Skip to main content

Nouvelle année : un plan financier qui ne vous submergera pas

Cette année, la pandémie réduira pendant les fêtes l’éventail des activités possibles, comme les voyages et les grands rassemblements familiaux, et vous aurez probablement du temps libre.

Si l’année a été financièrement éprouvante pour vous, il est normal de ne pas vouloir trop y penser, mais méfiez-vous de « l’inertie financière », soit l’incapacité de s’attaquer à ses problèmes et de remettre de l’ordre dans ses finances.

Nous vous invitons à lire la liste de tâches, puis à vous attaquer à celle qui semble la plus facile pour vous. Donnez-vous une date limite et enregistrez des rappels dans votre calendrier. Commencez par une tâche simple, passez à l’action et améliorez vos perspectives financières.

Choisissez une seule tâche

  • Demandez de l’aide. Si vous êtes admissible aux programmes d’aide liés à la COVID‑19, comme le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes ou la Subvention salariale d’urgence du Canada, faites votre demande avant la date limite. Vous obtiendrez de l’argent auquel vous avez droit pour éponger les dépenses que vous avez dû payer malgré la baisse de vos revenus.
  • Passez en revue vos acomptes provisionnels. Si vos revenus personnels ou d’affaires ont fortement diminué, vous pouvez peut-être verser des acomptes provisionnels moins élevés et conserver plus de liquidités. Demandez à votre comptable s’il vous est possible de le faire.
  • Réévaluez votre tolérance au risque. Si vous avez liquidé des placements au printemps sans réinvestir ensuite ou si, au contraire, vous les avez conservés, mais que vous en avez perdu le sommeil, réévaluez le niveau de risque de votre portefeuille. Parlez à votre conseiller MD* et découvrez si votre portefeuille et votre plan financier doivent être actualisés.
  • Gérez votre courrier financier. La plupart des entreprises peuvent vous envoyer des factures et des relevés sous format électronique et les garder à votre disposition pendant environ sept ans. C’est d’ailleurs le cas de l’Agence du revenu du Canada. Débarrassez-vous des documents financiers inutiles et abonnez-vous plutôt aux relevés électroniques.
  • Dressez l’inventaire de vos biens numériques. Qu’il soit question de vos comptes financiers, ou de vos comptes de courriel et de médias sociaux, ou plus simplement des données stockées sur votre ordinateur, vos proches devront gérer vos « biens numériques » lorsque vous décéderez ou si vous êtes frappé d’incapacité. Dressez une liste de vos codes d’utilisateur et de vos adresses courriel ainsi que de vos mots de passe et remettez-la à une personne de confiance.
  • Regroupez vos comptes enregistrés. Si vous avez des comptes enregistrés (REER, FERR, REEE ou CELI) dans de multiples institutions, sachez qu’il y a de nombreux avantages à les regrouper, notamment à des fins de planification.
  • Passez en revue tous les prélèvements préautorisés sur vos cartes de crédit et comptes bancaires. Êtes-vous abonné à un trop grand nombre de services de vidéo sur demande? On oublie facilement ces petits prélèvements mensuels. Passez en revue vos relevés des derniers mois et interrogez-vous sur la pertinence de chaque prélèvement.
  • Inscrivez-vous aux prélèvements automatiques. Recalculez la somme que vous pouvez épargner ou placer, surtout si vos dépenses personnelles ont été inférieures cette année. Ensuite, inscrivez-vous au programme de prélèvements automatiques de votre compte‑chèques ou d’épargne vers votre compte de placement REER ou CELI. C’est un moyen facile et efficace d’épargner.
  • Vérifiez votre dossier de crédit. Vous pouvez en commander une copie gratuite par la poste auprès d’Equifax et de TransUnion ou accéder instantanément à votre dossier en ligne sur les sites Web de ces institutions. Vous pouvez peut-être aussi obtenir votre cote de solvabilité gratuitement par l’entremise de votre institution financière. En vérifiant votre dossier de crédit, vous vous assurez de ne pas être pénalisé par des erreurs lors d’une future demande de crédit. Si vous constatez une inexactitude, signalez-la à l’agence afin qu’elle puisse la corriger.
  • Consolidez vos dettes. Si vous avez un solde impayé sur une ou plusieurs cartes de crédit, des prêts étudiants et une marge de crédit, vous devriez envisager de consolider toutes ces dettes dans une seule marge de crédit afin de n’avoir plus qu’un seul versement mensuel à effectuer. Rembourser des dettes souscrites à des taux d’intérêt élevés en les transférant vers un autre instrument dont le taux est moindre pourrait vous faire épargner beaucoup d’argent et simplifier la gestion de vos finances.
  • Rédigez ou mettez à jour votre testament. Un testament1 est le document dans lequel vous désignez la personne qui gérera vos affaires après votre décès et dictez comment seront distribués vos biens. Vous simplifierez considérablement la vie de vos héritiers et leur ferez épargner beaucoup d’impôts en rédigeant un testament. Ce document est l’élément central d’un plan successoral global qui devrait également comprendre des mandats de protection2, des régimes enregistrés et de l’assurance vie.
  • Révisez vos polices d’assurance vie. Détenez-vous une ou plusieurs polices d’assurance vie? Faites le total de votre protection et déterminez si cette somme répondra aux besoins actuels de vos bénéficiaires. Assurez-vous que les bénéficiaires désignés sont encore conformes à votre volonté et reflètent votre situation présente.

Si vous finissez rapidement la tâche que vous aviez choisie, pourquoi ne pas en choisir une autre? Il est possible de vaincre l’inertie financière!

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

1 Dans la province de Québec, les testaments notariés ne nécessitent pas d’homologation. La majorité des autres types de testaments doivent toutefois être homologués, moyennant des frais fixes. Toutes les mentions relatives à l’homologation ou aux frais d’homologation dans le présent document doivent être interprétées en conséquence.

2 Hors Québec, un « mandat » est appelé « procuration ».

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.