La Banque du Canada laisse inchangé le taux cible de financement un pour cent

March 8, 2012

La décision de la Banque du Canada de maintenir à 1 % le taux cible du financement à un jour n’est pas une surprise. Les douze dernières décisions de la Banque ont toutes consisté à laisser inchangé le taux d’intérêt principal, qui n’a pas bougé depuis le 8 septembre 2010, date de sa dernière majoration de 0,75 % à 1,0 %.

Malgré cette décision de maintenir le taux inchangé, le gouverneur de la Banque, Mark Carney, a tenu des propos un peu étonnants dans une déclaration qui laisse subtilement entendre que le taux cible pourrait être majoré plus tôt que ce à quoi s’attendaient plusieurs économistes.

En exposant le point de vue de la Banque sur la conjoncture économique mondiale, M. Carney a déclaré que l’incertitude entourant les perspectives économiques en janvier dernier (au moment de la dernière parution du Rapport sur la politique monétaire) s’est atténuée sous l’effet de plusieurs facteurs, notamment la perception plus positive de la crise de la dette européenne, l’amélioration de la situation de l’emploi aux États-Unis qui appuie le scénario d’une croissance économique modérée et la diminution de l’aversion pour le risque chez les investisseurs mondiaux. M. Carney souligne entre autres que les risques de baisse demeurent bien présents dans le contexte actuel de compressions budgétaires dans les pays développés, de ralentissement de la croissance dans les marchés émergents, plus particulièrement en Chine, et d’appréciation rapide des prix des produits de base dans la foulée de l’accroissement des tensions géopolitiques.

Le portrait de l’économie mondiale esquissé par la Banque justifie le maintien du taux à 1,0 %. Toutefois, comme les mesures de stimulation monétaire sont bien près d’un sommet historique, l’amélioration récente de la conjoncture pourrait donner le signal d’une majoration des taux.

Produit intérieur brut (PIB)

La Banque croit toujours que les dépenses intérieures demeureront le moteur de l’économie canadienne. L’accès continu à un crédit bon marché aidera vraisemblablement les ménages à maintenir la croissance de leurs dépenses et les incitera à s’endetter encore plus, même si leur endettement est sur le point d’atteindre un sommet inégalé. Même si ce fait n’est pas mentionné dans le communiqué de la Banque, les prix élevés des produits de base et l’accès continu à du crédit bon marché devraient également stimuler les dépenses des entreprises.

La vitalité des dépenses intérieures devrait être contrebalancée par une demande étrangère modérée et la vigueur persistante du dollar canadien, deux facteurs qui ont pour effet combiné de nuire à la compétitivité des exportations canadiennes sur les marchés mondiaux.

Inflation

Dans le Rapport sur la politique monétaire (RPM) de janvier, la Banque indique que l’inflation globale et l’inflation de base ralentiront en 2012 pour ensuite augmenter et se rapprocher du taux cible de 2,0 % vers le troisième trimestre de 2013.

L’annonce d’aujourd’hui n’est pas fondamentalement différente de celle formulée dans le plus récent RPM, si ce n’est que les pressions inflationnistes sont un peu plus fortes et qu’on s’attend maintenant à ce qu’elles demeurent près du taux cible dans un avenir prévisible.

Monnaie canadienne

La décision a eu un effet immédiat sur le dollar canadien qui s’est apprécié de 42 points de base par rapport au dollar américain entre 8 h 56 et 9 h 7.

Prochaine annonce

La prochaine date d’établissement du taux cible de financement à un jour a été fixée au 17 avril 2012.

Communiqué de presse de la Banque du Canada

Article précédent
La Banque du Canada maintient le taux cible à un pour cent

La Banque du Canada a laissé inchangé le taux cible du financement à un jour à 1,0 % pour une quatorzième f...

Plus d'articles