Skip to main content

La Réserve fédérale relève encore ses taux et d’autres hausses sont à prévoir

Image décorative.

Messages clés

  • La fourchette du taux des fonds fédéraux a été majorée (3,00 % à 3,25 %).
  • Les prévisions de croissance économique ont été revues à la baisse et celles de l’inflation, à la hausse.
  • Les taux devraient continuer à monter pour permettre de poursuivre la lutte contre l’inflation.

Dans un énoncé similaire à ceux de juin et de juillet, la Réserve fédérale américaine (Fed) a annoncé sa décision de majorer la cible du taux des fonds fédéraux de 0,75 % pour une troisième fois d’affilée. La fourchette se situe maintenant entre 3,00 % et 3,25 %. Cette décision, approuvée à l’unanimité par les douze membres du Federal Open Market Committee, était dans une large mesure attendue par les marchés.

Afin de générer la création d’un maximum d’emplois et de ramener l’inflation à 2 % à long terme, la Fed continuera aussi à réduire ses avoirs en valeurs du Trésor, ainsi qu’en titres de créance et en titres adossés à des prêts hypothécaires d’organismes publics. Elle a aussi répété qu’elle s’attendait à ce que plusieurs hausses consécutives s’imposent. Dans son discours, le président de la banque centrale, Jerome Powell, a déclaré que la Fed poursuivrait ses efforts jusqu’à ce qu’elle soit convaincue d’avoir atteint son objectif.

Les prévisions de croissance à court terme revues à la baisse, mais toujours positives

Le plus récent sommaire des projections économiques a été publié en même temps que l’annonce concernant les taux d’intérêt. Fait à noter, les prévisions de croissance économique des États-Unis ont été revues à la baisse. Elles s’établissent dorénavant à 0,2 % plutôt qu’à 1,7 % pour 2022, à 1,2 % plutôt qu’à 1,7 % pour 2023 et à 1,7 % plutôt qu’à 1,9 % pour 2024. Les prévisions de croissance à long terme demeurent quant à elles inchangées.

L’inflation reste élevée et devrait continuer à grimper à court terme

D’après l’énoncé de la Réserve fédérale, l’inflation demeure élevée en raison des déséquilibres entre l’offre et la demande découlant de la pandémie, de la hausse du prix des aliments et de l’énergie et des pressions sur le coût de la vie. En outre, concernant l’invasion en Ukraine, elle déclare que la guerre et les événements qui en résultent ajoutent aux pressions à la hausse sur l’inflation et pèsent sur l’activité économique mondiale.

L’inflation à court terme (selon le Personal Consumption Expenditures Price Index, ou indice des prix des dépenses de consommation des particuliers) a, encore une fois, été révisée à la hausse par rapport aux dernières prévisions de la Fed, faites en juin, quoique dans une moindre mesure. Elles sont passées de 5,2 % à 5,4 % pour 2022, de 2,6 % à 2,8 % pour 2023 et de 2,2 % à 2,3 % pour 2024. La banque centrale s’attend toujours à atteindre son objectif de 2 % d’ici 2025.

Les taux d’intérêt devraient poursuivre leur hausse plus rapidement

La Fed s’attend maintenant à ce que le taux médian des fonds fédéraux s’établisse à 4,4 % d’ici la fin de 2022, à 4,6 % en 2023, à 3,9 % en 2024 et à 2,9 % en 2025, avant de se stabiliser à 2,5 % à plus long terme. C’est une autre hausse importante des attentes à court terme. Les prévisions de juin s’élevaient à 3,4 % pour 2022, à 3,8 % pour 2023 et à 3,4 % pour 2024.

Les marchés boursiers ont stagné avant l’annonce et, même si la hausse de 0,75 % était largement attendue, l’indice S&P 500 a clôturé la séance en baisse à la suite de la conférence de presse qui a eu lieu à 14 h, mercredi. Les taux de rendement des obligations américaines ont augmenté davantage et sont demeurés élevés, toutes échéances confondues. Quant au dollar américain, il s’est apprécié par rapport à la plupart des principales monnaies.

Une approche qui reste prudente

Pour le moment, nous maintenons une sous-pondération des actions et une surpondération des liquidités dans nos portefeuilles. Selon nos modèles, les perspectives économiques mondiales continuent de s’assombrir et les inquiétudes à l’égard d’une récession augmentent. Même si les chiffres d’inflation se sont améliorés, ils restent élevés, ce qui force les banques centrales, comme la Fed, à accélérer le resserrement de la politique monétaire. La guerre en Ukraine et les restrictions liées à la pandémie, particulièrement en Chine, ne font que compliquer davantage la situation.

Si vous vous demandez quelles seront les incidences des majorations de taux sur vos finances, au-delà de vos placements, vous trouverez des réponses dans l’article intitulé Hausse des taux d’intérêt et conséquences pour les médecins.

Pour obtenir plus de renseignements sur l’annonce de la Fed ou sur votre portefeuille, communiquez avec votre conseillère ou conseiller MD*.

La prochaine annonce de la Réserve fédérale sur les taux d’intérêt est prévue le 2 novembre 2022.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.

À propos de l'auteur

RICHARD SCHMIDT, CFA, est gestionnaire de portefeuille adjoint dans l’équipe Gestion multiactif. Il s’occupe principalement des fonds et des fonds collectifs d’actions nord-américaines.

Profile Photo of Richard Schmidt