Skip to main content

Cinq déductions fiscales et crédits d’impôt pour les étudiants en médecine

Jeune homme tenant un vers dans un main et un livre dans l'autre main, entrain de faire une lecture.

En tant qu’étudiante ou étudiant en médecine, vous avez probablement peu ou pas de revenus. Il est néanmoins à votre avantage de produire une déclaration de revenus.

Vous pourriez en effet être admissible au crédit de TPS/TVH, une prestation trimestrielle versée aux personnes à faible revenu. Vous pourrez aussi peut-être reporter d’autres crédits et les utiliser ultérieurement pour réduire votre revenu imposable des années à venir.

Voici quelques déductions fiscales et crédits d’impôt auxquels vous avez peut-être droit et qui réduiront vos impôts, maintenant ou plus tard.

1. Crédit d’impôt pour frais de scolarité

Comme les frais de scolarité annuels en médecine se chiffrent en milliers de dollars, le crédit d’impôt pour frais de scolarité vaut son pesant d’or. Outre les frais de scolarité comme tels, vous pouvez aussi réclamer les frais d’inscription, d’admission, d’accès à la bibliothèque ou aux laboratoires, de délivrance de votre diplôme ainsi que les frais obligatoires de services informatiques.

Certains frais d’examen pourraient aussi être admissibles au crédit d’impôt pour frais de scolarité. Selon le site Web du Conseil médical du Canada, les frais de l’examen d’aptitude du Conseil médical du Canada (EACMC), partie I, le sont. (La partie II a été abolie en juin 2021.) De plus, certains frais accessoires, comme les frais liés à une demande de changement de centre d’examen ou les frais de retard (jusqu’à concurrence de 250 $) sont également admissibles.

Pour réclamer ce crédit d’impôt, vous devez obtenir de votre établissement d’enseignement l’un des formulaires suivants :

  • le formulaire T2202, Certificat pour frais de scolarité et d’inscription;
  • le formulaire TL11A, Certificat pour frais de scolarité et d’inscription – Université à l’extérieur du Canada;
  • le formulaire TL11C, Certificat pour frais de scolarité et d’inscription – Étudiant frontalier fréquentant un établissement aux États-Unis;
  • le formulaire TL11D, Certificat de frais de scolarité – Établissements d’enseignement à l’extérieur du Canada pour les résidents réputés du Canada.

Astuce : Si, faute d’un revenu suffisant, vous ne pouvez utiliser le crédit pour l’année courante, vous pouvez le transférer à une personne admissible (votre époux ou conjoint de fait ou, sous réserve de certaines conditions, un de vos parents ou grands-parents) ou encore, le reporter à une année ultérieure.

2. Intérêts sur les prêts étudiants

Vous avez un prêt étudiant du gouvernement? Il peut s’agir d’un prêt accordé en vertu de la Loi fédérale sur les prêts aux étudiants, de la Loi fédérale sur l’aide financière aux étudiants ou d’un programme de prêts provincial ou territorial similaire.

En avril 2021, le gouvernement fédéral a annoncé qu’il suspendait les intérêts sur la partie fédérale des prêts d’études canadiens jusqu’au 31 mars 2023. Il est malgré tout possible que vous ayez payé des intérêts sur un prêt étudiant, ce qui pourrait vous rendre admissible à un crédit d’impôt dans votre déclaration de revenus de 2021.

Si vous avez payé des intérêts en 2021 ou au cours des cinq années précédentes sur des prêts obtenus et toujours en vigueur en vertu de la Loi fédérale sur les prêts aux étudiants, de la Loi fédérale sur l’aide financière aux étudiants ou d’un programme de prêts provincial ou territorial semblable, vous pouvez demander un crédit d’impôt fédéral non remboursable équivalent à 15 % de ces intérêts (si vous ne l’avez pas déjà demandé). Des crédits d’impôt provinciaux non remboursables peuvent aussi s’appliquer.

À noter que les intérêts payés sur une marge de crédit ou un prêt personnel ne sont pas admissibles au crédit d’impôt pour frais de scolarité.

Astuce : Si vous n’avez aucun impôt à payer cette année, ne demandez pas le crédit sur les intérêts payés dans votre déclaration de revenus. Demandez-le plutôt sur l’une ou l’autre de vos déclarations de revenu des cinq années suivantes. Contrairement aux autres crédits d’impôt, notamment celui pour frais de scolarité, l’ARC n’assure pas le suivi des montants reportables.

3. Frais de déménagement

Si, en 2021, vous avez déménagé à au moins 40 kilomètres de votre domicile initial afin de fréquenter à temps plein un établissement d’enseignement postsecondaire, vos frais de déménagement pourraient être déductibles. Ces frais peuvent cependant être déduits uniquement des revenus issus d’une bourse ou d’une subvention imposable. En d’autres termes, les frais de déménagement ne peuvent être déduits si le seul revenu que vous avez gagné là où vous avez emménagé est une bourse totalement exonérée d’impôt. (Si vous travaillez à temps partiel pendant vos études à votre nouveau lieu de résidence, vous pouvez déduire vos frais de déménagement de vos revenus d’emploi imposables.)

Font notamment partie des frais de déménagement les frais de transport et d’entreposage, de déplacement, de subsistance temporaire ou de résiliation d’un bail.

Astuce : Si vous avez engagé dans l’année des frais de déménagement que vous ne pouvez déduire faute de revenus suffisants, vous pourrez peut-être les déduire de vos revenus d’une année subséquente. Conservez vos reçus dans l’éventualité où l’ARC vous demanderait de les produire.

4. Frais médicaux

Si vous avez engagé des frais médicaux (y compris pour des soins dentaires et des soins de la vue) qui ne sont pas couverts par un régime d’assurance, il est possible que vous puissiez les déduire de votre revenu imposable.

Pour 2021, les frais médicaux admissibles engagés en sus de 2 421 $ ou de 3 % de votre revenu net (selon le montant le moins élevé) vous donnent droit à un crédit d’impôt fédéral non remboursable de 15 %. La liste des frais admissibles est longue et inclut les sommes engagées pour se procurer du cannabis thérapeutique, des services de tutorat (trouble d’apprentissage) et des traitements de fertilité et les frais de déplacement engagés pour obtenir des services médicaux.

5. Frais de garde d’enfants

Si vous avez des enfants, les frais de garderie, de gardiennage ou d’un aide familial à temps plein sont déductibles jusqu’à concurrence de 8 000 $ par année par enfant de moins de 7 ans, et jusqu’à concurrence de 5 000 $ par année par enfant âgé de 7 à 16 ans. Il va de soi que vous ou votre partenaire devez avoir un revenu pour déduire les frais de garde qui ne peuvent être reportés à une année subséquente. En général, l’époux ou le conjoint de fait dont le revenu est le moins élevé doit réclamer cette déduction (sauf si cette personne est aux études ou est handicapée, ou si le couple est séparé).

Astuce : En pratique, l’ARC n’exige généralement pas la ventilation des frais de garde par enfant. C’est donc dire que, dans la mesure où le total des frais de garde ne dépasse pas la limite permise par enfant multipliée par le nombre d’enfants, tous les frais admissibles de garde d’enfants sont généralement reconnus. Pour profiter pleinement des déductions de base pour les frais de garde d’enfants, assurez-vous d’inclure dans votre déclaration de revenus tous vos enfants de 16 ans ou moins ainsi que ceux ayant un handicap.

Si vous êtes étudiant en médecine et que votre situation fiscale est simple, vous pouvez faire préparer gratuitement votre déclaration de revenus par le cabinet comptable MNP.

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.