Skip to main content

La Banque du Canada maintient ses taux et met fin à l’assouplissement quantitatif

Principaux points à retenir

  • Le taux cible du financement à un jour de la Banque du Canada reste à 0,25 %.
  • L’assouplissement quantitatif prend fin.
  • Les facteurs liés à la pandémie qui stimulent l’inflation à court terme sont plus persistants que prévu.

La Banque du Canada n’a apporté aucun changement à son taux cible de financement à un jour à sa réunion d’octobre et le taux reste donc à 0,25 %. Globalement, la Banque s’engage à maintenir sa politique de taux d’intérêt tant que la stagnation économique ne se sera pas entièrement résorbée.

Plus intéressant encore, la Banque met fin à l’assouplissement quantitatif et passe à ce qu’elle appelle la phase de réinvestissement durant laquelle elle se contentera de simplement remplacer les obligations du gouvernement qui viennent à échéance.

Même si sa position sur la COVID-19 ne change pas (les variants continuent de menacer la reprise issue du relâchement des restrictions sanitaires et de la vaccination), la Banque tient sur l’inflation des propos dignes de mention. « Les principales forces qui font monter les prix semblent à présent plus puissantes et persistantes qu’on le prévoyait. » Cela étant dit, la Banque croit encore que cette poussée inflationniste ne sera que temporaire.

« Les perturbations de production et de transport liées à la pandémie limitent la croissance. Le taux d’inflation s’est accru dans de nombreux pays, alimenté par ces goulots d’étranglement du côté de l’offre et par les prix plus élevés de l’énergie », ajoute-t-elle.

Ralentissement de la croissance à court terme, suivi d’un regain

La croissance souffre des contraintes sur le plan de l’offre. Dans son Rapport sur la politique monétaire, la Banque prévoit que l’économie mondiale croîtra de 6,5 % en 2021, de 4,5 % en 2022 et d’environ 3,5 % en 2023. Ces projections sont inférieures à celles de 7 %, 4,5 % et 3,5 % mentionnées dans le Rapport de juillet.

La Banque prévoit maintenant que l’économie canadienne croîtra de 5 % cette année, puis que la croissance ralentira à 4,25 % en 2022 (une baisse par rapport aux prévisions précédentes de 6,5 % et 4,5 %). En 2023, la croissance devrait atteindre 3,75 %, un taux supérieur à celui de 3 % prévu précédemment.

À court terme, l’inflation restera forte.

La Banque s’attend maintenant à ce que l’inflation soit élevée jusqu’à l’année prochaine avant de redescendre vers le taux cible de 2 % vers la fin de 2022. Pour expliquer cette hausse de l’inflation, la Banque indique qu’au quatrième trimestre le tiers de celle-ci viendra de l’augmentation des prix de l’énergie, des perturbations de l’approvisionnement et du rebond de la demande des services en personne.

L’inflation semble préoccuper un peu plus la Banque : « La Banque surveille de près les attentes d’inflation et les coûts de main-d’œuvre pour s’assurer que les forces temporaires faisant grimper les prix n’ont pas, en fin de compte, une influence durable sur l’inflation. »

Réactions des marchés

Les taux de rendement à court terme des obligations d’État canadiennes ont augmenté considérablement, et le dollar canadien s’est apprécié par rapport au dollar américain après l’annonce de la fin de l’assouplissement quantitatif et vu la probabilité de multiples majorations de taux dans les deux prochaines années. Les marchés boursiers ont reculé à la suite de l’annonce, une baisse probablement imputable à des facteurs mondiaux, puisque les marchés étrangers ont aussi pris un coup.

Persistance des conditions favorables

La Banque estime que l’écart de production s’est refermé depuis quelques mois. Si les capacités excédentaires se résorbent comme prévu d’ici le milieu de 2022, des majorations de taux seront probablement nécessaires plus tôt qu’on le croyait initialement. Toutefois, les conditions financières continuent de soutenir les marchés boursiers.

Nous maintenons donc la sous-pondération des titres à revenu fixe par rapport aux actions. Dans nos portefeuilles de titres à revenu fixe, nous continuons de détenir des positions à durée plus courte que celles de l’indice de référence. Compte tenu du retrait progressif des mesures d’assouplissement et des majorations de taux à venir, nous prévoyons un aplanissement de la courbe des taux et nous sommes positionnés en conséquence.

Même si nous continuons dans l’ensemble de surpondérer les actions, particulièrement sur les marchés américains et internationaux, il convient de souligner que cette surpondération s’est atténuée dans les derniers trimestres. Pour obtenir des précisions à ce sujet ou sur nos positions, veuillez communiquer avec votre conseillère ou conseiller MD*.

La prochaine annonce de la Banque du Canada sur les taux d’intérêt est prévue le 8 décembre 2021.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement).

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.

 

À propos de l'auteur

Wesley Blight, CFA, CIM, FCSI, est gestionnaire de portefeuille au sein de l’équipe Gestion multiactif chez Gestion financière MD. Il est responsable des résultats des fonds communs et des fonds collectifs à revenu fixe et de type « équilibré » de MD.

Profile Photo of Wesley Blight