La Réserve fédérale majore ses taux de 0,25 %

June 14, 2017

Conformément à une décision quasi unanime qui était dans une large mesure attendue, la Réserve fédérale des États-Unis a annoncé le 14 juin une majoration de 25 points de base de la fourchette des taux des fonds fédéraux, qui passe donc de 1,0 % à 1,25 %. Cette majoration est la troisième consécutive au cours des six derniers mois et la Réserve fédérale prévoit hausser les taux encore une fois plus tard cette année.

Pourquoi la Réserve fédérale a-t-elle décidé de majorer les taux?

La Réserve fédérale juge que l’économie américaine continue de croître à un rythme modéré et que dans la situation actuelle de plein emploi et d’inflation qui se rapproche de son taux cible de 2 %, une éventuelle surchauffe de l’économie accompagnée d’une poussée inflationniste est la plus grande menace qui pèse sur la stabilité économique.

La nouvelle du jour :  un programme de normalisation du bilan

La nouvelle la plus marquante dans cette annonce est celle de la mise en place par la Réserve fédérale d’un plan pour réduire la taille de son bilan. Après la crise financière de 2008 et la récession qui a suivi, la Réserve fédérale avait majoré son bilan à 4,5 milliers de milliards de dollars en achetant des bons du Trésor des États‑Unis et des titres adossés à des créances hypothécaires.

Cette expansion de son bilan a réduit les taux d’intérêt à long terme, d’où une diminution du coût du crédit pour des millions d’entreprises et de consommateurs américains, et une stabilisation de l’économie.

La Réserve fédérale a donc annoncé aujourd’hui son intention de lancer plus tard cette année un programme d'allégement de son bilan qui consistera à ne pas renouveler pour 6 milliards de bons du Trésor échus par mois et pour 4 milliards par mois de titres adossés à des créances hypothécaires et d’émissions directes d’organismes gouvernementaux .

Cette somme sera majorée de six mois en six mois jusqu’à un maximum de 30 milliards de dollars par mois de bons du Trésor et de 20 milliards par mois de titres adossés à des créances hypothécaires et d’émissions d’organismes gouvernementaux. La Réserve procédera toutefois avec beaucoup de prudence pour éviter que cette diminution des futurs achats de bons du Trésor et autres titres de créance ait des retombées néfastes sur l’économie.

Quel sera l’effet de la décision de la Réserve sur les portefeuilles MD?

Chez MD, nous croyons que l’économie américaine demeure vigoureuse, comme en témoigne cette troisième majoration consécutive des taux d’intérêt. Nous maintenons donc la surpondération de nos positions en actions américaines par rapport à celles en actions canadiennes et internationales.

Nous n’avons mis en place aucune couverture de change dans nos fonds communs et collectifs de titres américains (aucune mesure n’a été prise pour nous protéger contre une éventuelle dépréciation du dollar américain), car la Réserve fédérale a indiqué son intention de hausser ses taux d’intérêt encore au moins une fois en 2017 et trois autres fois en 2018. À notre avis, ces majorations renforceront le dollar américain par rapport au dollar canadien.

Nous maintenons aussi la sous-pondération du secteur de l’énergie dans nos portefeuilles d’actions canadiennes, d’actions à dividendes et d’actions américaines en raison de la volatilité accrue des titres énergétiques, car nous voyons des possibilités supérieures dans d’autres secteurs qui offrent actuellement un meilleur rendement sur le capital investi.

Même si nous trouvons des idées de placement pour nos fonds communs et collectifs grâce à notre processus ascendant de sélection fondamentale des actions, la diminution de notre engagement dans le secteur de l’énergie devrait également être à l’avantage du rendement de nos fonds communs et collectifs par rapport à l’indice de référence. Nous pensons que les futures majorations des taux des fonds fédéraux pousseront le dollar américain à la hausse, ce qui exercera des pressions à la baisse sur les prix du pétrole et des titres du secteur énergétique.

De manière générale, l’annonce d’aujourd’hui de la Réserve fédérale ne devrait pas conduire à des changements dans le positionnement de nos portefeuilles.

Article précédent
Facebook : pourquoi ne rien faire est parfois la meilleure chose à faire

Par Edward Golding, CFA, MBAGestionnaire de portefeuille, Actions nord-américaines Dans l’univers des place...

Article suivant
Dénouement des élections anticipées au Royaume-Uni : un Parlement sans majorité

Le pari de la première ministre Theresa May de déclencher des élections anticipées dans l’espoir de gonfler...