La Banque du Canada maintient le taux cible à un pour cent

October 23, 2012

Comme le prévoyaient la plupart des observateurs, la Banque du Canada a laissé inchangé son taux de financement à un jour à 1,0 %. Le taux d’intérêt directeur du Canada est stationnaire depuis le 8 septembre 2010, date à laquelle il avait été majoré de 0,25 %.

Mark Carney, gouverneur de la Banque du Canada, a indiqué que l’expansion de l’économie mondiale est conforme aux projections publiées dans le Rapport sur la politique monétaire de juillet dernier. Plus précisément, la croissance modérée se poursuit aux États-Unis, tandis qu’en Europe, la récession se poursuit. Même si le ralentissement de la croissance en Chine et dans d’autres économies émergentes était prévu, il a été plus marqué que ce qu’on avait d’abord cru. Malgré ce ralentissement notable, l’indice des prix des produits de base de la Banque du Canada s’est apprécié du début du troisième trimestre de 2012 jusqu’au milieu de septembre grâce, du moins en partie, à la politique monétaire accommodante des banques centrales des autres économies développées.

Les commentaires qui précèdent expliquent en partie la décision de la Banque de maintenir sa politique monétaire accommodante. Cependant, ils tranchent avec le ton ferme de l’annonce. En effet, malgré les risques que la croissance économique mondiale prenne une tangente à la baisse, M. Carney maintient un ton relativement ferme et a indiqué qu’au fil du temps, un resserrement de la politique monétaire sera probablement nécessaire.

Produit intérieur brut (PIB)

Selon les plus récentes projections de la Banque, l’économie canadienne croîtra de 2,2 % en 2012, de 2,3 % en 2013 et de 2,4 % en 2014. Ces attentes reflètent une conviction que les vents contraires qui ralentissent l’économie mondiale auront un effet négatif sur la capacité du Canada de poursuivre son expansion économique. Toutefois, les dépenses de consommation et les investissements des entreprises créeront une croissance modérée, d’où un retour prévu à l’utilisation de la pleine capacité de production d’ici la fin de 2013.

Il n’est pas vraiment étonnant de constater que les attentes d’une croissance plus affirmée seront peut-être contrecarrées d’une part par le marché de l’habitation, qui s’est contracté par rapport à ses contributions récemment surdimensionnées, et d’autre part, par les exportations qui restent inférieures à leur niveau d’avant la récession.

Inflation

À la fin de septembre 2012, le taux d’inflation globale (1,2 %) et le taux d’inflation de base (1,3 %) étaient tous les deux nettement inférieurs au taux cible de 2,0 % de la Banque du Canada. En perspective, la Banque laisse entendre que le taux d’inflation de base augmentera graduellement pour atteindre le taux cible de 2,0 % vers le milieu de 2013. Selon les plus récentes prévisions, l’inflation totale de l’IPC devrait atteindre le taux cible d’ici la fin de l’année prochaine.

Monnaie canadienne

Peu après l’annonce, le dollar canadien s’est apprécié par rapport au dollar américain, mais à peine assez pour que le dollar canadien rattrape en partie le terrain perdu le 22 octobre 2012.

Prochaine annonce

La prochaine date d’établissement du taux cible de financement à un jour a été fixée au 4 décembre 2012.

Communiqué de presse de la Banque du Canada

Article précédent
L’art de faire du neuf avec du vieux : retour aux facteurs fondamentaux sur les marchés financiers

La fin d’une année est toujours une excellente occasion pour réfléchir sur les événements survenus et pour ...

Article suivant
Protection du capital et profits en période de volatilité - Message du chef de la direction des placements

La fin de l’année approche à grands pas et nous constatons que les principaux thèmes de notre réflexion sur...