Gestion financière MD : Message du chef de la direction des placements — Notre point de vue sur l’effet possible des événements en Ukraine s

March 5, 2014

L’incertitude politique actuelle en Ukraine provoque des perturbations sur les marchés, mais l’effet sur les portefeuilles de nos clients est minime à ce jour. La structure de nos portefeuilles fait en sorte que dans le portefeuille à horizon temporel de dix ans, la proportion d’actions internationales détenues directement est de 9 % et parmi ces titres, les actions russes et ukrainiennes ne représentent que 0,76 % de nos portefeuilles. À l’échelle du portefeuille, cette répartition se traduit donc par un placement direct en Russie et en Ukraine de 0,07 % de notre actif.

En bref, nous pensons que nos portefeuilles sont assez bien construits pour résister aux effets de l’incertitude géopolitique actuelle. Cependant, nos portefeuilles ne sont pas à l’abri d’éventuels effets résiduels, notamment sur les positions détenues dans les sociétés du secteur de l’énergie et sur les prix de l’or. Ces positions sont détenues dans le contexte d’un portefeuille diversifié construit pour atténuer, sans toutefois éliminer, la volatilité des cours.

Chez MD, nous entendons profiter des possibilités qui s’offrent à nous partout sur la planète, et gérer le rendement et le risque de manière appropriée grâce à une sélection intelligente de gestionnaires et à une méthodologie de diversification rigoureuse. Notre méthode de placement nous permet de répartir prudemment notre actif dans différentes régions dont certaines présentent un risque accru d’incertitude de manière à obtenir des rendements supérieurs. En ce qui concerne la situation en Ukraine, comme ce fut le cas dans d’autres situations similaires, notre objectif n’est pas d’éviter toute incertitude, mais plutôt de prendre des décisions en accordant la priorité aux intérêts de nos clients.

Contexte : Développements récents en Ukraine

Le 1er mars, le parlement russe a approuvé le déploiement de ses forces armées dans la région de la Crimée en Ukraine. Cette décision fait suite à l’éviction en février du président ukrainien prorusse Viktor Yanukovych par le parlement ukrainien contrôlé par l’opposition. Cet événement est survenu après plusieurs mois de manifestations antigouvernementales à Kiev, capitale de l’Ukraine.

À notre avis, l’évolution rapide de la situation en Ukraine est susceptible d’avoir des effets de deux ordres sur nos investisseurs et sur les marchés financiers, ces effets découlant à la fois du risque imminent de guerre dans la région et, sur un plan entièrement distinct, du risque financier croissant en Ukraine.

Effets sur les investisseurs et les marchés : Deux points importants

Premièrement, le risque d’un engagement militaire accru de la Russie en Ukraine pourrait saper les attentes de croissance dans toute la région et miner le sentiment des investisseurs à l’égard d’un large éventail de placements mondiaux très sensibles aux risques géopolitiques et économiques.

La mesure dans laquelle les attentes de croissance et le sentiment des investisseurs seront touchés dépend dans une large mesure de l’étendue de l’engagement militaire russe en Ukraine ainsi que de la réaction que cet engagement provoquera aux États-Unis et dans les pays de l’Union européenne. Jusqu’à présent, les gestes militaires agressifs de la Russie ont été condamnés avec vigueur par la communauté internationale, et l’Occident est maintenant engagé dans une campagne diplomatique visant à empêcher l’aggravation de la situation. Ces facteurs font en sorte qu’à présent, la probabilité d’un conflit militaire de grande envergure entre la Russie et l’Ukraine est limitée.

Deuxièmement, en raison de la rupture des relations entre l’Ukraine et la Russie, la situation actuelle en Ukraine est aussi porteuse d’un risque financier susceptible de se concrétiser de manière imminente.

