Mouvements récents sur les marchés boursiers chinois

January 4, 2016

Les marchés boursiers chinois ont amorcé la nouvelle année en « mode panique ».

L’indice CSI 300, qui témoigne des fluctuations des plus importants titres boursiers sur les bourses de Shanghai et de Shenzhen, a piqué du nez et perdu 7 % de sa valeur le 4 janvier, déclenchant ainsi un coupe-circuit boursier et la suspension des opérations vers 13 h 30, heure locale.

L’inquiétude suscitée par le recul du secteur manufacturier chinois, l’endettement excessif, la dépréciation de la monnaie et la fin annoncée des interventions de Beijing pour soutenir ses marchés boursiers est à la source de cette crise d’angoisse collective.

Sur le plan positif, le secteur des services a enregistré en décembre 2015 une expansion plus rapide que le mois précédent, ce qui démontre que le rééquilibrage de l’économie chinoise (d’un modèle de croissance fondé sur les exportations et l’investissement vers un autre plus axé sur la consommation) se poursuit.

Les autorités chinoises se sont aussi engagées à réduire la capacité excédentaire et l’endettement excessif dans l’économie, ce qui pourrait être interprété comme une volonté de resserrer un peu plus que prévu la politique monétaire (et se traduire par une diminution plus lente que prévue des taux d’intérêt et du coefficient de couverture).

Les événements récents représentent-ils un recul fondamental ou juste une autre journée de volatilité?

La volatilité des marchés est souvent déclenchée par le sentiment des investisseurs. Lorsque la Chine a annoncé vers la fin de 2015 la mise en place d’un coupe-circuit boursier pour suspendre les opérations boursières en cas de trop grande effervescence, elle souhaitait éliminer les périodes de volatilité excessive.

Il est cependant possible que ce mécanisme nouvellement mis en œuvre ait au contraire intensifié la panique à mesure que les marchés se rapprochaient du seuil fixé, certains participants au marché s’inquiétant alors de la liquidité de leurs titres et du risque couru.

MD n’apportera pour l’instant aucune modification tactique à ses portefeuilles. Nous continuons cependant de surveiller le ralentissement de l’économie chinoise, en cours depuis un certain temps déjà.

Dans quelle mesure MD est-elle exposée aux titres chinois?

Les investisseurs de l’extérieur de la Chine possèdent une maigre proportion de 1,5 % des marchés boursiers chinois continentaux, en l’occurrence les titres touchés par le plongeon récent.

En Chine, MD détient des positions surtout sur les marchés boursiers de la Chine extracontinentale, soit à la bourse de Hong Kong, où les investisseurs institutionnels sont plus nombreux. Ces derniers tendent à se concentrer davantage sur les facteurs fondamentaux des entreprises et de l’économie, et sont moins influencés par les fluctuations à court terme du sentiment économique.

Parmi nos mandats, le Fonds collectif d’actions de marchés émergents GPPMD est celui qui possède la plus forte proportion de titres chinois, soit tout juste un peu plus de 23 % au 31 décembre 2015. Son indice de référence, l’indice MSCI Marchés émergents, contient 26 % de positions chinoises. Le Fonds collectif d’actions de marchés émergents GPPMD est donc sous-pondéré en actions chinoises.

Nous avons la conviction que le Fonds collectif d’actions de marchés émergents GPPMD est en excellente position pour traverser sans mal cette période difficile, car nous cherchons à placer l’argent qui nous est confié dans des entreprises de qualité supérieure affichant une croissance constante et qui sont sous-évaluées par rapport à leurs facteurs fondamentaux. En mettant ainsi l’accent sur ces facteurs fondamentaux et sur un processus ascendant plutôt que sur la volatilité à court terme des marchés, nous aidons nos clients à atteindre leurs objectifs à long terme.

Quelles sont les retombées de ces événements sur le Canada et les portefeuilles MD?

La Chine est le deuxième marché en importance dans le monde. La demande chinoise de produits de base est donc appréciable. La liquidation en cours sur les marchés boursiers chinois est un autre indicateur de la faiblesse persistante des prix des produits de base, ce qui se traduit par une croissance économique plus lente au Canada. Toutefois, d’autres régions du monde, dont les États-Unis, le Japon, l’Europe et la Chine, pourraient toutes bénéficier de la baisse des cours pétroliers.

La méthode de gestion de portefeuille de MD est conçue pour vous aider à atteindre vos objectifs et à maintenir dans votre portefeuille une diversification qui correspond à votre horizon temporel particulier.

Nous continuons de recommander aux épargnants avec un horizon à court terme de maintenir une forte proportion de titres à revenu fixe dans leur portefeuille puisque ceux-ci ont tendance à mieux se comporter en période de volatilité. En ce qui concerne les épargnants dont l’horizon temporel est plus long, nous sommes convaincus que la trajectoire à long terme des marchés boursiers sera positive.

Nous surveillons la situation et vous invitons à vous adresser à votre conseiller MD si vous désirez obtenir des précisions à propos de votre portefeuille. Votre conseiller MD peut vous aider à bâtir un portefeuille diversifié et bien positionné pour résister à la volatilité des marchés.

Article précédent
Chine volatilité à court terme à prévoir

Pour la deuxième fois depuis le Nouvel An, les opérations boursières ont été suspendues en Chine le 7 janvi...

Article suivant
Annonce de la Réserve fédérale: première hausse de taux en 9 ans et demi

Conformément à une décision unanime et attendue, la Réserve fédérale des États-Unis a annoncé le 16 décembr...