). Chick-fil-A, le plus important et féroce rival de Popeyes, et accessoirement maître du sandwich au poulet depuis les années 1960 (disons qu’ils ne sont plus de jeunes poussins), a poussé des cris d’orfraie et rappelé à ses plus d’un million d’abonnés que « Pain + poulet + cornichons = la recette originale qu’on aime tous ». Popeyes a alors rabattu le caquet de la chaîne par un simple « Ça va? ».

Quel lien avec les placements? J’y reviendrai… Je vous promets que vous en aurez l’eau à la bouche!

Des millions de dollars générés en traction médiatique

Si cette guerre du sandwich au poulet ne semble a priori qu’une prise de bec anodine sur les réseaux sociaux, ne vous méprenez pas. Les deux chaînes sont des experts médiatiques qui ont probablement pondu ce plan pour faire parler de leurs très populaires produits.

La firme-conseil Apex Marketing estime que Popeyes aurait raflé 65 millions de dollars américains en valeur média depuis le gazouilli de Chick-fil-A du 19 août. C’est quasiment le triple de la valeur générée par les ventes du sandwich durant ses premiers jours, soit 23 millions de dollars américains.

Le nombre de recherches de « Popeyes Chicken Sandwich » (sandwich au poulet Popeyes) sur Google a également bondi de presque 1 000 %, selon Google Trends. Plusieurs restaurants de la chaîne ont épuisé tout leur stock de sandwichs, et les gens faisaient la file pendant jusqu’à 45 minutes. Malheureusement pour nous, il n’est pas question pour le moment que le sandwich soit vendu au Canada. De plus, en raison de la demande explosive, il est temporairement en rupture de stock aux États-Unis.

L’histoire d’amour de MD et Popeyes

La guerre du sandwich au poulet s’est avérée très profitable pour le propriétaire de la chaîne, Restaurant Brands International (RBI). RBI a acquis Popeyes en 2017, et caresse depuis l’objectif de faire croître la chaîne de restaurants. À l’heure actuelle, Popeyes compte 3 100 franchises dans plus de 30 pays (la chaîne a récemment percé le marché chinois, dominé par KFC).

MD détient des actions de RBI dans le Fonds collectif d’actions canadiennes GPPMD et le Fonds d’actions canadiennes MD. Comme RBI représente environ 1,4 % de l’indice de référence, nous avons une position surpondérée en actions de l’entreprise (RBI est actuellement pondérée à 2,5 % dans chacun des fonds). RBI est l’un de nos plus grands coups de cœur, et cette guerre a ravivé notre confiance en l’hypothèse que nous ne nous retrouverons pas le bec dans l’eau.

Si le sandwich au poulet n’est malheureusement pas disponible pour l’instant, votre conseiller MD, lui, l’est pour répondre à vos questions sur votre portefeuille.

 

A propos de l'auteur

Edward Golding

Edward Golding, CFA, MBA, est gestionnaire de portefeuille au sein de l’équipe Gestion de placements chez Gestion financière MD. Il est responsable des fonds communs et collectifs de titres canadiens, de dividendes et d’actions américaines de MD.

Plus de contenu de Edward Golding
Article précédent
La Banque du Canada laisse les taux inchangés, invoquant les inquiétudes quant au commerce mondial
La Banque du Canada laisse les taux inchangés, invoquant les inquiétudes quant au commerce mondial

La croissance au Canada surpasse les attentes, mais les conflits commerciaux plombent l’économie mondiale.

Article suivant
Investir au Canada : une bonne stratégie de couverture pour ceux qui redoutent une récession mondiale
Investir au Canada : une bonne stratégie de couverture pour ceux qui redoutent une récession mondiale

Dans un contexte de ralentissement de la croissance mondiale, l’économie canadienne pourrait s’en tirer mie...

×

Abonnez-vous à notre infolettre

J’autorise Gestion financière MD (y compris Gestion financière MD inc., Gestion MD limitée, la Société de fiducie privée MD, la Société d’assurance vie MD et l’Agence d’assurance MD limitée), La Banque de Nouvelle-Écosse et les autres membres du groupe d’entreprises de la Banque Scotia (les « membres de la Banque Scotia ») à me faire parvenir par messages électroniques (courriels et messages texte) des renseignements au sujet de leurs produits et services, de leurs offres, de leurs événements et d’autres renseignements pertinents y compris des renseignements sur les produits et services d’autres partenaires de confiance de la Banque Scotia susceptibles de m’intéresser. Ce consentement est sollicité par Gestion financière MD et chaque membre de la Banque Scotia, y compris toute entité qui pourr
!
Merci
Error - something went wrong!