Gestion financière MD : Le point sur les marchés par le chef de la direction des placements – Une bonne stratégie tient le coup dans un cont

October 17, 2014

Que se passe-t-il?

Au cours du dernier mois, les marchés boursiers canadiens et mondiaux ont chuté dans un climat d’inquiétude généralisée créé par le ralentissement de l’économie mondiale. Ils demeurent tout de même positifs pour la période des 12 derniers mois. La stratégie de gestion de portefeuille de MD tient compte de la probabilité que les marchés fluctuent et reste structurée de façon à ce que les clients atteignent leurs objectifs de placement à long terme.

Depuis le 11 septembre 2014, les marchés boursiers canadiens, américains et mondiaux sont en baisse de 10,1 %, 3,4 % et 5,4 % (en dollars canadiens) respectivement. Toutefois, les données sur un an sont plus encourageantes : au cours des 12 derniers mois, les marchés canadiens ont progressé de 10,4 % (en dollars canadiens), tandis que les marchés américains et mondiaux ont grimpé de 22,3 % et 13,4 % respectivement (toujours en dollars canadiens). Un des fondements de base important pour la croissance des marchés boursiers repose sur le potentiel de croissance des bénéfices des sociétés. Ce fondement n’est pas ébranlé puisque les économies américaines et canadiennes connaissent encore de bonnes perspectives de croissance.

Comment MD se positionne-t-elle dans le contexte actuel?

Nous continuons de recommander aux épargnants d’adopter une stratégie de placement conforme à leurs buts et à leur horizon temporel. La répartition stratégique de l’actif prend en effet toute son importance dans le contexte actuel, car elle crée une première ligne de défense qui protège les portefeuilles des épargnants. Les portefeuilles MD sont conçus en fonction de la volatilité possible des marchés et accordent une importance toute particulière au risque de baisse associé aux placements comportant un horizon temporel donné. Nous continuons par ailleurs de recourir à la diversification et à la gestion active des portefeuilles dans le cadre d’un processus de placement bien défini qui nous permet de continuer de profiter des possibilités qu’offrent les marchés financiers.

Contexte

De nombreux événements survenus un peu partout dans le monde ont probablement contribué à la glissade récente des marchés boursiers mondiaux et des marchés canadiens. En voici quelques-uns parmi les plus importants :

  • Les attentes à l’égard de la croissance économique mondiale se sont amoindries lorsque le Fonds monétaire international (FMI) a révisé à la baisse à la fois ses prévisions de croissance pour les économies développées et pour les économies en émergence. Malgré ces attentes réduites, le FMI continue néanmoins de prévoir une croissance économique mondiale réelle de 3,3 % en 2014, taux qui passera à 3,8 % en 2015. Dans ce scénario, les économies en émergence offriraient un rendement supérieur à celui des économies développées.
  • Ces dernières années, les décideurs politiques, et plus particulièrement ceux des deux plus grosses économies du monde, soit les États-Unis et l’Europe, ont influé de manière déterminante sur les perspectives économiques mondiales et sur l’évolution des marchés financiers. Partout dans le monde, les marchés boursiers bénéficient d’une politique monétaire accommodante depuis la crise financière de 2008. Or, les statistiques économiques récentes ont rendu très incertaine la date éventuelle d’une amorce de normalisation de la politique monétaire (c’est-à-dire d’une majoration des taux d’intérêt) par la Réserve fédérale américaine. Nous continuons d’assister à un renforcement graduel de l’économie américaine, comme le confirme l’amélioration récente de la situation de l’emploi. Le taux de chômage a plongé à 5,9 % en septembre 2014 dans la foulée d’une augmentation de 248 000 du nombre d’emplois non agricoles. (En septembre 2013, le taux de chômage était de 7,2 %).
  • Pendant ce temps, la crise bancaire qui entrave le bon fonctionnement des économies de la zone euro demeure non résolue. La Banque centrale européenne (BCE) a intensifié ses efforts de lutte à la déflation dans un contexte de perspectives économiques plutôt sombres pour la région. Au nombre des mesures prises récemment par la BCE, mentionnons l’adoption de taux négatifs sur les dépôts des banques et l’établissement de plans en prévision de la mise en place d’un programme d’achat d’actifs.
  • Les prix des produits de base sont par ailleurs en net recul. Les prix de l’énergie, plus particulièrement, ont souffert, car la demande n’augmente pas au même rythme que l’offre dans le contexte des prévisions de croissance économique mondiale inférieure. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a récemment revu à la baisse ses prévisions de croissance de la demande mondiale de pétrole pour 2014 et 2015 et a indiqué du même souffle que l’offre mondiale avait atteint son sommet des 13 derniers mois. Comme le secteur de l’énergie représente 26,3 % de l’indice TSX, voilà qui explique en partie le rendement inférieur des actions canadiennes. Sur une note plus positive, mentionnons que cette diminution des prix de l’énergie devrait contribuer à soutenir la croissance économique mondiale à court terme.

Pour situer dans une perspective plus juste la situation actuelle, mentionnons qu’il est possible que les marchés soient simplement en phase de correction après une période prolongée de volatilité relativement modérée. Depuis la crise financière de 2008, les marchés boursiers mondiaux ont en effet affiché une belle résilience et résisté à de nombreux risques : l’incertitude économique mondiale, les tensions géopolitiques croissantes et les catastrophes naturelles. Il importe aussi de souligner que la remontée récente des marchés boursiers mondiaux a été pratiquement ininterrompue, puisque la dernière baisse de 10 % ou plus remonte à l’été 2011. (Voir graphique.)


Source : Données de l’indice MSCI par Wilshire

MD continue de surveiller les tendances économiques mondiales et d’intégrer les points de vue de gestionnaires triés sur le volet dont les méthodes rigoureuses sont justement conçues pour atténuer le risque et offrir un rendement supérieur à celui de l’ensemble des marchés.

Si vous désirez obtenir plus de détails sur la méthodologie de placement rigoureuse de MD et l’effet des tendances économiques mondiales sur votre portefeuille de placements, je vous invite à communiquer directement avec votre conseiller MD.

William R. Horton, Jr., CFA
Chef de la direction des placements
Gestion financière MD inc.

Article précédent
Gestion financière MD : Message du chef de la direction des placements La baisse des prix des produits de base pèse sur le cours des

LE POINT SUR LES MARCHÉS : Les marchés boursiers du Canada et des pays émergents sont les plus durement épr...

Article suivant
Gestion financière MD : Message du chef de la direction des placements – Croissance robuste en Amérique du Nord

LE POINT SUR LES MARCHÉS : Les actions américaines au sommet du rendement en août En dollars canadiens, l...