Skip to main content

Placements autogérés : Comment éviter de commettre des erreurs courantes et assurer sa réussite financière

Des conseils de TikTok sur les « actions-mèmes », en passant par les montagnes russes de GameStop alimentées par Reddit, les médias sociaux ont fait passer les placements autogérés pour une partie de plaisir — du moins jusqu’à ce que l’investisseur perde son argent réel.

Bien que les plateformes et applications en ligne facilitent plus que jamais l’achat et la vente de titres — les Canadiens ont ouvert 2,3 millions de comptes de courtage en 2020 — les investisseurs autonomes sont susceptibles de tomber dans des pièges courants qui les exposent davantage au risque, leur causent du stress et compromettent l’atteinte de leurs objectifs financiers. Cela peut avoir de réelles conséquences pour eux, comme ne pas pouvoir payer les études postsecondaires de leurs enfants ou devoir reporter leur retraite.

Les investisseurs autonomes continuent d’effectuer leurs propres placements, mais sollicitent également les conseils d’un professionnel. À vous de décider quel genre d’investisseur autonome vous souhaitez être. Peu importe la voie que vous choisissez, l’article suivant vous aidera à éviter les erreurs de placements autogérés les plus courantes.

Commencez par mettre en place un plan, et consultez-le régulièrement

L’une des erreurs les plus courantes est de se lancer dans les placements autogérés sans avoir préalablement élaboré un plan. Bon nombre d’investisseurs autonomes prospères établissent des règles de base en fonction de leurs objectifs à court et à long terme, de leur tolérance au risque et de leur horizon temporel de placement. Ce plan les aide à choisir des placements qui leur conviennent et à déterminer la répartition de leurs actifs, et définit leurs attentes quant au taux de rendement. S’ils remettent en question leurs décisions de placement, ils consultent leur plan.

En tant que médecin, un élément crucial de votre plan financier peut consister à préparer adéquatement votre retraite, puisque vous ne pouvez pas compter sur un régime de retraite. Par exemple, vous pouvez décider qu’un rendement à long terme de 6 % est nécessaire pour pouvoir vous assurer une retraite confortable à une date déterminée, auquel cas les règles de base de votre plan vous éviteront des placements spéculatifs qui pourraient vous rapporter un rendement de 20 % ou plus, mais qui comportent également le risque d’une perte totale de votre capital.

Peut-être souhaitez-vous également placer de l’argent « de jeu » dans un portefeuille distinct, comme passe-temps.  Vos règles de base pour ces fonds vous permettront de prendre des engagements risqués pour obtenir des rendements plus élevés dans votre portefeuille de placements autogérés, tout en conservant l’argent requis pour atteindre vos objectifs personnels dans un autre portefeuille géré professionnellement.

Faites la distinction entre le courtage et les placements

Par définition, la spéculation sur séance (day trading) ou la spéculation à moyen terme (swing trading) consistent à surveiller en permanence ce qui se passe sur les marchés, afin de profiter des fluctuations, de la dynamique et des tendances. Rater une occasion de placement pendant que vous vous consacrez à vos patients, que vous êtes au bloc opératoire, que vous rattrapez des heures de sommeil ou que vous essayez de passer du temps en famille pourrait vous coûter cher. En revanche, les placements à long terme exigent des opérations qui peuvent demeurer en suspens pour de plus longues périodes, voire des années, dans le cadre d’une stratégie d’achat à long terme.

À moins que vous n’ayez le temps d’étudier les marchés ou de choisir soigneusement des titres individuels, vous pourriez envisager les portefeuilles de placement tout-en-un, qui sont gérés activement et rééquilibrés régulièrement.

Méfiez-vous de ce que vous ne connaissez pas

Les investisseurs autonomes néophytes peuvent être portés par l’engouement pour un placement ou une stratégie sans en connaître les risques associés, ni même en comprendre le fonctionnement.

Une erreur courante consiste à acheter des actions d’une entreprise sans comprendre son modèle d’affaires ou ce qui détermine le cours de ses actions.  Tesla est d’ailleurs un excellent exemple. Son parcours boursier est attrayant, mais son évaluation peut-elle être justifiée?  Selon les évaluations actuelles du cours de l’action, Tesla a une capitalisation boursière de près de 700 milliards de dollars américains et un ratio cours-bénéfice (C/B) de près de 1 100 (ce qui signifie que les investisseurs sont prêts à payer 1 100 dollars pour chaque dollar que gagne l’entreprise). Elle a vendu environ 500 000 véhicules en 2020. En comparaison, Toyota a une capitalisation boursière de 208 milliards de dollars américains et un ratio cours-bénéfice de 9, et a vendu plus de 9,5 millions de véhicules en 2020. Le potentiel futur de Tesla justifie-t-il la prime ou serait-ce la manifestation d’une crainte de manquer une belle occasion?

