Printemps 2019 : Les titres à revenu fixe conservent leur importance

Printemps 2019 : Les titres à revenu fixe conservent leur importance

Patrick Ercolano, Ian Taylor et Wesley Blight, vice-présidents adjoints de Gestion des placements et stratégie chez MD, discutent de l’évolution des solutions de titres à revenu fixe MD et d’occasions fort intéressantes pour les investisseurs.

*Notes juridiques

 

Transcription

Patrick : Compte tenu du faible rendement historique des marchés obligataires traditionnels, nous tenions ce trimestre-ci à nous attarder sur l’évolution des solutions à revenu fixe de MD et des possibilités existantes. Je suis en compagnie de Ian Taylor, cogestionnaire de portefeuille pour le Fonds collectif stratégique de rendement GPPMD, et de Wesley Blight, gestionnaire de portefeuille pour les titres à revenu fixe canadiens et les fonds équilibrés de MD. Il y a des sujets plus captivants que celui des titres à revenu fixe, mais j’ai cru comprendre que vous aviez tous deux trouvé quelques possibilités sur ce marché qui devraient intéresser les investisseurs. 

Q : Ian, vous avez parlé récemment des obligations des marchés émergents dans le blogue du site md.ca. Pouvez-vous nous parler plus longuement de cette catégorie d’actif?

  • Imaginez que vous êtes étudiant : vos revenus sont sans doute maigres et votre solvabilité ne repose probablement que sur vos revenus éventuels. Par conséquent, votre pouvoir d’emprunt est faible, et vous n’obtiendrez généralement pas le meilleur taux.
  • Puis, à mesure que vous accumulez des actifs, que vous payez vos comptes et que vous vous bâtissez un bon dossier de crédit, vous améliorez votre solvabilité; après un certain temps, il devient plus facile et moins coûteux d’emprunter. Or, c’est souvent le même cercle vertueux que suit une économie émergente sur le marché des capitaux. C’est aussi la raison pour laquelle cette catégorie d’actif peut intéresser les investisseurs.
  • Étonnamment, au cours des vingt dernières années, si on fait une comparaison avec les marchés développés, la prime tirée des placements en obligations sur les marchés émergents s’avère plus grande que celle générée par les placements en actions.

Q : Ian, en tant que cogestionnaire de portefeuille pour les produits stratégiques de rendement de MD, comment investissez-vous dans les obligations des marchés émergents?

  • Traditionnellement, les marchés émergents émettent leurs obligations en dollars américains pour les rendre plus attrayantes. Toutefois, comme le cercle vertueux dont nous venons de parler rend ces marchés de plus en plus solvables, les obligations en monnaie locale sont désormais plus intéressantes.
  • Il faut aussi tenir compte de la diversification : l’indice MSCI Marchés émergents est dominé à 50 % par trois pays d’une même région (l’Asie). Si vous examinez les indices d’obligations des marchés émergents libellés en dollars américains ou en monnaie locale, vous constaterez qu’aucun pays ne pèse plus de 10 % dans les deux cas.
  • Dans le Fonds stratégique de rendement MD et le Fonds collectif stratégique de rendement GPPMD, nous faisons des placements tant en dollars américains qu’en monnaie locale, en appliquant une répartition stratégique d’environ 15 %.

Q : Wesley, nos investisseurs voudraient savoir comment certains de vos mandats tirent avantage de ces possibilités. Vers quels types de placements les mandats de titres à revenu fixe canadiens sont-ils orientés?

  • Notre objectif est la production de revenus, la conservation du capital et l’atténuation de la volatilité du portefeuille.
  • Nous privilégions les obligations canadiennes de qualité supérieure, mais nous obtenons une valeur ajoutée au moyen d’une répartition dynamique dans des obligations mondiales.
  • Compte tenu des objectifs de placements du mandat, il n’est pas difficile de générer des revenus élevés. Il suffit d’opter pour les obligations qui paient un taux d’intérêt nominal élevé. Les possibilités sont nombreuses à l’étranger, et nous les exploitons en investissant dans des obligations d’État et de sociétés.
  • Les obligations des marchés émergents sont d’excellents exemples de possibilités de rendement plus élevé; cependant, force est d’admettre qu’elles présentent aussi généralement plus de risques de baisse importante et même de défaut de paiement.
  • Lorsque nous intégrons des obligations des marchés émergents dans nos portefeuilles, notre préoccupation première consiste à préserver le capital, et nous atténuons les risques de la façon suivante :
    • nous limitons l’exposition maximale aux placements dans des obligations mondiales, des obligations de marchés émergents et des obligations individuelles;
    • nous maintenons une exposition dynamique;
    • nous privilégions une exposition diversifiée et des positions réduites (pour pouvoir modifier la répartition des portefeuilles et atténuer le risque de baisse de rendement attribuable à un émetteur donné). 

Q : Wesley, pouvez-vous nous donner un ou deux exemples de ce type de placement?

  • Actuellement, le contexte économique est favorable aux obligations de qualité supérieure des marchés émergents pour leur rendement attrayant et leur potentiel global plutôt qu’aux obligations privilégiées canadiennes. Nous n’avons qu’une exposition modeste aux obligations étrangères de qualité supérieure et évitons les pays où la base de l’économie se détériore.
  • L’Indonésie est un bon exemple de pays aux titres de qualité supérieure où nous nous sentons à l’aise de conserver des placements aujourd’hui.
    • La base de l’économie y est solide, la croissance du PIB se situant à plus de 5 % et l’inflation y étant faible.
    • Le gouvernement a mis en place des politiques économiques crédibles, et la banque centrale maintient son taux directeur à 6 % depuis novembre dernier.
  • Dans un contexte économique stable ou qui s’améliore, nous pouvons saisir les possibilités attrayantes dans les pays qui affichent un rendement d’environ 7,5 % pour les obligations à 10 ans.
  • Les obligations indonésiennes que nous détenons sont de qualité supérieure. Leur rendement ainsi que la valeur de la monnaie locale représentent une valeur ajoutée directe pour nos mandats de titres à revenu fixe canadiens.
Article précédent
Printemps 2019 : Le point sur le capital-investissement mondial Platine MD

Joignez-vous à Craig Maddock, vice-président, et à Edward Golding, vice-président adjoint de Gestion des pl...

Article suivant
Gestion financière MD inc. modifie les objectifs de placement de deux de ses fonds

Gestion financière MD inc. (« MD ») a annoncé aujourd’hui qu’elle modifiera les objectifs de placement de d...

×

Abonnez-vous à notre infolettre

J’autorise Gestion financière MD (y compris Gestion financière MD inc., Gestion MD limitée, la Société de fiducie privée MD, la Société d’assurance vie MD et l’Agence d’assurance MD limitée), La Banque de Nouvelle-Écosse et les autres membres du groupe d’entreprises de la Banque Scotia (les « membres de la Banque Scotia ») à me faire parvenir par messages électroniques (courriels et messages texte) des renseignements au sujet de leurs produits et services, de leurs offres, de leurs événements et d’autres renseignements pertinents y compris des renseignements sur les produits et services d’autres partenaires de confiance de la Banque Scotia susceptibles de m’intéresser. Ce consentement est sollicité par Gestion financière MD et chaque membre de la Banque Scotia, y compris toute entité qui pourr
!
Merci
Error - something went wrong!