Sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne : à quoi faut-il s’attendre?

June 24, 2016

Tant que les marchés financiers mondiaux n’auront pas bien mesuré les effets de la décision des électeurs britanniques de quitter l’Union européenne (UE), l’incertitude persistera.

Qu’est-ce que cela signifie pour les placements détenus chez MD?

Dans l’immédiat, aucun changement de grande ampleur ne sera apporté ni aux fonds MD ni à vos portefeuilles de placements. Dans le cadre du processus continu de gestion des placements, des précautions avaient en effet été prises pour s’assurer de maintenir nos fonds et vos portefeuilles en bonne position, peu importe l’issue du scrutin. Nous avions en effet récemment réduit la proportion d’actions de la zone EAEO (Europe, Australasie et Extrême-Orient) au cours de la révision de la répartition de l’actif. Par ailleurs, en ce qui concerne les entreprises dans lesquelles nous détenons des participations et qui sont exposées à l’économie britannique ou européenne, nous avions analysé et nous surveillions le risque associé à la sortie possible du Royaume-Uni de l’UE (« Brexit »). Cette situation, bien que grave, a simplement été ajoutée aux facteurs soumis à notre processus normal d’analyse et de gestion des placements.

Sur le plan de la répartition de l’actif, nous avions récemment décidé de sous‑pondérer les actions britanniques et européennes afin de réduire l’exposition des portefeuilles et fonds de placement internationaux MD à la zone EAEO. Par ailleurs, les positions en livres sterling et en euros figurent parmi les plus fortement sous-pondérées dans notre stratégie de gestion active des devises. Le secteur financier (qui sera probablement durement touché par le verdict des électeurs) est aussi sous-pondéré dans l’ensemble de nos fonds, pas seulement dans les fonds internationaux.

De manière générale, les sociétés britanniques et européennes dont nous sommes actionnaires sont des chefs de file mondiaux dont la croissance à long terme sur des marchés  structurellement en essor est prévisible. Ces entreprises tirent pour la plupart une forte proportion de leurs revenus des marchés mondiaux, ce qui les isole en partie de la situation créée par la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Les entreprises concentrées sur l’économie intérieure sont probablement celles qui seront le plus durement touchées. Étant donné la nature des placements sous-jacents détenus, MD et ses partenaires européens sont à l’aise avec l’exposition actuelle aux titres européens.

Nous pensons que notre positionnement généralement défensif nous permettra de résister à la volatilité mieux que l’ensemble du marché d’ici à ce que les marchés financiers mondiaux s’ajustent à un Royaume-Uni indépendant et à la nouvelle mouture de l’UE.

Que signifie le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne?

La sortie du R.-U. de l’Union européenne est sans précédent. Aucun pays n’a jamais quitté l’UE. L’incertitude créée par cette situation inédite contrecarrera sûrement la progression de l’économie britannique, européenne et mondiale. La Banque d’Angleterre a même prévenu la population de la possibilité d’une récession. Les marchés financiers mondiaux se déprécieront probablement, la livre sterling et l’euro perdront du terrain à court et à moyen terme, et les investisseurs se tourneront vers des valeurs refuges, comme l’or. Les banques centrales du monde surveilleront les marchés financiers avec une attention accrue et resteront prêtes à intervenir, le cas échéant. Il faut s’attendre à une période prolongée d’incertitude économique et politique dans un contexte où l’économie mondiale était déjà désespérément à la recherche d’un second souffle.

La forme que prendra désormais la relation entre le Royaume-Uni et l’Union européenne est la principale source de préoccupation. En effet, presque la moitié des exportations britanniques sont destinée à des pays européens. Le Royaume-Uni continuera-t-il d’avoir accès aux marchés de ces pays? Quelles seront les conséquences de sa sortie de l’Union sur l’immigration? Quels seront les effets sur le secteur financier de Londres (qui contribue si fortement à l’économie britannique) de l’indispensable réécriture des règlements et accords régissant les relations commerciales du R.-U. avec les autres pays? L’investissement étranger européen au Royaume-Uni se tarira-t-il? Malheureusement, il est pour l’heure impossible de répondre clairement à ces questions et qui plus est, le Royaume-Uni devra se trouver un nouveau leader à ce moment important de son histoire, car le premier ministre David Cameron a annoncé sa démission peu après la publication des résultats du référendum.