Il est encore plus difficile de comprendre les rouages internes des titres prolifiques comme le bitcoin et les cryptomonnaies, qui selon certains, sont devenus une catégorie d’actifs spéculatifs à part entière.

Faites vos recherches, mais ne vous laissez pas influencer par les forums de discussion qui vantent les produits et les stratégies de courtage complexes sans savoir s’ils conviennent réellement à votre situation personnelle.

Vérifiez vos sources et soyez sceptique

Les conseils en placement d’aujourd’hui se répandent aussi vite que les mèmes, les fausses nouvelles et les ragots sur les célébrités. Les sites de réseaux sociaux populaires, les groupes Facebook et les vidéos YouTube sont tous des sources non réglementées de conseils financiers et conseils en placement, et peuvent contenir des informations inexactes ou trompeuses sur les entreprises et les services.

Comme l’a révélé la saga de GameStop, les réseaux sociaux peuvent même faciliter une tentative délibérée de manipulation des marchés, ce qui est illégal. Nombreux sont les gourous de l’argent qui se décrivent comme des « influenceurs » en placement désireux de promouvoir un produit, un placement ou une idée sans tenir compte de votre situation personnelle, de votre plan financier ou de votre avenir financier.

Bien que votre courtier en ligne ne puisse pas vous recommander les titres à acheter ou à vendre, vous pouvez vous servir de ses ressources pour vous aider à prendre des décisions éclairées.

Utilisez le crédit à bon escient, le cas échéant

L’un des pièges les plus coûteux des placements autogérés est de devenir trop dépendant de la marge de crédit. Si emprunter pour investir peut sembler un moyen facile d’augmenter les rendements potentiels, cela comporte également plus de risques que l’utilisation de liquidités, car les pertes sont amplifiées et un appel de marge de crédit peut être déclenché à tout moment.

Étant donné que les médecins ont facilement accès à une importante ligne de crédit à faible taux, vous pourriez être tenté d’emprunter de l’argent pour acheter des placements. Dans certains cas, le recours à l’emprunt aux fins de placement peut être judicieux, et les frais d’intérêt peuvent même donner lieu à des déductions fiscales sur les revenus générés. Toutefois, il importe de savoir que le traitement fiscal des placements peut être assez complexe lorsque vous utilisez de l’argent emprunté. De nombreux facteurs influent sur la déductibilité fiscale des intérêts, notamment l’utilisation prévue indiquée dans la demande de prêt. 

L’emprunt visant l’acquisition de placements peut avoir des conséquences imprévues et vous coûter plus cher que les rendements escomptés. Assurez-vous de bien comprendre les avantages et les risques, ou sollicitez les conseils d’un professionnel avant d’effectuer des placements spéculatifs.

Gardez la tête froide

L’inévitable volatilité des marchés peut mettre vos nerfs à rude épreuve en tant qu’investisseur autonome. En effet, la nature humaine est susceptible de perturber les décisions de placement rationnelles en suscitant la peur ou l’appât du gain. Certaines des erreurs les plus courantes et les plus coûteuses consistent à acheter au prix fort et à vendre au rabais, à ne pas tenir compte de la diversification du portefeuille et à prendre des décisions en fonction d’attentes déraisonnables.

Les investisseurs disciplinés gardent le contrôle en évitant d’investir sous le coup de l’émotion. Si l’incertitude vous paralyse, c’est peut-être le moment de consulter un professionnel.

Investissez dans le sens de vos intérêts

À mesure que vous gagnez en confiance en tant qu’investisseur autonome, il importe de retenir que la santé financière ne se limite pas à l’achat et à la vente de titres. Le processus de planification financière (le parcours qui vous mène de votre situation actuelle à votre destination) oriente la stratégie de placement pour financer chaque objectif personnel, de l’expansion d’une clinique et de la prise en charge de votre famille à la préparation de votre retraite.

Gestion financière MD (MD) peut vous offrir l’accompagnement dont vous avez besoin, des services de placement professionnels aux conseils englobant tous les aspects de la planification financière, soit la gestion de votre actif, de vos finances et du risque ainsi que la planification de vos impôts, de votre retraite et de votre succession.

Communiquez avec un conseiller MD* pour en apprendre davantage sur l’élaboration de votre approche d’investissement personnalisée qui peut intégrer des comptes de placement autogérés et les services d’un conseiller, au besoin.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.