Mise à jour sur les marchés : choc pétrolier et incertitude persistante causée par le coronavirus

March 10, 2020 Craig Maddock

Les prix du pétrole brut se sont effondrés à la suite de l’échec des négociations entre les producteurs pétroliers d’Arabie saoudite et de Russie qui menacent d’accroître leur production (et donc l’offre). Ce différend se déroule sur fond de propagation du coronavirus (COVID-19) qui a provoqué la première baisse de la demande de pétrole en dix ans.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), avec à sa tête l’Arabie saoudite, a échoué dans sa tentative de conclure un accord avec les fournisseurs russes pour réduire la production et soutenir les prix. L’OPEP a aussitôt annoncé son intention d’augmenter sa production et de réduire ses prix. Les fournisseurs russes ont immédiatement répliqué en annonçant eux aussi une augmentation de leur production.

Ce développement a causé un choc qui a fait plonger de presque 20 % les prix du pétrole brut dans un contexte de volatilité croissante sur les marchés et d’affaiblissement des perspectives de croissance mondiale. Ce changement soudain frappe durement les producteurs à coûts élevés du Canada et des États Unis.

Liquidation boursière importante

Les principaux indices boursiers ont réagi au choc pétrolier et à l’éclosion virale en cours par une chute marquée (indice composé S&P/TSX, -10,3 %; indice S&P 500, -7,6 %; indice MSCI EAEO, -5,7 %) en début de semaine. Les marchés canadiens ont été durement frappés à cause du poids relatif important du secteur énergétique dans l’indice composé S&P/TSX.

Le point sur le virus

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, en date du 10 mars, le coronavirus est maintenant présent dans 110 pays, régions ou territoires, le nombre officiel de cas s’élève à 110 000 et on recense 4 000 décès et 64 000 guérisons confirmés.

Pendant que le virus continue de se répandre, les décideurs politiques intensifient leurs mesures. Les taux d’intérêt ont été réduits et les restrictions imposées aux citoyens un peu partout dans le monde se multiplient. Dans l’état actuel des choses, nous sommes d’avis que le virus continuera d’avoir un effet négatif immédiat sur la consommation, les dépenses des entreprises, le sentiment économique, les échanges commerciaux et les perspectives de croissance mondiale.

Malgré les mesures monétaires et budgétaires qui s’ajouteront sans doute à celles déjà prises pour atténuer les conséquences de la situation en cours (politiques monétaires et budgétaires), le niveau de risque augmente. Une forte reprise sur les marchés demeure possible si la propagation du virus peut être freinée, mais le ralentissement causé par l’éclosion virale accroît les probabilités d’une récession mondiale.

Maintien de la répartition stratégique de l’actif

Notre répartition stratégique de l’actif (c.-à-d., la combinaison de titres à long terme conçue pour obtenir un taux de rendement précis à un niveau de risque donné) demeure intacte. Pour assurer que votre portefeuille continue de correspondre à vos objectifs financiers à long terme et de respecter le niveau de volatilité que vous êtes disposés à accepter, nous le rééquilibrerons si de nouvelles fluctuations sur les marchés (positives ou négatives) font qu’il s’écarte trop de la répartition stratégique prévue.

Tous les portefeuilles MD sont conçus pour résister à la volatilité et les fonds de la famille MD maintiennent globalement des positions prudentes. Depuis mon arrivée chez Gestion financière MD, en 1999, j’ai été témoin de notre résilience à plusieurs reprises, notamment lorsque la bulle technologique a éclaté et pendant la crise financière de 2008. J’ai confiance que les stratégies que nous avons mises en place donneront les résultats escomptés à long terme.

Mesures défensives tactiques : s’ajuster à la situation

Comme nous le mentionnions dans notre mise à jour précédente, nous avons fait preuve de proactivité et d’exhaustivité dans notre évaluation de la situation et adopté un positionnement tactique en conséquence. Depuis le début février, nous tenons compte des risques associés au virus dans notre processus de répartition tactique de l’actif.

