Prudente, la Banque du Canada maintient ses taux dans l’attente du véritable test économique

October 31, 2019 Wesley Blight

La décision de la Banque du Canada de laisser le taux cible du financement à un jour à 1,75 % n’a surpris personne, mais elle accentuera l’effet du ralentissement de la croissance mondiale sur l’économie canadienne.

Les tensions géopolitiques et commerciales freinent l’investissement des entreprises, les échanges et la production manufacturière. L’économie canadienne devrait donc ralentir après avoir maintenu un rythme intenable au premier semestre.

Prévisions de croissance nuancées

Le portrait n’est pas tout noir. Stimulées par le faible coût du crédit et la vigueur de l’emploi, les dépenses de consommation et la demande intérieure ont contrebalancé en partie le ralentissement des échanges. Ces bonnes nouvelles ont incité la Banque du Canada à relever à 1,5 % les prévisions de croissance économique du Rapport sur la politique monétaire de juillet pour cette année, qui étaient de 1,3 %. Le portrait est moins réjouissant pour 2020 et 2021 cependant, avec des prévisions de ralentissement (baisse de 1,9 % à 1,7 % et de 2,0 % à 1,8 %, respectivement).

L’inflation demeure sous contrôle

L’inflation de base mesurée par la Banque demeure près du taux cible de 2,0 %, mais le ralentissement attendu de la croissance dénote un écart de production qui devrait légèrement atténuer les pressions inflationnistes au cours des 12 prochains mois, puis l’inflation remontera à 2,0 % en 2021.

Mise à l’épreuve de l’économie canadienne

Selon la Banque, « la résilience de l’économie canadienne sera de plus en plus mise à l’épreuve ». L’incertitude et les conflits commerciaux persistants pourraient ralentir les dépenses des entreprises, réduire la demande d’exportations et déprimer les prix des produits de base. Dans un effort pour soutenir la croissance, la Banque abaissera probablement ses taux, même si le coût peu élevé du crédit demeure préoccupant en raison du fort endettement des consommateurs canadiens.

La Banque a annoncé clairement son intention de suivre de près les signes de résilience dans l’économie canadienne au cours des prochains mois (notamment les dépenses de consommation et l’activité dans le secteur du logement) afin de bien comprendre dans quelle mesure le ralentissement mondial se propagera.

Effet immédiat sur le marché

L’indice composé S&P/TSX a bondi dès l’annonce et le dollar canadien a reculé par rapport au dollar américain. Les prix des obligations canadiennes ont augmenté, ce qui accentue l’inversion de la courbe des taux de rendement intérieurs. Même si les taux de rendement obligataires canadiens ont diminué ce matin, ils restent supérieurs à leur niveau d’il y a deux semaines, ce qui s’explique, en partie du moins, par un apaisement perçu des risques géopolitiques, l’intensification de l’activité économique et une récession mondiale moins probable.

Comme la Réserve fédérale a abaissé sa fourchette de taux cible peu après l’annonce de la Banque du Canada, les taux canadiens sont actuellement les plus élevés de tous les pays du G-7, ce qui, à notre avis, devrait soutenir le dollar canadien et justifie les attentes de diminution des taux. La Banque a tout l’espace voulu pour agir en ce sens si le besoin s’en fait sentir.

En résumé, la décision et les motifs de la Banque sont en phase avec nos attentes et, pour l’heure, il n’y a pas lieu de modifier sensiblement notre stratégie. Les taux d’intérêt se redirigent vers des planchers historiques, ce qui accentue le risque des titres à revenu fixe et explique notre décision de repositionner préventivement nos portefeuilles de titres à revenu fixe en réduisant leur durée et en nous concentrant sur la préservation du capital.

Pour plus de renseignements sur l’annonce de la Banque du Canada, les taux d’intérêt en général ou votre portefeuille, nous vous invitons à communiquer avec votre conseiller MD*.

*« Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

A propos de l'auteur

Wesley Blight

Wesley Blight, CFA, CIM, FCSI, est gestionnaire de portefeuille au sein de l’équipe Gestion de placements chez Gestion financière MD. Il est responsable des résultats des fonds communs et des fonds collectifs à revenu fixe et de type « équilibré » de MD.

Plus de contenu de Wesley Blight
Article précédent
Nouvelle baisse des taux de la Réserve fédérale pour soutenir la croissance
Nouvelle baisse des taux de la Réserve fédérale pour soutenir la croissance

La troisième diminution consécutive des taux d’intérêt par la Réserve fédérale des États-Unis vise à souten...

Article suivant
Des résultats d’élection sans incidence majeure sur l’économie
Des résultats d’élection sans incidence majeure sur l’économie

×

Abonnez-vous à notre infolettre

J’autorise Gestion financière MD (y compris Gestion financière MD inc., Gestion MD limitée, la Société de fiducie privée MD, la Société d’assurance vie MD et l’Agence d’assurance MD limitée), La Banque de Nouvelle-Écosse et les autres membres du groupe d’entreprises de la Banque Scotia (les « membres de la Banque Scotia ») à me faire parvenir par messages électroniques (courriels et messages texte) des renseignements au sujet de leurs produits et services, de leurs offres, de leurs événements et d’autres renseignements pertinents y compris des renseignements sur les produits et services d’autres partenaires de confiance de la Banque Scotia susceptibles de m’intéresser. Ce consentement est sollicité par Gestion financière MD et chaque membre de la Banque Scotia, y compris toute entité qui pourr
!
Merci
Error - something went wrong!