Skip to main content

Ouvrir sa propre clinique ou se joindre à une clinique existante : avantages, inconvénients et coûts

Vous songez à commencer votre carrière dans une clinique de groupe? Vous n’êtes pas seul! Selon une enquête récente, les médecins de première ligne canadiens étaient plus nombreux à travailler dans une clinique de groupe en 2019 qu’en 2015 (65 % par rapport à 60 %), ce qui confirme la perte de popularité de l’exercice de la médecine en solo. Certains médecins aspirent encore toutefois à la liberté qui vient avec ce choix.

Lieu d’exercice des médecins de première ligne au Canada1

Lieu d’exercice en première ligne

2015

2019

Exercice solo en clinique privée

20 %

15 %

Exercice en clinique de groupe

60 %

65 %

Clinique communautaire/centre de santé

13 %

12 %

Exercice en milieu hospitalier

4 %

5 %

Quel est le meilleur choix? Tout dépend. Voici un aperçu des avantages et des inconvénients de chaque formule et des effets possibles de votre décision sur vos finances.

Exercice en solo

Avantages : Vous êtes libre d’établir votre horaire et votre équipe et d’utiliser comme bon vous semble vos ressources. Les distractions seront moins nombreuses. L’exercice en solo est pour vous si vous tenez à être votre propre patron. Il vous permettra aussi d’acquérir des notions en marketing, en gestion des ressources humaines et des installations et en négociation de contrats.

Si la qualité de la relation avec vos patients (souvent l’aspect le plus gratifiant du travail du médecin) est votre priorité, l’exercice en solo vous plaira parce que vous pourrez à votre guise personnaliser les soins administrés à vos patients.

Inconvénients : La popularité de l’exercice en solo ne diminue pas sans raison. Cette formule comporte des coûts de démarrage et des frais généraux continus importants. Et vos nombreuses années de formation médicale ne vous ont pas nécessairement préparé à gérer une entreprise.

En solo, le fonctionnement de la clinique repose entièrement sur vos épaules. Vous devez trouver le local et embaucher vos employés, mais aussi souscrire les assurances, acheter l’équipement, payer les frais généraux et assurer la gestion au quotidien.

Quand vous prenez des vacances, vous devez fermer votre clinique temporairement ou trouver un remplaçant pour assurer la permanence.

Coûts : En solo, il vous incombe de payer, sans aucune économie d’échelle possible, tous les coûts, qui appartiennent à l’une ou l’autre de trois catégories :

  1. Frais d’exploitation : Ils englobent le loyer, les services publics, la rémunération des employés, les frais de gestion des dossiers médicaux électroniques (DME) et les primes d’assurance.
  2. Dépenses en immobilisations : Ce sont les coûts initiaux d’achat de l’équipement, du mobilier et du système de DME, mais aussi ceux des rénovations subséquentes et des améliorations locatives.
  3. Frais professionnels : Font partie de cette catégorie, les cotisations à votre association médicale et à l’Association canadienne de protection médicale (ACPM)2. Toutefois, ces dépenses vous incombent personnellement même dans une clinique de groupe.

Exercice en groupe

Avantages : La plupart des nouveaux médecins de famille se joignent à une clinique de groupe existante (ou en démarrent une avec d’autres professionnels) afin de partager les frais généraux. Voici d’autres avantages de ce choix : diminution du ratio employés‑médecin, partage des coûts fixes (achat d’équipement médical) et pouvoir accru de négociation des prix des fournitures.

Si vous souhaitez créer une clinique de groupe ou vous joindre à une clinique existante, consultez au préalable un avocat ou un notaire et un comptable pour vous assurer que la structure de votre groupe correspond à vos objectifs. Le contrat qui régit le groupe doit être exhaustif et décrire les responsabilités, les attentes et les avantages de chacun, en plus de fixer la formule de partage des dépenses. Les services d’un avocat ou d’un notaire et d’un comptable faciliteront la conclusion d’un accord juste qui pourrait vous éviter beaucoup de problèmes et de stress.

Inconvénients : Travailler dans une clinique de groupe réduit l’autonomie et expose les médecins à d’éventuels conflits de personnalité ou désaccords sur les dépenses en immobilisations.

Coûts : Dans une clinique de groupe, les frais de démarrage sont inférieurs, mais il faut que tous s’entendent sur une approche commune de gestion des affaires. Si vous vous joignez à une clinique existante, les formalités et les frais de démarrage seront minimaux, mais vous devrez vous soumettre à certaines contraintes. Le nombre plus élevé de médecins et le volume de la clientèle des cliniques de groupe facilitent la gestion du risque financier.

Choisir un modèle professionnel qui vous convient

Outre les avantages et inconvénients et les coûts mentionnés précédemment, voici quelques questions pour vous aider à décider du mode d’exercice le mieux adapté à votre personnalité et à votre situation :

  • Ma spécialité se prête-t-elle mieux à un style donné? L’exercice en solo convient mieux aux spécialités sans lien avec le milieu hospitalier (comme la médecine familiale et la pédiatrie).
  • Ai-je une préférence pour la vie urbaine ou pour la vie rurale? Les régions moins peuplées comptant de plus en plus de familles se prêtent souvent mieux à l’exercice en solo. Dans les régions plus urbaines, la concurrence est plus vive et l’exercice en solo peut y être difficile.
  • Quelle est ma situation financière? L’exercice en solo s’accompagne souvent d’un risque financier considérable lié au coût des affaires. Si vous traînez une lourde dette d’études, les coûts de démarrage d’une clinique et les frais généraux peuvent donner le vertige.

Vous ne savez pas vraiment quel modèle professionnel convient le mieux à vos objectifs? La résidence est le moment idéal pour chercher à comprendre vos goûts et les avantages et inconvénients des différentes formules. Vous pourriez en effet découvrir concrètement à ce moment l’arrangement qui vous plaît le plus. Le remplacement ou le dépannage (si vous ne travaillez pas au Québec, consultez plutôt cet article) est un autre moyen de toucher à un peu tout.

De l’aide pour prendre vos décisions

Comme vous le voyez, les différents modèles d’exercice de votre profession ont tous leurs avantages et leurs inconvénients. Après un examen attentif de vos objectifs à long terme et une analyse détaillée de votre situation financière avec l’aide d’un conseiller MD*, vous aurez tout en main pour prendre une décision selon vos besoins.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

1 Source : Institut canadien d’information sur la santé, Résultats du Canada – Enquête internationale de 2019 du Fonds du Commonwealth sur les politiques de santé auprès des médecins de soins primaires (janvier 2020), https://www.cihi.ca/sites/default/files/document/cmwf-2019-accessible-report-fr-web.pdf.

2 Les gouvernements provinciaux et territoriaux remboursent en partie les coûts d’adhésion à l’ACPM. Toutefois, les sommes versées et les critères d’admissibilité varient d’une province ou d’un territoire à l’autre.

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.