Skip to main content

Une autre hausse importante : la Réserve fédérale américaine établit son taux cible dans une fourchette de 3,75 % à 4,00 %

Image décorative.

Messages clés

  • La fourchette cible du taux des fonds fédéraux a été majorée de 0,75 %.
  • L’inflation reste obstinément élevée.
  • Les taux devraient encore continuer à monter pour permettre de poursuivre la lutte contre l’inflation.

Mercredi après-midi, les membres du Federal Open Market Committee de la Réserve fédérale des États-Unis (Fed) ont voté à l’unanimité en faveur d’une majoration de 0,75 % de la fourchette cible du taux des fonds fédéraux. Elle se situe maintenant entre 3,75 % et 4,00 %. La Fed continuera aussi à réduire ses avoirs en valeurs du Trésor, ainsi qu’en titres de créance et en titres adossés à des prêts hypothécaires d’organismes publics. La décision correspond largement aux attentes des marchés.

En plus de réitérer que d’autres hausses seront nécessaires, la Fed a déclaré qu’elles visent à faire en sorte que la politique monétaire soit suffisamment restrictive pour ramener l’inflation à sa cible à long terme de 2 %. La banque centrale a ajouté que pour ses prochaines décisions, elle prendrait en compte les éléments suivants : le resserrement cumulatif de la politique; le temps requis pour que les effets de la politique se fassent sentir sur l’activité économique et l’inflation; l’évolution du contexte économique et financier.

Aux yeux de certaines personnes, la Fed se laisse ainsi une marge de manœuvre pour cesser les hausses même si l’inflation reste forte, au cas où les conséquences financières des taux élevés devaient s’avérer extrêmes.

D’autres hausses sont à prévoir

L’annonce de la Fed reste conforme à ses prévisions de taux publiées en septembre. Une autre augmentation de 0,5 % pourrait donc avoir lieu cette année. À titre de rappel, la Fed s’attend à ce que le taux médian des fonds fédéraux s’établisse à 4,4 % d’ici la fin de 2022, à 4,6 % en 2023, à 3,9 % en 2024 et à 2,9 % en 2025, avant de se stabiliser à 2,5 % à plus long terme.

Encore une fois, la Fed a répété que son objectif était de freiner l’inflation. Ses prévisions sont de 5,4 % pour 2022, de 2,8 % pour 2023 et de 2,3 % pour 2024. La banque centrale s’attend toujours à atteindre sa cible de 2 % d’ici 2025.

Les facteurs alimentant l’inflation persistent

D’après l’énoncé de la Fed, les récents indicateurs signalent une croissance modeste des dépenses et de la production. Au cours des derniers mois, il y a eu création de nombreux emplois et le taux de chômage est resté bas. L’inflation demeure élevée en raison des déséquilibres entre l’offre et la demande découlant de la pandémie, de la hausse du prix des aliments et de l’énergie, et des pressions sur le coût de la vie. En outre, la guerre et les événements qui entourent l’invasion de l’Ukraine ajoutent aux pressions à la hausse sur l’inflation et pèsent sur l’activité économique mondiale.

Nous conservons une position prudente

Avant l’annonce de 14 h, l’indice S&P 500 était stable. Même si la décision était largement conforme aux attentes, les actions américaines ont bondi tout de suite après la publication du communiqué de presse. On semblait en effet voir la lumière au bout du tunnel concernant les hausses de taux. Toutefois, les actions ont piqué du nez peu après les explications du président de la Fed. Il a déclaré qu’il était prématuré d’envisager une pause des augmentations de taux et qu’il restait beaucoup à faire pour atteindre les objectifs.

Le billet vert et les taux de rendement des obligations des États-Unis ont eu des réactions similaires, en dents de scie. Le dollar américain s’est apprécié par rapport au huard et aux autres principales devises. Quant aux taux des obligations, ils ont monté à nouveau avant la fin de la séance boursière.

Nous avons récemment augmenté nos positions en actions, mais elles demeurent, dans l’ensemble, sous-pondérées au sein de nos portefeuilles. Les marchés boursiers ont connu une liquidation significative en raison de l’inflation, qui reste élevée. Étant donné que le resserrement des conditions financières se poursuit pour combattre l’inflation, les perspectives entourant les facteurs économiques fondamentaux continuent de se détériorer. Toutefois, les risques associés à une sous-pondération des actions ont beaucoup augmenté, puisqu’un positionnement en fonction d’une récession fait maintenant consensus. À court terme, nous estimons donc prudent d’accroître nos placements en actions tout en conservant dans l’ensemble une sous-pondération.

Pour ce qui est des titres à revenu fixe, nous continuons de viser une courbe des taux plus plate (les taux de rendement des obligations à court terme ont augmenté davantage que ceux des obligations à long terme) et une durée (sensibilité aux taux d’intérêt) légèrement plus longue en Amérique du Nord.

Pour obtenir plus de renseignements sur l’annonce de la Fed ou sur votre portefeuille, communiquez avec votre conseillère ou conseiller MD*.

Si vous voulez mieux comprendre l’incidence de la hausse des taux sur vos finances, au-delà de vos placements, voici quelques aspects importants à considérer.

La prochaine annonce de la Réserve fédérale sur les taux d’intérêt est prévue le 14 décembre 2022. Ce sera la dernière cette année et elle se fera en même temps que la mise à jour sur les prévisions économiques.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.

À propos de l'auteur

RICHARD SCHMIDT, CFA, est gestionnaire de portefeuille adjoint dans l’équipe Gestion multiactif. Il s’occupe principalement des fonds et des fonds collectifs d’actions nord-américaines.

Profile Photo of Richard Schmidt