La Banque du Canada maintient le taux cible à un pour cent : une croissance économique plus faible que prévu

July 23, 2014

Aux dernières nouvelles concernant les taux d’intérêt, la Banque du Canada décidait de maintenir à 1,0 % le taux de financement à un jour. Elle a aussi revu à la baisse ses prévisions de croissance, estimant que l’économie canadienne atteindra sa pleine capacité vers le milieu de 2016, soit six mois plus tard que selon les prévisions antérieures.

La croissance économique est donc plus faible que prévu, et l’inflation a atteint les prévisions établies plus tôt que prévu.

Stephen Poloz, le gouverneur de la Banque, a réaffirmé que le niveau actuel des mesures de détente monétaire reflétait l’équilibre entre l’écart de productivité qui persiste dans l’économie canadienne et l’endettement élevé des ménages.

L’approche préconisée par M. Poloz quant au rôle de la Banque demeure neutre, c’est-à-dire qu’elle n’est ni expansionniste, ni restrictive. La Banque continue d’attendre une croissance intérieure soutenue qui s’appuierait sur les investissements des entreprises et les exportations nettes, et non sur des dépenses de consommation gonflées par l’endettement comme on l’a vu par le passé.

Produit intérieur brut (PIB)

La Banque prévoit que la croissance économique canadienne sera plus faible qu’elle l’avait indiqué dans son Rapport sur la politique monétaire publié en avril. Le Rapport annonçait que la productivité intérieure n’atteindrait sa pleine capacité que vers le milieu de 2016. Dans l’ensemble, les prévisions de croissances ont été réduites de 10 points de base pour 2014 et 2015 respectivement. La croissance moyenne du PIB entre 2014 et 2016 est estimée à 2,25 %.

Inflation

La Banque a également annoncé que l’inflation globale, qui était de 2,3 % pendant les 12 mois précédant mai 2014, avait atteint sa cible plus tôt que prévu. De nombreux facteurs expliquent cette situation, notamment les tensions politiques internationales qui ont joué un rôle dans la hausse des coûts de l’énergie, l’augmentation des prix des aliments en raison de l’offre et les implications d’un huard sous la parité. Cependant, la Banque a précisé que cette tension inflationniste était considérée comme transitoire et qu’elle ne découlait pas d’une expansion soutenue.

L’un des objectifs principaux de Gestion financière MD pour 2014 est de surveiller de près les décisions économiques. Bien que cette décision de la Banque du Canada n’ait surpris personne, l’explication sous-jacente laisse entrevoir des interventions plus modérées dans un avenir rapproché. Cette perspective correspond au positionnement actuel de nos portefeuilles, et nous aurons l’œil sur la situation.

Prochaine annonce

La prochaine annonce concernant les taux d’intérêt est prévue le 3 septembre 2014.

Communiqué de la Banque du Canada

Article précédent
Gestion financière MD : Message du chef de la direction des placements – Les marchés émergents offrent un rendement supérieur au cœur des te

LE POINT SUR LES MARCHÉS : L’indice MSCI ME grimpe de 4,3 %; l’indice TSX, de 1,4 % Les actions des march...

Article suivant
Gestion financière MD : Message du chef de la direction des placements – Les actions canadiennes prennent les devants en juin

LE POINT SUR LES MARCHÉS DE MD : Le TSX grimpe de 4 % et le dollar canadien prend de la vigueur Les actio...