Skip to main content

Les connaissances financières pour prévenir l’épuisement professionnel

En médecine, les finances sont un sujet tabou. Nous exerçons une profession altruiste; c’est peut-être pour cette raison que nous ne parlons pas d’argent ni de l’usage que nous en faisons. Et ce n’est certes pas un point abordé par les collèges et associations de médecins ni aux congrès de médecine.

Nous avons choisi la médecine pour prendre soin des gens, mais nous devons aussi prendre soin de nous. Des études récentes font état d’un taux d’épuisement professionnel sans précédent chez les médecins, et ce, même avant l’éclosion de COVID-191. Le problème est encore plus prononcé parmi les urgentologues comme moi, et je peux affirmer, d’après mes observations, que bien des gens ont l’impression d’être au bout du rouleau.

À l’université, il n’y en a que pour la physiologie, la biologie et autres matières liées à la médecine; pour les finances personnelles, vous repasserez. Nous sommes ensuite projetés dans notre carrière et devons apprendre, sur le tas, une habileté fondamentale : comment gérer notre argent. Au travail, dans le contexte actuel, les médecins n’ont pas prise sur grand-chose. Pour prévenir l’épuisement, ils doivent se concentrer sur les aspects de leur vie qu’ils peuvent gérer : le sommeil, l’exercice, l’alimentation et la gestion des finances.

Le stress financier peut jouer un rôle important dans l’épuisement professionnel. Très peu de médecins ont d’ailleurs appris à gérer leurs finances au cours de leur formation. Nous sommes nombreux à avoir commencé notre vie d’adulte et professionnelle avec des dettes de 250 000 $ à 300 000 $. C’est décourageant, quand on y pense. Qui plus est, les médecins ont rarement le temps de bien gérer leurs finances, et ce processus s’enclenche généralement dès la fin de la résidence.

C’est là que tout s’accélère : nous travaillons beaucoup, souvent trop, puis perdons pied; c’est le début d’un tourbillon infernal. Il est essentiel de prendre conscience des facteurs qui nous maintiennent emprisonnés dans ce tourbillon. Il y a notamment les dépenses, les factures et le train de vie.

J’ai roulé dans ce tourbillon pendant 20 ans, j’ai commis des erreurs, puis j’ai décidé d’en sortir en m’instruisant le plus possible. J’ai vu que bon nombre de mes collègues médecins étaient dans le même bateau, en épuisement professionnel, et aux prises avec de lourdes dettes. 

Le secret, c’est d’arriver à comprendre comment gérer ses finances au départ pour ne pas se laisser emporter dans le tourbillon. Vous pourrez dès lors exercer la médecine de la manière et au moment qui vous conviennent, plutôt que travailler pour conserver un certain train de vie et vous laisser engloutir dans le tourbillon. Résultat? Vous serez plus heureux, aurez un meilleur moral, et courrez donc moins le risque de vous épuiser, en plus de prendre mieux soin de vos patients. 

Grâce aux connaissances financières, reprenez vos droits sur votre bien le plus précieux : le temps

Commencez par vous mettre dans le bon état d’esprit. Les finances, ce n’est pas si compliqué. Votre but n’est pas de vous transformer en investisseur chevronné ni de décoder les formules financières, mais simplement de comprendre les principes élémentaires d’une saine gestion financière. Il s’agit entre autres de se constituer de solides bases financières et un fonds d’urgence, de définir son degré de tolérance au risque et d’apprendre à gérer les entrées et sorties d’argent.

Il s’agit aussi de conceptualiser diverses notions financières, notamment l’épargne automatisée et l’atténuation des risques financiers grâce au recours à une assurance vie et à une assurance invalidité appropriées. Prenons le cas d’un chirurgien qui a fait un accident de ski. Il sera en arrêt de travail pendant six mois, parce qu’incapable de se tenir debout pendant des heures en salle d’opération. Sans plan pour atténuer les risques, il pourrait perdre son revenu et même compromettre sa carrière. 

Il faut éviter également de tomber dans le piège et trop dépenser ou s’endetter, particulièrement en début de carrière.

Dans le domaine financier, certaines institutions se concentrent uniquement sur les placements, sans se préoccuper des autres aspects d’une saine gestion financière, dont l’atténuation des risques, la planification successorale et la planification de la retraite. Les médecins se voient proposer toutes sortes de possibilités et de produits financiers, alors n’hésitez pas à poser des questions.

Dotez-vous d’un filet de sécurité financière. Vous pourrez ainsi vous arranger pour ne pas vous surmener et commencer à avoir un peu de temps pour vous-même. La sécurité financière, c’est le choix, la liberté. S’il est une chose que vos connaissances financières vous permettront, c’est bien de reprendre vos droits sur votre horaire. Les médecins doivent comprendre l’emprise qu’a l’argent sur leur propre niveau d’énergie. Ils donnent en fait de leur énergie en échange d’agent.

Personne n’est à l’abri de l’épuisement professionnel. Sans conseils ni soutien, des médecins se laissent absorber par le tourbillon infernal, sans filet de sécurité, et peinent à en sortir. Si vous êtes jeune médecin, tâchez d’abord de ne pas vous laisser aspirer, car il vous faudra 20 ans pour vous en extirper. Si vous exercez depuis quelques années déjà, il n’est pas trop tard pour rompre le cycle, décompresser et ralentir le rythme : gérez vos finances intelligemment.

Les médecins doivent pouvoir parler finances ouvertement et du rôle non reconnu qu’elles jouent dans l’épuisement professionnel. Et en cette période de COVID-19, le moment est bien choisi pour commencer.

1 « Emergency medicine physician burnout and wellness in Canada before COVID19: A national survey », Canadian Journal of Emergency Medicine; Burnout Syndrome among Emergency Department Staff: Prevalence and Associated Factors.

À propos de l'auteur

Le Dr Vu Kiet Tran est urgentologue dans le Réseau universitaire de santé de Toronto. Il travaille aussi comme professeur adjoint au Département de médecine familiale et communautaire de la Faculté de médecine à l’Université de Toronto. Ardent défenseur de la littératie financière, particulièrement auprès de ses collègues médecins, il a créé et anime les émissions balados How is my Financial Health, Doc?