La retraite, bien plus qu’une liste des choses à faire dans sa vie

           

Cocher des points sur sa liste des choses à faire ne mène pas nécessairement à une vie épanouie

Les médecins sont généralement des personnes performantes axées sur l’atteinte d’objectifs. Pour survivre au baptême du feu qu’ont été leurs études en médecine et leur résidence, ils ont dû suivre une démarche bien définie, sans déroger. Rien d’étonnant alors que bon nombre d’entre eux envisagent de profiter de la retraite pour faire tout ce qu’ils n’ont jamais eu le temps de faire pendant leur carrière bien remplie.

Certains parlent de « liste des choses à faire dans sa vie », c’est-à-dire les activités à réaliser avant de passer l’arme à gauche. La retraite a indéniablement l’avantage de vous permettre de faire du rattrapage. De plus, bien qu’une liste puisse s’avérer très utile, force est d’admettre que la retraite, ce n’est pas seulement un congé qui durera vingt ans, et sinon plus! C’est un tout nouveau chapitre de votre vie.

Compte tenu de la nature du métier, la retraite représente un saut difficile pour nombre de médecins. Bon nombre se sont dévoués à leur travail. Leur carrière a forgé leur identité, et ils ont l’habitude d’être très occupés. Vous qui êtes médecin, si vous ne savez pas comment vous remplacerez ces aspects lorsque vous passerez à l’étape suivante, votre qualité de vie risque d’en souffrir.

Planifier la suite

Mme Amy D’Aprix, Ph. D., gérontologue et conseillère en transition de vie établie à Toronto, souligne que la retraite était au départ une période de repos bien méritée après une vie entière de dur labeur. « Aujourd’hui, précise-t-elle, c’est une toute nouvelle étape de la vie et, souvent, nous ne savons pas quoi en faire. Nous ne l’avons pas planifiée. »

Mme D’Aprix admet qu’une liste des choses à faire peut agrémenter la retraite, mais ajoute que les gens sont rarement conscients du fait qu’ils doivent se refaire une vie et non seulement se tenir occupés. « Cette histoire de liste finit parfois mal, car dans la plupart des cas il s’agit d’une enfilade de voyages, de sports et autres activités. Ce qu’il faut faire, en fait, c’est considérer sa vie dans une perspective globale, y compris sa vie de famille, ses relations sociales, ses soins de santé et son cadre de vie. Planifier sa retraite, ce n’est pas seulement remplir son agenda. »

Être réaliste

N’oublions pas non plus que les listes des choses à faire dans sa vie relèvent souvent plus du fantasme que de la réalité. Mme D’Aprix parle par exemple des hommes qui rêvent de se mettre à l’ébénisterie une fois rendus à la retraite. « Ils achètent tout l’équipement et les matériaux nécessaires pour ensuite découvrir pourquoi ils ne s’y étaient jamais mis avant, ajoute-t-elle. C’est la même chose chez les femmes pour les arts et l’artisanat, dont elles finissent par se lasser. »

Comme stratégie de préparation en vue de la retraite, Mme D’Aprix propose aux médecins de cerner les aspects de leur profession qui ont contribué à leur donner le sentiment d’être utiles et une raison d’être, puis de rechercher ces mêmes aspects ailleurs. « Les listes des choses à faire sont, somme toute, amusantes, admet-elle, mais la vie n’est pas seulement une quête de plaisir. La plupart d’entre nous cherchent à vivre quelque chose de plus enrichissant et profond. »

Investir dans les relations

Par définition, les listes des choses à faire sont très personnelles. Or, si vous vivez une relation sérieuse, par exemple si vous êtes en couple, la retraite entraînera déjà des changements qui exigeront un important effort d’adaptation de part et d’autre. Par conséquent, il se peut que vous n’arriviez pas à harmoniser vos listes des choses à faire.

« Supposons que vous rêvez depuis toujours de voir l’Australie, dit Mme D’Aprix, mais que votre conjoint n’en a pas du tout envie. C’est tellement important pour vous que vous pourriez décider d’y aller quand même, sans votre conjoint. Tant mieux si tout le monde tombe d’accord. Néanmoins, vous pourriez aussi choisir de faire quelque chose d’autre tous les deux qui vous rendrait plus heureux que de biffer le voyage en Australie de votre liste. »

Voilà un exemple d’objectif plus grand parmi tant d’autres. Les médecins sont généralement des personnes passionnées et ambitieuses. Si vous vous reconnaissez là-dedans, il serait sage d’en tenir compte. Ce faisant, vous admettrez que vous devrez continuer de l’être et, par conséquent, trouver des moyens de canaliser cette énergie à la retraite.

Enfin, il semble que cocher des points sur une liste ne conduise pas nécessairement au bonheur. En effet, ça pourrait même mener à la dépression. « Le fait de cocher des choses sur sa liste ne procure pas nécessairement le sentiment de mener une vie épanouie et utile, explique Mme D’Aprix. Cocher un point pourra vous procurer une grande satisfaction pour un temps. Après, vous sentirez peut-être le besoin de vous attaquer au point suivant pour retrouver ce sentiment de satisfaction. »

Conclusion : Vous vous êtes donné des objectifs précis tout au long de votre carrière. Vous continuerez probablement de le faire à la retraite. Toutefois, la nature de vos objectifs devrait évoluer, et vous devrez peut-être les adapter. Rappelez-vous que ces objectifs ne sont pas immuables. Ils ne correspondent qu’à une dimension de votre toute nouvelle vie.

Article précédent
Qu’appellerez-vous « la maison » à la retraite?
Qu’appellerez-vous « la maison » à la retraite?

Mme Amy D’Aprix, Ph. D., explique pourquoi prévoir ses besoins futurs est essentiel pour éviter le stress d...

Article suivant
Repenser ses relations à la retraite
Repenser ses relations à la retraite

Mme Amy D’Aprix, Ph. D., explique pourquoi en parlant ouvertement et franchement, en gérant les attentes et...

×

Abonnez-vous à notre infolettre

J’autorise Gestion financière MD (y compris Gestion financière MD inc., Gestion MD limitée, la Société de fiducie privée MD, la Société d’assurance vie MD et l’Agence d’assurance MD limitée), La Banque de Nouvelle-Écosse et les autres membres du groupe d’entreprises de la Banque Scotia (les « membres de la Banque Scotia ») à me faire parvenir par messages électroniques (courriels et messages texte) des renseignements au sujet de leurs produits et services, de leurs offres, de leurs événements et d’autres renseignements pertinents y compris des renseignements sur les produits et services d’autres partenaires de confiance de la Banque Scotia susceptibles de m’intéresser. Ce consentement est sollicité par Gestion financière MD et chaque membre de la Banque Scotia, y compris toute entité qui pourr
!
Merci
Error - something went wrong!