Banque du Canada : nouvelles mesures de soutien des marchés financiers

April 16, 2020 Craig Maddock

Outre sa décision largement attendue de laisser inchangé son taux directeur à 0,25 %, la Banque du Canada a annoncé aujourd’hui des mesures additionnelles qui, à notre avis, viendront soutenir les marchés financiers.

À l’intérieur d’un mois, la Banque a réduit son taux cible de financement à un jour de 1,5 % (à la fin de mars). Pour assurer le bon fonctionnement des marchés financiers, la Banque a aussi injecté près de 200 milliards de dollars dans l’économie en procédant à des achats d’actifs et à des opérations de prêts aux institutions financières pour alimenter la liquidité.

Pour contenir la propagation de la COVID-19, les gouvernements du monde entier ont littéralement fermé des pans entiers de leur économie, ce qui a perturbé à la fois les marchés financiers et la croissance économique. Au Canada, cet effort s’est traduit par un plongeon de 9 % du PIB en mars seulement, selon une estimation de Statistique Canada.

Mesures de soutien additionnelles pour les provinces et les sociétés

Maintien du programme d’achat d’obligations d’État

La Banque du Canada continuera d’acheter au moins 5 milliards de dollars de titres du gouvernement du Canada par semaine, conformément au programme amorcé le 1er avril. Malgré sa mise en œuvre plutôt récente, cette mesure a déjà un effet perceptible sur les marchés. En fait, Carolyn Wilkins, première sous-gouverneure de la Banque, a déclaré mercredi que les pressions financières se sont amoindries dans les trois dernières semaines. La Banque a confirmé qu’elle augmentera ses achats au besoin pour assurer le bon fonctionnement du marché des obligations d’État.

Augmentation des achats de bons du Trésor aux adjudications

La Banque augmente aussi temporairement la quantité de bons du Trésor qu’elle acquiert aux adjudications pour la porter à 40 %. Cette mesure d’aide additionnelle aura un effet bénéfique sur les marchés.

Achat d’obligations provinciales et de sociétés

La Banque du Canada a également mis en place un nouveau programme d’achat d’obligations provinciales de 50 milliards de dollars et un nouveau programme d’achat d’obligations de sociétés de 10 milliards de dollars. Le premier programme est un complément bienvenu au programme d’achat de titres provinciaux sur les marchés monétaires, qui a réussi à normaliser les taux de rendement à court terme. Le deuxième programme ciblera les obligations de sociétés de qualité supérieure sur le marché secondaire. Les opérations sur les obligations de qualité inférieure du secteur de l’automobile et de l’énergie demeurent volatiles et nous surveillerons les retombées du Programme d’achat d’obligations de sociétés sur ces deux secteurs particulièrement affligés.

Incertaines, les perspectives sont tributaires de la durée des mesures de confinement

Comme les malheurs de l’économie canadienne sont amplifiés par la forte baisse des prix du pétrole, les « estimations donnent à penser que le ralentissement à court terme sera le plus prononcé jamais enregistré », a indiqué la banque centrale. Comparativement au quatrième trimestre de 2019, l’économie canadienne se contractera de 1 % à 3 % au premier trimestre de 20201. Pour le deuxième trimestre, selon les estimations de la Banque, l’activité pourrait chuter de 15 % à 30 % par rapport aux niveaux du quatrième trimestre de 20191. Mardi, le Fonds monétaire international a publié des projections selon lesquelles l’économie canadienne souffrira davantage que la plupart des économies développées et que la baisse estimée de son PIB pourrait atteindre 6,2 % en 20202.

La Banque du Canada reconnaît qu’il sera pratiquement impossible de maintenir à 2 % le taux d’inflation dans ce contexte et prévoit qu’il se situera plutôt près de 0 % ce trimestre.

Ce que cela signifie pour votre portefeuille

Nous pensions que les propos de la Banque du Canada seraient aujourd’hui plus fermes. La Banque a rappelé qu’elle se « tient prête à ajuster l’ampleur ou la durée des programmes si nécessaire » et a ajouté que ses mesures « visent à aider à traverser la période de confinement actuelle et à créer les conditions d’une reprise durable et de l’atteinte de la cible d’inflation au fil du temps ». Ce ton dénote la grande incertitude constatée par la Banque du Canada et n’a rien de très rassurant.

Comme nous nous étions déjà préparés en prévision des annonces d’aujourd’hui, nous ne prévoyons aucun changement à notre position généralement défensive et à notre utilisation des bons du Trésor, qui représentent une forte proportion de nos liquidités. Pour plus de renseignements, nous vous invitons à communiquer avec votre conseiller MD*.

 

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

1 https://www.banqueducanada.ca/2020/04/fad-communique-2020-04-15/?_ga=2.225948380.731242685.1586978389-1011960272.1586978389

2 https://www.imf.org/en/Countries/CAN

À propos de l'auteur

Craig Maddock

Craig Maddock, CFP, CFA, CIM, MBA, est vice-président, gestionnaire de portefeuille principal et chef, Gestion multiactif chez Gestion financière MD. Il dirige les gestionnaires de portefeuille et les analystes en placement qui gèrent les fonds communs de placement et les fonds collectifs de MD.

Plus d'articles de Craig Maddock
Article précédent
Marchés et rendement des portefeuilles MD dans le contexte de la COVID-19 : Craig Maddock et Ian Taylor discutent du T1 de 2020
Marchés et rendement des portefeuilles MD dans le contexte de la COVID-19 : Craig Maddock et Ian Taylor discutent du T1 de 2020

Craig Maddock et Ian Taylor parlent du premier trimestre de 2020, des retombées de la COVID-19, de la perfo...

Article suivant
COVID-19 : des étudiants en médecine à votre rescousse
COVID-19 : des étudiants en médecine à votre rescousse

Partout au pays, des étudiants en médecine offrent leurs services aux travailleurs de la santé. Vous avez b...