Skip to main content

Vous déménagez pour vos études en médecine ou la résidence?

Si vous déménagez cette année, que ce soit pour vos études ou votre résidence, n’oubliez pas que vous pouvez déduire de nombreux frais de déménagement dans votre déclaration de revenus.

Les médecins résidents peuvent déduire leurs frais de déménagement de leur revenu d’emploi, et les étudiants en médecine qui fréquentent un établissement postsecondaire à temps plein peuvent les déduire de leurs bourses ou subventions imposables.

À quelle distance dois-je déménager pour être admissible?

Vous devez vous rapprocher d’au moins 40 kilomètres de votre nouvelle faculté ou de votre nouveau lieu de travail.

Quels types de frais puis-je déduire?

  • Frais de transport (frais liés à l’utilisation d’un véhicule)
  • Frais liés au déménagement de vos biens (emballage, transport, déménageurs, entreposage en transit et assurance)
  • Frais de déplacement vers votre nouvelle résidence (repas et hébergement)
  • Frais de subsistance temporaire (repas et hébergement pour une période maximale de 15 jours)
  • Frais liés à l’annulation d’un bail, excluant tout paiement de loyer pendant la période d’occupation
  • Frais accessoires (p. ex., changement d’adresse, remplacement des plaques d’immatriculation et du permis de conduire, frais de branchement aux services publics et de débranchement des anciens services)

Dois-je garder tous mes reçus?

Il vaut mieux garder tous vos reçus et vos documents pour justifier votre demande au cas où l’Agence du revenu du Canada vous les demanderait.

Pour réclamer vos frais de repas et d’utilisation d’un véhicule, vous avez le choix entre la méthode détaillée et la méthode simplifiée. Si vous utilisez la méthode détaillée, conservez tous vos reçus et présentez une note de frais exacte.

Si vous utilisez la méthode simplifiée, vous pouvez réclamer un montant prédéterminé par repas (jusqu’à concurrence de 69 $ par jour, par personne). Pour les dépenses liées à l’utilisation d’un véhicule, vous pouvez réclamer un montant par kilomètre. Par exemple, au Québec, vous pouvez réclamer 52 cents par kilomètre.

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.