Les modalités de la nouvelle relation entre le Royaume-Uni et l’UE seront déterminées au cours des deux prochaines années. Les retombées à moyen et à long terme de la sortie du Royaume-Uni dépendront du résultat de ces négociations. Les marchés financiers détestent l’incertitude et cette période d’attente de deux ans ne fera qu’ajouter à leur inconfort.

Par ailleurs, pour l’Union européenne, la perte de son deuxième membre en importance constitue un risque non négligeable dont le précédent qui vient d’être créé et les possibilités de nouvelles dissensions au sein de l’Union sont les expressions les plus inquiétantes. Le fait que de nombreux pays européens, dont l’Allemagne, expédient une forte proportion de leurs exportations au Royaume-Uni est un autre problème qui, bien que de moindre importance, est néanmoins préoccupant.

Avec ce regain d’incertitude en Europe, d’autres régions du monde devront désormais manœuvrer avec plus de prudence. Par exemple, après avoir pris en compte des indicateurs internes, la Réserve fédérale des États-Unis a décidé de maintenir ses taux à leurs niveaux actuels afin d’éviter de perturber les marchés davantage. La sortie du Royaume-Uni de l’UE est assurément un facteur dont elle devra tenir compte à l’avenir.

Le Canada devra repenser l’accord commercial conclu plus tôt cette année avec l’Union européenne. Le Royaume-Uni est le partenaire commercial le plus important du Canada au sein de l’UE. Or, il ne fera plus partie de cet accord fraîchement conclu. La renégociation avec l’Europe et l’établissement d’un nouvel accord avec le Royaume-Uni seront complexes et exigeront beaucoup de temps et d’efforts, et cette renégociation sera rendue encore plus complexe par la nécessité pour le Canada d’accorder la priorité à ses partenaires commerciaux les plus importants, notamment les États-Unis.

Nous continuerons de surveiller les nouveaux développements à mesure que des détails nous seront communiqués. Si vous désirez obtenir des précisions sur les conséquences possibles de la situation pour vous et pour votre plan financier, nous vous invitons à communiquer avec votre conseiller MD.


Les Britanniques votent pour la sortie de l’Union européenne

Qu’est-ce que cela signifie pour les placements détenus chez MD?

Le 24 juin 2016

La gestion de l’ensemble du spectre des risques possibles fait partie du processus de gestion des placements de MD. Le scénario de la sortie du Royaume-Uni (« Brexit ») de l’Union européenne avait été envisagé et les précautions appropriées avaient été prises pour s’assurer de maintenir nos fonds et vos portefeuilles en position de connaître du succès à long terme.

Nous ne prévoyons aucun autre changement important aux fonds MD et à vos placements puisqu’ils avaient déjà été positionnés en fonction du risque que représentait la sortie possible du Royaume-Uni de l’Union européenne. Sur le plan de la répartition de l’actif, les actions britanniques et européennes sont actuellement sous‑pondérées dans tous les fonds de placement et portefeuilles internationaux de MD. De plus, dans notre stratégie de gestion active des devises, la livre sterling et l’euro sont au nombre des positions les plus fortement sous‑pondérées. Le secteur financier (dont on pense qu’il sera lourdement touché par la décision) est aussi sous-pondéré dans l’ensemble de nos fonds et pas seulement dans les fonds internationaux.

MD s’attend à de la volatilité à court terme, soit d’ici à ce que les marchés se soient adaptés à la situation créée par l’issue du référendum. Aucun pays à ce jour n’a quitté l’Union européenne et l’incertitude créée par cette situation inédite contrecarrera sûrement la progression des marchés. Les banques centrales partout dans le monde surveilleront les marchés financiers avec une attention accrue et resteront prêtes à intervenir, le cas échéant, et à jouer leur rôle.

Une mise à jour sera publiée plus tard aujourd’hui. Nous continuons de surveiller la situation et nous vous communiquerons plus de détails. Si vous désirez obtenir des précisions ou un complément d’information, nous vous invitons à communiquer avec votre conseiller MD.

Article précédent
Mise à jour : Quel a été l’effet du Brexit sur les portefeuilles MD?
Mise à jour : Quel a été l’effet du Brexit sur les portefeuilles MD?

Dans le cadre du processus continu de gestion des placements de MD, des précautions avaient été prises afin...

Article suivant
Bulletin sur les marchés : T1 de 2016
Bulletin sur les marchés : T1 de 2016

Le premier trimestre de 2016 est un exemple sans équivoque des dangers de la synchronisation avec le marché...