Trump et votre portefeuille : des réponses aux questions de nos clients

February 10, 2017

Par Craig Maddock, CFP, FCSI, CIM, FICB, CFA, MBA
Vice-président à la gestion des placements

Comme la présidence de Trump n’est pas sans intérêt, nos clients s’interrogent sur le secteur des placements et le rendement de leur portefeuille.

En réponse à leurs questions, j’ai pensé qu’il serait utile de résumer certaines de nos publications récentes sur notre vision des marchés – et de votre portefeuille de placements – à l’ère du président Trump.

Comment MD tient-elle compte de toutes les éventualités?

Nous n’avons pas toutes les réponses, certes, mais une chose est sûre : peu importe la source de la volatilité des marchés, MD continuera d’appliquer ses principes fondamentaux de placement (croissance des revenus, rentabilité, position concurrentielle, etc.) pour prendre des décisions quant à la gestion de ses fonds.

Cela dit, nous devons tout de même analyser et prendre en considération la part d’inconnu entourant les politiques du président Trump. Notre processus de placement a toujours eu pour but premier de créer les portefeuilles les mieux adaptés pour nos clients, en fonction de leurs objectifs, de leur horizon temporel et de leur tolérance au risque, plutôt que d’agir selon les événements qui secouent les marchés.

Peu importe qui est président, une stratégie de placement efficace nécessite une approche rigoureuse de répartition de l’actif et de sélection des titres. Notre méthode de répartition de l’actif, fondée sur l’horizon temporel, augmente la proportion de titres à revenu fixe dans votre portefeuille à mesure que cet horizon raccourcit. Selon les changements prévus à la conjoncture du marché, par exemple, les différentes mesures du président Trump, nous apportons des corrections tactiques à court terme à votre portefeuille dans le but d’améliorer le rendement et de réduire le risque.

Pour tous nos fonds, nous étudions minutieusement des entreprises pour trouver des actions qui reposent sur des facteurs fondamentaux convaincants, peu importe le contexte politique. Le cours des actions dépend de nombreuses variables, y compris les nouvelles orientations gouvernementales du président Trump (ou encore du premier ministre Justin Trudeau, de la première ministre Theresa May, etc.); toutefois, la valeur intrinsèque – la valeur réelle d’une entreprise – varie peu au fil du temps et est beaucoup moins instable.

Quels sont les bons côtés de ce type de marché?

J’ai récemment discuté avec un de nos gestionnaires de fonds, et ce que j’en retiens, c’est qu’il ne prévoit aucun changement important à la valeur intrinsèque des entreprises de nos fonds par suite de l’élection présidentielle américaine. Il a aussi insisté sur le fait qu’une baisse du cours des actions d’entreprises florissantes pourrait nous fournir une belle occasion de placement.

Fiduciary Management Inc., conseiller en valeurs pour nos mandats de titres américains, nous donne un exemple concret. Plusieurs entreprises de son portefeuille offrent des produits essentiels et répondent plus aux besoins qu’aux désirs des clients. Par exemple, Dollar General vend des articles de base dans les régions rurales, et Honeywell et Rockwell se spécialisent dans l’automatisation de la production et l’efficacité du secteur manufacturier. Ces besoins n’ont pas changé depuis l’élection. Nous continuerons d’analyser et d’évaluer la valeur intrinsèque de chaque entreprise tout au long du mandat du nouveau président.

Même s’il est encore beaucoup trop tôt pour savoir exactement ce que Donald Trump réserve à l’économie mondiale, aux marchés des capitaux et aux placements à long terme, il n’en reste pas moins que l’indice S&P 500 a grimpé de plus de 7 % entre l’élection et le 8 février. Et nous croyons que les marchés boursiers américains resteront sans doute tributaires du cycle économique.

Quels secteurs en profiteront et lesquels en pâtiront?

De toute évidence, il y aura à la fois des gagnants et des perdants dans l’Amérique du président Trump. À court terme, le secteur financier en sort bien sûr gagnant. Au Canada comme aux États-Unis, le secteur a profité d’une poussée de plus de 10 %, les banques tirant leur épingle du jeu. C’est en partie attribuable à la hausse des taux d’intérêt aux États-Unis et aux promesses du président d’assouplir la réglementation bancaire.

À l’inverse, nous avons assisté à un recul des titres du secteur des soins de santé. Le secteur s’est replié d’environ 6 % au Canada et de 1 % aux États-Unis en réaction à l’abrogation potentielle de l’Affordable Care Act. Ce sont des exemples de tendances que nous continuerons de surveiller afin d’ajuster notre tir au besoin.

Jusqu’à maintenant, les politiques et les décrets présidentiels de Trump ont stimulé les marchés, mais nous devons nous attendre à des fluctuations et à une éventuelle correction. Le fait est que les marchés risquent de plonger tôt ou tard, que M. Trump soit président ou non. La gestion de tous les risques potentiels fait partie intégrante du processus de gestion de placements de Gestion financière MD. Nous avons une vision commune : dans l’application d’une approche rigoureuse, la surveillance continue des facteurs fondamentaux des entreprises nous permettra de saisir des occasions de placement et de soutenir le rendement.

Vu l’incertitude croissante entourant les marchés, je suis convaincu que notre combinaison unique de gestionnaires de placements de calibre mondial continuera d’aider nos clients à atteindre leurs objectifs au cours des quatre prochaines années.

Article précédent
Du poulet frit avec votre deux laits deux sucres? Une combinaison qui stimule l’appétit des investisseurs

Craig Maddock, CFP, FCSI, CIM, FICB, CFA, MBAVice-président à la gestion des placements S’il existe une cer...

Article suivant
Que mange Warren Buffett au petit déjeuner?

par James Virgo, CFA, CFP, MBA Vice-président et responsable national, Conseils en placement privés MD Au c...