À cause de la détérioration continue d’un certain nombre d’indicateurs du marché, nous avons récemment apporté des corrections additionnelles de nature défensive.

Dans nos portefeuilles avec répartition tactique de l’actif, nous avons de nouveau réduit le risque en diminuant la proportion d’actions pour en arriver à une légère sous-pondération par rapport aux titres à revenu fixe et à la répartition stratégique cible de l’actif à long terme.

  • Nous avons proportionnellement réduit le poids relatif des actions canadiennes et maintenons une position neutre. Dans une perspective historique, les marchés canadiens ont toujours été relativement défensifs, mais leur forte exposition aux cours pétroliers ajoute à l’incertitude.
  • Nous avons proportionnellement diminué le poids relatif des actions américaines qui demeurent surpondérées. Nous privilégions encore les actions américaines par rapport aux actions internationales, car les risques de récession sont plus élevés à l’étranger.
  • Nous avons proportionnellement diminué le poids relatif des actions internationales qui demeurent légèrement sous-pondérées. Sur les marchés internationaux, nous privilégions désormais davantage les marchés défensifs (Australie, Suisse) que les marchés cycliques (Allemagne, France). Nous avons également mis un terme à la sous-pondération des marchés asiatiques (Hong Kong, Singapour) dont les mesures de lutte contre le virus semblent avoir plus de succès.
  • Nous continuons de sous-pondérer les actions de marchés émergents.
  • Nous avons augmenté le poids relatif des placements à revenu fixe. Notre position est actuellement neutre. Les taux de rendement obligataires ont chuté et nous ne croyons pas au scénario d’une remontée véritable tant que le virus ne sera pas sous contrôle. Nous avons abandonné notre parti pris pour les titres de courte durée (moins sensibles aux taux d’intérêt).
  • Nous avons réduit le poids relatif des liquidités, car nous les avons utilisées pour financer nos nouvelles positions de titres à revenu fixe.

Nous continuerons d’évaluer de manière diligente la situation et le cas échéant, nous apporterons d’autres ajustements. Il importe que votre portefeuille soit bâti de manière à vous permettre d’atteindre vos objectifs financiers à long terme dans le respect de votre tolérance au risque et à la volatilité. Si vous désirez obtenir des précisions sur la présente mise à jour ou sur votre portefeuille, n’hésitez pas à communiquer avec votre conseiller MD*.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement).

À propos de l'auteur

Craig Maddock

Craig Maddock, CFP, CFA, CIM, MBA, est vice-président, gestionnaire de portefeuille principal et chef, Gestion multiactif chez Gestion financière MD. Il dirige les gestionnaires de portefeuille et les analystes en placement qui gèrent les fonds communs de placement et les fonds collectifs de MD.

Plus d'articles de Craig Maddock
Article précédent
REEE : réponses aux questions les plus fréquentes
REEE : réponses aux questions les plus fréquentes

Le REEE est un outil efficace pour épargner en vue des études postsecondaires de vos enfants, car il donne ...

Article suivant
L’investissement responsable, c’est aussi un outil de gestion du risque
L’investissement responsable, c’est aussi un outil de gestion du risque

Voyez à quel point les considérations environnementales, sociales et de gouvernance jouent un rôle importan...

×

Abonnez-vous à notre infolettre

J’autorise Gestion financière MD (y compris Gestion financière MD inc., Gestion MD limitée, la Société de fiducie privée MD, la Société d’assurance vie MD et l’Agence d’assurance MD limitée), La Banque de Nouvelle-Écosse et les autres membres du groupe d’entreprises de la Banque Scotia (les « membres de la Banque Scotia ») à me faire parvenir par messages électroniques (courriels et messages texte) des renseignements au sujet de leurs produits et services, de leurs offres, de leurs événements et d’autres renseignements pertinents y compris des renseignements sur les produits et services d’autres partenaires de confiance de la Banque Scotia susceptibles de m’intéresser. Ce consentement est sollicité par Gestion financière MD et chaque membre de la Banque Scotia, y compris toute entité qui pourr
!
Merci
Error - something went wrong!