Skip to main content

Termes financiers : G-I

A  B  C D  E  F  G  H  I J  K M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  Y  Z

G

Lorsque le prix de rachat d’une immobilisation est supérieur à son prix de base rajusté. Un gain en capital est un profit réalisé sur la cession d’une immobilisation (ex. action, obligation, propriété) à un prix supérieur à son coût d’acquisition. C’est le contraire d’une perte en capital. Au Canada, seulement 50 % d’un gain en capital est imposable. Voir aussi « perte en capital ».
Stratégie de gestion du portefeuille dont le but est de générer un meilleur rendement que l’indice du marché et qui consiste à acheter et à vendre des placements de façon active, au bon moment. Cette stratégie suppose que les marchés sont parfois inefficaces et repose fortement sur l’anticipation du marché. Voir aussi « gestion passive ». 
Processus utilisé par les banques centrales pour acheter et vendre des obligations sur le marché libre afin de contrôler la masse monétaire d’un pays.
Stratégie qui consiste à acheter des placements et à les conserver pendant longtemps afin d’assurer un rendement à long terme. C’est le contraire de la gestion active. Voir aussi « gestion active ». 
Personne ou groupe qui supervise les activités d’investissement quotidiennes d’un portefeuille de fonds communs. 
Personne responsable de bâtir et de gérer le portefeuille d’un fonds de placement.  
Personne ou groupe responsable de créer et de gérer un portefeuille en fonction des directives ou du mandat de placement.  

H

Procédure de vérification de l’authenticité d’un testament. Les frais d’homologation sont calculés en fonction de la valeur des actifs d’une succession et varient d’une province ou d’un territoire à l’autre.
Nombre d’années dont dispose l’investisseur pour faire fructifier son actif avant une date cible, comme le départ à la retraite. Le terme « horizon de placement » a été élargi pour faire référence au temps nécessaire pour atteindre les objectifs de rendement.

I

Actif tangible qui dure généralement plus d’une année. 
Dans un compte enregistré, qualité d’un revenu de placement qui n’est pas imposé jusqu’à son retrait.  
1. Indice, comme le Standard & Poor’s 500, par rapport auquel on mesure le rendement de fonds communs et d’autres fonds.
2. Indice statistique utilisé pour comparer la performance d’une valeur mobilière, d’un portefeuille ou d’un gestionnaire de fonds. 
Calcul du coût moyen d’un panier de biens et services achetés par les consommateurs. Les fluctuations de prix sont comparées à l’IPC de l’année de référence. 
Hausse du niveau moyen des prix des biens et services. Voir aussi « déflation ».
Renseignements que l’entité fournit, notamment des informations relatives aux changements importants touchant ses activités. Cette information permet aux investisseurs de prendre des décisions de placement éclairées. C’est l’un des grands principes de la réglementation des valeurs mobilières au Canada.
Personne ou entité qui possède des informations privilégiées qui ne sont pas connues du public.
Situation qui se produit lorsque le solde d’un compte n’est pas suffisant pour couvrir un chèque. 
Sociétés de fiducie, banques à charte, maisons de courtage, ou compagnies d’assurance vie habilitées ou non à recevoir des dépôts qui permettent aux émetteurs et aux emprunteurs d’accéder aux marchés des capitaux.
Stratégie de placement visant à créer des effets sociaux ou environnementaux précis en plus des gains financiers. 
Action d’investir dans une entreprise dont les pratiques sont considérées comme socialement responsables.  
Clients — personnes ou institutions — qui possèdent un niveau minimum de connaissances en placement, de valeur nette et/ou de revenu.
Personne qui acquiert des valeurs mobilières pour son propre compte, en plaçant des sommes moins importantes que les sommes qu’engage un investisseur institutionnel.
Investisseurs qui résident à l’extérieur du pays dans lequel ils effectuent des placements.

Propulsé par Learnedly.