Skip to main content

Un gouvernement libéral minoritaire : retour à la case départ?

Le premier ministre Justin Trudeau a beau se targuer d’une nouvelle victoire, il n’a pas réussi à obtenir la majorité qu’il briguait lorsqu’il a déclenché l’élection. Certes, quelques sièges ont changé de mains, mais l’équilibre du pouvoir reste le même à la Chambre des communes.

Qu’est-ce que cela signifie pour le gouvernement, pour les marchés et pour votre portefeuille de placements? 

Au Parlement, rien ne change…

Le Parti libéral n’a toujours pas les coudées franches. Pour faire avancer les choses, Justin Trudeau devra de nouveau compter sur des accords de confiance et de soutien avec au moins un autre parti (le NPD et le Bloc québécois sont ceux avec lesquels il est le plus susceptible de trouver de tels terrains d’entente). Le Parti conservateur, lui, conserve son rôle d’opposition officielle.

Sur les marchés, les certitudes restent les mêmes

Du point de vue des marchés, l’élection du 20 septembre a eu l’effet d’un coup d’épée dans l’eau, et on s’attend au maintien des tendances actuelles. Il faut dire que les élections canadiennes n’ont jamais eu une grande influence sur les cours.

Certes, nous avons assisté à un épisode de grande volatilité peu avant l’élection de lundi, mais il s’agissait en grande partie d’une réaction face à l’insolvabilité potentielle du promoteur immobilier chinois China Evergrande Group (et au ralentissement économique plus général en Chine), associée à des rumeurs selon lesquelles la Réserve fédérale américaine envisageait de réduire les mesures de relance avant la réunion de son Federal Open Market Committee en septembre.

L’élection d’un nouveau gouvernement minoritaire n’a surpris personne. Dans les semaines précédant le scrutin, la vraie question était de savoir s’il allait être rouge ou bleu. Si l’on se fie aux messages clés de la campagne sur les changements climatiques, le logement et l’impôt, ces deux scénarios auraient eu des implications différentes pour certains secteurs, à savoir les finances, l’énergie et l’immobilier. Maintenant que nous connaissons le résultat, il n’y a pas lieu de revoir nos attentes, mais comme toujours, nous continuerons d’analyser la manière dont le gouvernement fédéral exécutera ses plans et de nous adapter si nécessaire.

Les conditions restent favorables

La victoire des libéraux verrouille le statu quo et laisse supposer que les mesures budgétaires qui gardent l’économie à flot dans ces temps troubles seront maintenues. La Banque du Canada s’engage aussi à maintenir le taux cible du financement à un jour à 0,25 % jusqu’à ce que les capacités excédentaires se résorbent et que la cible d’inflation de 2 % soit atteinte de manière durable (ce qui devrait se produire au cours du second semestre de 2022).

Ainsi, nous avons choisi de maintenir une surpondération des actions par rapport aux titres à revenu fixe, mais dans une moindre mesure. Les marchés sont déjà empreints de l’optimisme qui entoure la reprise, et la croissance se maintiendra probablement tant que les efforts de vaccination progresseront à l’échelle mondiale et que, dans les régions où les taux de vaccination sont élevés, la COVID-19 deviendra endémique, plutôt que pandémique. Au sein de notre répartition en actions, nous restons surpondérés dans les économies développées par rapport aux marchés émergents, car les taux de vaccination restent très inégaux et les problèmes du marché chinois persistent.

Pour en savoir plus, communiquez avec votre conseiller MD*.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement).

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.

À propos de l'auteur

RICHARD SCHMIDT, CFA, est gestionnaire de portefeuille adjoint dans l’équipe Gestion multiactif de Gestion financière MD (MD). Il s’occupe principalement des fonds et des fonds collectifs d’actions nord-américaines.

Profile Photo of Richard Schmidt