Vendredi fou : garder la tête froide quand la fièvre monte

November 4, 2019

Chaque année, le lendemain de l’Action de grâce aux États-Unis, les détaillants multiplient les offres alléchantes pour appâter les consommateurs. C’est le Black Friday. Files interminables dès l’aube, cohue dans les magasins grande surface et promesses de rabais époustouflants, cette tradition commerciale est désormais bien établie chez nous également. Différentes appellations telles que « Vendredi fou », « Super Vendredi » et « Mégasolde de novembre » sont utilisées en français pour désigner cette journée qui, aux États-Unis comme au Canada, marque pour plusieurs le coup d’envoi des achats des Fêtes.

L’événement, à l’origine une seule journée, s’étale maintenant sur toute la fin de semaine. Les soldes s’affichent ensuite en ligne pour le Cyberlundi et parfois même pour toute la semaine. L’occasion est belle d’économiser sur les cadeaux à offrir (ou à s’offrir), mais cette course aux achats n’est pas toujours sans conséquences.

Dépenser au-delà de ses moyens : un cercle potentiellement vicieux

L’attrait des aubaines pousse à acheter des choses que l’on n’achèterait pas au plein prix, des choses dont on pourrait se passer, voire totalement inutiles. Même à rabais, les achats non essentiels peuvent occasionner du stress chez ceux qui ont du mal à joindre les deux bouts ou qui sont déjà endettés.

Un événement de l’envergure du Vendredi fou peut donc avoir des conséquences sur la santé financière des Canadiens. Il n’est pas difficile d’imaginer la détresse que peuvent causer les problèmes financiers. 

Les statistiques sont éloquentes : 44 % des Canadiens affirment que leur situation financière a des conséquences négatives sur leur santé mentale, et 30 % affirment que le stress financier les préoccupe davantage que leur santé globale1.

Qui plus est, les gens ayant des soucis financiers seraient deux fois plus susceptibles de rapporter un mauvais état de santé général et quatre fois plus susceptibles de souffrir de problèmes comme l’insomnie et les maux de tête. Ce type de stress peut même entraîner de graves ennuis de santé, comme des maladies cardiaques et de l’hypertension artérielle2.

On peut entrer malgré soi dans un cercle vicieux : plus on achète, plus il faut travailler pour gagner de l’argent. Plus on est fatigué et stressé à travailler autant, moins on est susceptible de prendre des décisions éclairées – voilà que le stress professionnel vient amplifier le stress financier.

Enfin, quand on sait que l’argent est une source majeure de conflit dans le couple3, les dépenses excessives risquent de venir perturber joliment la quiétude du foyer lors d’un événement comme le Vendredi fou, alors que l’agitation précédant les Fêtes se fait déjà sentir avec la planification des achats, des festivités et des déplacements du mois de décembre.

Bref, dans les cas extrêmes, le Vendredi fou peut avoir chez certaines personnes de graves répercussions. Alors, que faire pour survivre à cette folie du magasinage sans y laisser trop de plumes?

Garder l’équilibre

Pour éviter de trop dépenser, surtout lors du Vendredi fou et pendant la période des Fêtes, quelques stratégies peuvent s’avérer utiles.

Établir un budget mensuel. C’est toujours une bonne chose d’avoir un budget. Il est aujourd’hui possible d’en créer un sans avoir recours aux fastidieux tableurs Excel. Plusieurs institutions financières mettent à la disposition de leurs clients des outils automatisés qui catégorisent toutes les dépenses. Évidemment, il ne suffit pas de savoir où va son argent; il faut aussi établir des objectifs et un plan pour les atteindre, puis s’engager (envers soi-même) à respecter son budget.

Faire attention aux achats à crédit. Il est facile d’accéder au crédit de nos jours, et c’est encore plus vrai pour les étudiants en médecine, qui se voient souvent offrir d’importantes marges de crédit. C’est alors tentant de délier les cordons de la bourse pour offrir (ou s’offrir) des gâteries, mais on y perd au change. Mieux vaut revoir ses priorités et repenser sa façon de donner.

Repenser les cadeaux. L’important, ce n’est pas le montant dépensé. Nul besoin de vérifier si l’on a dépensé autant que l’an passé, que son conjoint, que sa sœur ou que le voisin. Pourquoi ne pas offrir aux êtres chers des expériences plutôt que du matériel, ou bien passer du temps avec eux plutôt que de leur donner des objets? Un bon souper au bistrot du coin, une sortie au théâtre ou une randonnée de ski de fond : voilà de belles occasions d’expériences partagées qui créent de chaleureux souvenirs sans vider le portefeuille.

Envisager de vivre une journée sans achat. Ceux qui souhaitent un changement plus radical peuvent même participer à la Journée sans achat, de plus en plus populaire, qui fait opposition au Vendredi fou et se tient à la même date. Comme le nom l’indique, l’objectif est de ne rien acheter ce jour-là. Certains détaillants vont même jusqu’à fermer leurs portes pour la journée, et d’autres en profitent pour faire des dons4.

Planifier des achats inévitables de façon à profiter des gros rabais du Vendredi fou et du Cyberlundi demeure tout de même une bonne pratique de consommation avertie. L’essentiel, c’est de dépenser selon son compte en banque.

Au besoin, il peut être utile de consulter un conseiller financier afin d’établir de saines habitudes de gestion des finances. À long terme, prendre soin de sa santé financière, comme de sa santé physique et mentale, ne peut être que bénéfique!

1 Credit Education Week Canada. (2018). Personal Finance a Root Cause of Stress among Canadians.

2 Agence de la Consommation en matière financière du Canada. (2019). Le stress financier et ses impacts.

3 Hodges, David. (2016). « L’argent, cet ennemi des couples », L’Actualité.

4 La presse Canadienne. (2017). « La frénésie du Vendredi fou s’atténue », Radio-Canada.

Aucun article précédent

Article suivant
Améliorer sa cote de crédit : quelques notions pour bien commencer votre carrière en médecine
Améliorer sa cote de crédit : quelques notions pour bien commencer votre carrière en médecine

Établir et conserver un bon dossier de crédit : mode d’emploi.

×

Abonnez-vous à notre infolettre

J’autorise Gestion financière MD (y compris Gestion financière MD inc., Gestion MD limitée, la Société de fiducie privée MD, la Société d’assurance vie MD et l’Agence d’assurance MD limitée), La Banque de Nouvelle-Écosse et les autres membres du groupe d’entreprises de la Banque Scotia (les « membres de la Banque Scotia ») à me faire parvenir par messages électroniques (courriels et messages texte) des renseignements au sujet de leurs produits et services, de leurs offres, de leurs événements et d’autres renseignements pertinents y compris des renseignements sur les produits et services d’autres partenaires de confiance de la Banque Scotia susceptibles de m’intéresser. Ce consentement est sollicité par Gestion financière MD et chaque membre de la Banque Scotia, y compris toute entité qui pourr
!
Merci
Error - something went wrong!