Les observateurs estiment que pour refinancer sa dette extérieure en 2014, l’Ukraine aura besoin de 20 à 30 milliards de dollars américains. À l’arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement en Ukraine le mois dernier, la Russie a mis fin à son programme d’aide financière de 15 milliards de dollars. Pour résoudre ce problème, le Fonds monétaire international pourrait intervenir et négocier un nouveau plan de secours avec l’Ukraine. Cependant, l’incertitude persiste quant au moment où ce plan de secours pourrait être mis en œuvre et quant aux conditions auxquelles il le serait.

Simultanément, on a assisté dernièrement en Russie à une augmentation du débit des flux sortants de capitaux, d’où la décision de la banque centrale de majorer son taux d’intérêt directeur de 5,5 % à 7 %, ce qui a eu un effet négatif sur les attentes de croissance en Russie.

Effets immédiats : Volatilité à court terme et sautes d’humeur des marchés

Actuellement, le marché le plus durement touché par ces événements est celui de la Russie. La Russie est un important producteur d’énergie dans le monde et le troisième partenaire commercial en importance de l’Union européenne. Le 3 mars dernier, l’indice boursier russe MICEX (indice de la bourse de Moscou) a plongé de 10,79 % en monnaie locale et le rouble russe a perdu 2 % de sa valeur par rapport au dollar américain. Le 4 mars, l’indice MICEX remontait de 5,26 % et le rouble regagnait 0,18 % par rapport au dollar américain.

Dans l’état actuel de la situation, nous pensons que l’incertitude continuera de créer de la volatilité à court terme et provoquera des changements d’humeur soudains sur les marchés. Comme on l’a constaté au cours des périodes récentes d’incertitude, les valeurs refuges sont alors privilégiées par les investisseurs désireux de réduire le niveau de risque de leur portefeuille. Habituellement, la généralisation de l’aversion pour le risque sur les marchés favorise l’or et les bons du Trésor.

Effets à plus long terme : Retour prévu aux facteurs fondamentaux sur les marchés

En ce qui concerne l’effet sur les portefeuilles de nos clients à l’intérieur de l’horizon temporel établi, en nous appuyant sur les faits actuellement connus, nous sommes d’avis que la situation en cours aura probablement au bout du compte un effet global restreint. Il est probable que la situation aura des effets à court terme sur le cours du pétrole brut, qui pourrait augmenter en raison des craintes d’interruption possible des approvisionnements, et il se peut également que les cours boursiers sur les marchés émergents et les marchés développés d’Europe traversent une période de volatilité, car c’est dans ces régions que la situation aura les conséquences les plus importantes.

À mesure que la situation se précisera ou qu’elle tendra à s’apaiser, nous pensons que les marchés mondiaux reviendront aux facteurs fondamentaux pertinents. Nous continuons cependant de surveiller avec attention les développements dans cette région afin d’évaluer tout effet possible sur les investisseurs de MD.

Pour les investisseurs qui souhaitent tirer parti de la croissance économique mondiale et de la progression des marchés, notre point de vue demeure que le meilleur plan consiste à adopter une stratégie de placement diversifiée et éprouvée, taillée sur mesure en fonction de l’horizon temporel et des objectifs de chacun. Même si les sources d’instabilité des marchés évoluent avec le temps, la sagesse de cette approche demeure quant à elle immuable.

Comme d’habitude, votre conseiller MD peut vous aider à comprendre les effets de l’évolution de l’économie mondiale et des marchés sur les investisseurs individuels. Si vous avez des questions, je vous invite à communiquer avec votre conseiller.

William R. Horton Jr., CFA
Chef de la direction des placements
Gestion financière MD

Article précédent
Gestion financière MD : Message du chef de la direction des placements — Amélioration des résultats sur les marchés développés en février

LE POINT SUR LES MARCHÉS DE MD : Les marchés boursiers rebondissent et affichent des rendements plus solide...

Article suivant
Gestion financière MD : Message du chef de la direction des placements — Année record sur les places boursières

LE POINT SUR LES MARCHÉS DE MD : Hausses de la plupart des indices boursiers, mais difficultés sur les marc...