Skip to main content

Réserve fédérale des États-Unis : le retrait progressif des mesures d’assouplissement s’amorce!

Messages clés

  • La cible du taux des fonds fédéraux demeure dans une fourchette de 0 % à 0,25 %.
  • La Réserve fédérale réduira ses achats d’actifs dès ce mois-ci.
  • L’inflation reste forte, mais diminuera lorsque les contraintes d’approvisionnement se dissiperont.

Le Federal Open Market Committee (FOMC) a annoncé cette semaine sa décision unanime de laisser inchangée la fourchette cible du taux des fonds fédéraux (0 % à 0,25 %). Le comité a réitéré qu’elle resterait la même tant que les cibles de plein emploi et d’inflation à long terme ne seraient pas atteintes de manière durable.

Comme on s’y attendait, la Réserve fédérale des États-Unis a annoncé qu’elle commencera à réduire mensuellement la valeur de ses achats d’obligations d’État et de titres adossés à des prêts hypothécaires de 10 et de 5 milliards de dollars américains respectivement.

Voici venu le temps du retrait progressif

L’économie américaine a pris beaucoup de mieux depuis le début de l’année, d’où la décision de la Réserve de mettre progressivement fin à son programme d’assouplissement quantitatif.

Malgré les réductions prévues, le FOMC gonflera ses positions en obligations d’État et en titres adossés à des prêts hypothécaires d’au moins 70 et 35 milliards de dollars américains respectivement ce mois-ci. En décembre, ses achats devraient se chiffrer à au moins 60 et 30 milliards de dollars américains respectivement.

La Réserve a précisé qu’elle entendait réduire d’autant la valeur de ses achats tous les mois par la suite. Elle se tient toutefois prête à corriger le tir si les perspectives économiques devaient changer. Les risques liés à la pandémie persistent.

Pour l’heure, on s’attend à ce que ce retrait progressif prenne fin vers le milieu de 2022 (comme l’ont déjà indiqué les dirigeants), ce qui laisse présager une ou deux majorations éventuelles des taux d’intérêt au deuxième semestre de 2022. Néanmoins, selon l’évolution de l’inflation transitoire, nous ne serions pas étonnés non plus qu’il n’y ait pas de majoration en 2022.

Inflation à court terme et déséquilibres de l’offre et de la demande

Les indicateurs de l’activité économique et de l’emploi continuent de s’améliorer au fil des campagnes de vaccination et grâce aux importants programmes d’aide.

La Réserve fédérale reconnaît que l’inflation demeure élevée, mais réitère que les déséquilibres de l’offre et de la demande qui poussent les prix à la hausse ne sont que temporaires. On s’attend à un retour à une inflation normale de plus ou moins 2 % (le taux cible) dès que les problèmes d’approvisionnement se seront résorbés.

L’ensemble des conditions financières restent accommodantes

Les marchés ont bien accueilli l’annonce d’aujourd’hui, qui ne contenait aucune surprise. Les cours boursiers et les taux de rendement des obligations américaines ont augmenté, et le dollar américain a reculé par rapport au dollar canadien dans le sillage de l’annonce de la Réserve fédérale.

Nous maintenons une surpondération des actions par rapport aux titres à revenu fixe en privilégiant les titres des marchés développés (particulièrement américains). Dans notre portefeuille de titres à revenu fixe, nous limitons notre exposition au risque de taux d’intérêt et sommes positionnés en fonction d’un aplatissement de la courbe des taux de rendement. Pour plus de renseignements, nous vous invitons à communiquer avec votre conseiller MD*.

La prochaine annonce de la Réserve fédérale des États-Unis est prévue pour le 15 décembre et sera accompagnée de la publication du plus récent sommaire des projections économiques.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement).

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.

 

 

À propos de l'auteur

RICHARD SCHMIDT, CFA, est gestionnaire de portefeuille adjoint dans l’équipe Gestion multiactif de Gestion financière MD (MD). Il s’occupe principalement des fonds et des fonds collectifs d’actions nord-américaines.

Profile Photo of Richard Schmidt