Skip to main content

Inflation

L’inflation décrit une hausse généralisée et durable du niveau moyen des prix, qui amène une diminution de votre pouvoir d’achat au fil du temps. De manière générale, un niveau d’inflation modéré et stable est signe d’une économie saine – on estime qu’elle encourage la croissance économique. Les analystes surveillent habituellement le prix d’un « panier » contenant différents biens et services que le consommateur moyen pourrait se procurer, par exemple l’Indice des prix à la consommation.

Plus à découvrir ...

La Réserve fédérale relève encore ses taux et d’autres hausses sont à prévoir Épisode 24 - Marchés en baisse, inflation en hausse : À quoi faut-il s’attendre? 

[Michael 00:00] Aujourd’hui, Alex, nous allons parler d’inflation.

[Alex 00:03] Un sujet d’actualité!

[Michael 00:04] Effectivement! Commençons par voir ce qu’est l’inflation et pourquoi c’est important.

[Alex 00:12] Oui. On définit habituellement l’inflation comme étant la hausse de l’ensemble des prix. Elle s’exprime souvent en pourcentage sur une période donnée. On peut aussi voir l’inflation comme une perte de pouvoir d’achat. On l’a tous remarqué : avec 1 $ aujourd’hui, on en a beaucoup moins qu’il y a 10 ans. C’est ça, l’inflation. Pour mesurer l’inflation, les analystes surveillent le prix d’un panier de différents biens et services. Le plus couramment utilisé est celui qu’on appelle l’indice des prix à la consommation, ou IPC. C’est un panier qui représente le coût de la vie. Les variations de l’IPC suivent donc l’évolution réelle du coût de la vie. Par exemple, si l’IPC augmente de 3 % sur un an, c’est que les prix sont 3 % plus élevés maintenant qu’ils ne l’étaient il y a un an. Je perds de mon pouvoir d’achat, c’est déplorable, ça, non? Qu’en penses-tu, Mike?

[Michael 00:59] Eh bien, je dirais que l’inflation a mauvaise presse. Quand on parle d’inflation, on pense souvent à l’hyperinflation, soit quand les prix augmentent rapidement et que la situation est hors de contrôle. L’argent a déjà perdu de la valeur quand vous le recevez. On l’a déjà vu au cours de l’histoire : en Hongrie après la Seconde Guerre mondiale, en Yougoslavie dans les années 90, au Zimbabwe dans les années 2000 et, plus récemment, au Venezuela dans les années 2010. Toutefois, l’inflation n’est pas en soi une mauvaise chose. De manière générale, une inflation modérée, stable et contrôlée est signe d’une économie saine. C’est pourquoi la Banque du Canada et la Réserve fédérale des États-Unis, en tant que banques centrales, ciblent une inflation de 2 % à long terme. On estime que ce taux encourage les dépenses, les investissements et, de là, la croissance économique. Cela étant dit, quelles sont les causes de l’inflation?

[Alex 01:55] Bonne question! Ça peut être pas mal n’importe quoi. Les prix sont dictés par l’offre et la demande. Donc, tout ce qui cause un déséquilibre entre l’offre et la demande aura un effet sur les prix : événements géopolitiques, catastrophes naturelles, percées technologiques, nouvelles sur une entreprise ou pandémies. Les restrictions et les confinements liés à la pandémie en sont un exemple parfait. Leur impact sur l’offre a été majeur. C’était plus difficile et cher de produire des biens. Tout est soudainement devenu plus compliqué : conserver une main-d’œuvre en santé, s’approvisionner, produire et livrer des biens. On s’est donc retrouvé avec un goulot d’étranglement de l’offre, ce qui a fait grimper les prix. C’est un bon exemple pour ce qui est de l’offre.

[Michael 02:34] Une demande plus élevée peut aussi faire grimper les prix. Pensez à n’importe quel engouement pour un bien de consommation, comme les processeurs graphiques lors du boom du minage de cryptomonnaies, ou encore les matériaux de construction et les voitures d’occasion pendant la pandémie. Bref, chaque fois que la demande a largement excédé l’offre. Toutes choses étant égales par ailleurs, quand la demande augmente, les prix font pareil. Et quand l’offre diminue, les prix montent aussi. Comme nous l’avons dit déjà, une inflation de 2 % à long terme est signe d’une économie saine. Comment fait-on pour la maintenir à ce niveau?

[Alex 03:05] Les banques centrales disposent de quelques stratégies pour influer sur l’inflation et les prix en général. Tout d’abord, la réglementation des prix. Il s’agit de fixer un prix plafond ou plancher pour certains biens, une méthode grandement utilisée dans les années 70 aux États-Unis. En raison de la mondialisation croissante de l’économie, de plus en plus interconnectée, c’est une stratégie plus difficile à mettre en application. Elle a perdu la faveur des économistes qui, pour la plupart, la jugent inefficace.

[Michael 03:27] Maintenant, les banques centrales se servent davantage de la masse monétaire et des taux d’intérêt. Grosso modo, la réduction de la masse monétaire et la majoration des taux d’intérêt ralentissent la croissance en augmentant le coût de l’emprunt. On incite ainsi les consommateurs et les entreprises à réduire leurs dépenses pour faire baisser les prix. À l’inverse, une augmentation de la masse monétaire et une réduction des taux d’intérêt favorisent la croissance et les dépenses et, éventuellement, la hausse des prix. Pour obtenir les dernières nouvelles concernant l’inflation, ne manquez pas le blogue et le balado L’Analyste MD.