La Banque du Canada maintient le taux cible à un pour cent

June 5, 2012

La Banque du Canada a laissé inchangé le taux cible du financement à un jour à 1,0 % pour une quatorzième fois consécutive. Bien que certains économistes et le marché des swaps indexés sur le taux à un jour laissent présager une réduction du taux d’ici douze mois, le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, a durci le ton à la fin de l’annonce, laissant entendre qu’il y aurait réduction de la détente monétaire actuelle à mesure que le climat économique s’améliorera.

Malgré cette conclusion déterminée de la Banque, le ton général de la dernière annonce était plus sombre qu’à la déclaration d’avril dernier. Depuis la publication en avril du Rapport sur la politique monétaire (RPM), les risques entourant la crise de la dette souveraine en Europe se sont intensifiés, les données publiées récemment aux États Unis font état d’une expansion modérée et l’activité économique dans les pays émergents a ralenti. Ensemble, ces facteurs ont entraîné une détérioration des conditions financières, un recul des prix des produits de base et une fuite des investisseurs mondiaux vers les valeurs sûres.

Compte tenu de la situation économique, le maintien d’un ton ferme est un peu moins convaincant qu’au moment de l’annonce d’avril dernier. Plus important encore, l’intensification des risques à la baisse concernant l’économie mondiale plaide fortement en faveur du maintien par la Banque de sa politique monétaire accommodante.

Produit intérieur brut (PIB)

Au pays, la demande intérieure continue de soutenir l’économie canadienne, les dépenses des ménages et des entreprises ayant contribué de façon positive à l’expansion au cours des trois premiers mois de l’année. À 1,9 %, cependant, la croissance enregistrée au premier trimestre de 2012 était de 60 points inférieure à la projection selon le scénario de référence de la Banque du Canada dans le RPM d’avril.

Dans l’avenir, la demande extérieure devrait demeurer faible, les dépenses gouvernementales resteront probablement modestes et la demande intérieure continuera d’être le principal moteur de la croissance économique au Canada. Sans le soutien d’une politique monétaire accommodante, la capacité des consommateurs de rembourser leurs dettes considérables et de continuer à dépenser sera probablement diminuée. En outre, l’accès au crédit à taux réduit offre aussi la chance aux entreprises canadiennes d’être en bonne position pour tirer profit de l’expansion économique à venir; cet incitatif pourrait toutefois être atténué en partie par la chute récente des prix des produits de base, plus particulièrement le pétrole, et les attentes à l’égard de la croissance mondiale revues à la baisse.

Inflation

En avril, la Banque avait affirmé que l’inflation resterait autour de la cible de 2,0 % jusqu’à ce que l’économie se remette à tourner à plein régime au premier semestre de 2013. Il y a eu peu de changement par rapport à cette attente, mais la baisse récente des prix de l’essence fera probablement passer l’inflation globale sous les 2,0 % à court terme.

Dollar canadien

Bien que le dollar canadien se soit apprécié légèrement, l’annonce de la Banque a eu peu d’effet sur le huard, car il est resté à près de 4 cents sous la parité avec le dollar américain peu après l’annonce.

Prochaine annonce

La date prévue de la prochaine annonce du taux cible du financement à un jour est le 17 juillet 2012.

Communiqué de presse de la Banque du Canada

Article précédent
MISE À JOUR : Les marchés rassurés par les résultats des élections grecques; l’attention se tourne vers le prochain sommet des dirigeants du

Les marchés continuent d’osciller entre l’appétit et l’aversion pour le risque à l’issue des élections ...

Article suivant
La Banque du Canada laisse inchangé le taux cible de financement un pour cent

La décision de la Banque du Canada de maintenir à 1 % le taux cible du financement à un jour n’est pas une ...