Skip to main content

Calme après l’annonce du retrait progressif imminent des mesures de la Fed

La décision cette semaine de la Réserve fédérale de maintenir ses taux d’intérêt a encore une fois été plus ou moins dictée par la pandémie : le virus demeure la variable qui influe le plus sur la reprise économique. Le variant Delta fait encore une fois grimper le nombre de cas de COVID-19 et la Réserve fédérale a donc décidé à l’unanimité cette semaine de rester accommodante et de garder le taux des fonds fédéraux dans une fourchette de 0 % à 0,25 %. Il est probablement plus significatif cependant que la Réserve ait décidé de maintenir dans son intégralité son programme d’assouplissement quantitatif.

Réserve fédérale : les ajustements sont imminents

Les indications prospectives de la Réserve sont cependant très claires : des changements sont imminents. Elle signale que la conjoncture s’améliore et pourrait justifier sous peu la réduction progressive de ses achats d’actifs. Dans ses observations destinées aux médias, le président de la Réserve, Jerome Powell, a indiqué que cette réduction pourrait être décrétée aussi tôt qu’à la prochaine réunion du comité en novembre prochain. En ce qui concerne les taux d’intérêt, soulignons que la Réserve est partagée. Certains membres privilégient des majorations dès 2022 et d’autres jugent préférable d’attendre encore.

L’heure du retrait progressif est-elle arrivée?

Comment saurons-nous que le temps est venu? La Réserve fédérale continue de se concentrer avec insistance sur quelques facteurs à long terme : le plein emploi et le point d’inflexion où l’inflation se maintiendra de manière durable à 2 %.

La vaccination a eu des effets positifs, mais l’augmentation du nombre d’infections a ralenti la reprise économique dans les secteurs les plus touchés par la pandémie. À cause du variant Delta, la Réserve a revu à la baisse ses projections de croissance du PIB de 1,1 % en 2021 (à 5,9 %) et revu à la hausse de 0,5 % celles de 2022 (à 3,8 %). Les prévisions du taux de chômage en 2021 ont été révisées à la hausse à 4,8 % (plutôt que 4,5 %).

En ce qui concerne l’inflation, la Réserve n’accorde toujours pas vraiment d’importance aux mesures à court terme. Elle s’attend à ce que l’inflation continue d’augmenter cette année et en 2022, avant de redescendre progressivement et durablement vers l’important taux cible de 2 %.

Persistance des conditions favorables

La Réserve fédérale a répété que sa politique resterait accommodante tant que ses objectifs d’emploi et d’inflation ne seront pas atteints de manière durable. Malgré l’imminence annoncée du retrait progressif des mesures d’assouplissement, les marchés boursiers ont accueilli l’annonce de la Réserve avec un sursaut à la hausse dans les instants qui l’ont suivie.

En ce qui concerne nos portefeuilles, nous maintenons la surpondération globale des actions (dont le rendement dépassera selon nous celui des titres à revenu fixe) en nous concentrant plus particulièrement sur les marchés développés (surtout les États-Unis) plutôt que sur les marchés émergents. Ces mesures font suite à un modeste allègement de nos positions en actions au printemps dernier et cet été.

Pour plus de renseignements, nous vous invitons à communiquer avec votre conseiller MD*.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement).

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.

À propos de l'auteur

RICHARD SCHMIDT, CFA, est gestionnaire de portefeuille adjoint dans l’équipe Gestion multiactif de Gestion financière MD (MD). Il s’occupe principalement des fonds et des fonds collectifs d’actions nord-américaines.

Profile Photo of Richard Schmidt