Médecins résidents : Devriez-vous commencer par épargner ou par rembourser vos dettes d’études?

June 22, 2018

          

De nos jours, la plupart des étudiants en médecine au Canada s’endettent de telle sorte qu’au début de leur résidence, 42 % d’entre eux déclarent avoir contracté une dette de 120 000 $ ou plus.1

C’est d’ailleurs souvent à ce moment‑là qu’un médecin en formation peut envisager pour la première fois de rembourser ses dettes au lieu d’en accumuler davantage. À sa première année de résidence, son salaire se situe aux environs de 55 000 $. Par conséquent, selon la ville où il habite, il se peut qu’il puisse commencer à épargner et à rembourser ses dettes.

Lorsque viendra le temps de rencontrer votre conseiller financier, vous aborderez probablement les points suivants :

  • ·votre situation financière (votre actif et votre passif);
  • ·votre budget mensuel (vos revenus et vos dépenses);
  • ·vos objectifs à court, à moyen et à long terme.

Cependant, avant de discuter de ces points avec votre conseiller, vous devrez réfléchir aux questions suivantes.  

  1. Établissez votre seuil de tolérance à l’endettement

    • Aucun souci : le fait d’être endetté maintenant et plus tard ne vous préoccupe aucunement.
    • Léger inconfort : vous en avez l’habitude.
    • Source d’anxiété : vous n’en dormez pas la nuit.

    Votre seuil de tolérance à l’endettement est un facteur à prendre en considération dans votre décision. Si les dettes vous rendent mal à l’aise (même si, mathématiquement, le rendement de votre épargne et de vos placements sera supérieur aux frais d’intérêt sur vos dettes), vous êtes tout à fait en droit de rembourser une partie de vos dettes d’abord.

  2. Mesurez les avantages de chaque option

    Avantages qu’il y a à rembourser ses dettes :

    • Vous paierez moins d’intérêts à long terme.
    • Vous aurez des fonds à consacrer à d’autres objectifs dans l’avenir.
    • Votre valeur nette augmentera.

    Avantages qu’il y a à épargner et à investir : 

    • Puisque les médecins ne bénéficient généralement pas de fonds de pension ni d’autres régimes de retraite, il vaut mieux commencer à épargner tôt pour faire fructifier davantage son argent (en savoir plus sur la croissance composée).
    • Si vous prenez l’habitude de « vous payer d’abord », cela deviendra un automatisme à l’avenir. Vous devrez faire face à d’autres réalités financières complexes comme médecin en exercice.
    • Vous résisterez mieux aux fluctuations du marché.
    • Vous améliorerez vos connaissances sur les placements.
  3. Comprenez bien la nature de vos dettes

  • Cartes de crédit – En raison des taux d’intérêt élevés, il est préférable de régler la totalité du solde dès que possible.
  • Marge de crédit – L’intérêt sur la marge de crédit pour étudiants en médecine et médecins résidents est généralement calculé au taux de base (actuellement de 3,95 %), mais certaines institutions appliquent le taux de base moins 0,25 %. Le taux d’intérêt pourrait augmenter considérablement une fois la résidence terminée.
  • Prêts étudiants – L’intérêt sur les prêts étudiants ne commence à courir qu’une fois les études terminées. Dès que vous commencerez à payer de l’intérêt, vous pourrez demander un crédit d’impôt dans votre déclaration de revenus.

Si vous connaissez votre seuil de tolérance à l’endettement, la nature de vos dettes, de même que les avantages qu’il y a à rembourser ses dettes et à effectuer des placements, vous serez en meilleure position pour prendre des décisions éclairées relativement à votre plan financier.

Étude de cas : Comment choisir votre stratégie

Examinons le cas fictif de Nadia2, qui en est à sa première année de résidence en chirurgie.

Nadia rencontre sa conseillère financière pour tâcher de déterminer son seuil de tolérance à l’endettement.

Nadia est à l’aise avec le fait d’être endettée et prévoit rembourser ses dettes sur le long terme. Pour le moment, toutefois, elle tient à épargner et à faire des placements, car elle sait que sa vie est sur le point de changer : elle prévoit se marier, acheter une maison et avoir des enfants au cours des cinq prochaines années.

Voici un portrait de sa situation financière.

La conseillère financière de Nadia lui suggère de se ménager une marge de manœuvre en consacrant la moitié de son excédent mensuel au remboursement de sa marge de crédit, et l’autre moitié, à ses placements.

Nadia décide donc de placer 200 $ de cet excédent dans un compte d’épargne libre d’impôt et d’utiliser les 200 $ restants pour rembourser sa dette chaque mois. Elle effectue déjà le remboursement minimum sur sa marge de crédit et sur son prêt étudiant (600 $).

En remboursant ses dettes et, parallèlement, en commençant à placer de l’argent, Nadia a l’impression de s’engager dans la bonne voie sur le plan financier. Ce faisant, elle pourra aussi démontrer à l’institution financière où elle contractera son prochain prêt qu’elle a la discipline nécessaire pour bien gérer ses finances.

Le remboursement des dettes et l’épargne peuvent aller de pair

Devriez-vous placer votre argent ou l’utiliser pour rembourser vos dettes? La réponse dépend d’un certain nombre de facteurs personnels, comme vos objectifs, votre niveau d’endettement et votre rapport avec l’argent.

Un conseiller MD* vous offrira des réponses claires et une stratégie personnalisée, analysera vos dettes et vous donnera des conseils pratiques pour vous permettre d’en accélérer le remboursement.

1 Ce montant comprend les dettes autres que les prêts étudiants. Source : Association des facultés de médecine du Canada, Questionnaire à l’intention des diplômés de l’AFMC, Rapport national 2019, afmc.ca/fr.

Cette étude de cas fictive vous est communiquée à titre de simple illustration et ne représente la situation d’aucun véritable client. Toute ressemblance avec une situation réelle serait purement fortuite.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

Article précédent
Les résidents et l’épargne : cinq prétextes qui ne tiennent pas la route
Les résidents et l’épargne : cinq prétextes qui ne tiennent pas la route

Vos études en médecine ont coûté cher en temps et en argent, et vous voici en train d’amorcer le grand vira...

Article suivant
Médecins résidents : Vos dix grandes questions sur les marges de crédit
Médecins résidents : Vos dix grandes questions sur les marges de crédit

En quoi la marge de crédit pour étudiants en médecine et médecins résidents diffère-t-elle du prêt étu...

×

Abonnez-vous à notre infolettre

J’autorise Gestion financière MD (y compris Gestion financière MD inc., Gestion MD limitée, la Société de fiducie privée MD, la Société d’assurance vie MD et l’Agence d’assurance MD limitée), La Banque de Nouvelle-Écosse et les autres membres du groupe d’entreprises de la Banque Scotia (les « membres de la Banque Scotia ») à me faire parvenir par messages électroniques (courriels et messages texte) des renseignements au sujet de leurs produits et services, de leurs offres, de leurs événements et d’autres renseignements pertinents y compris des renseignements sur les produits et services d’autres partenaires de confiance de la Banque Scotia susceptibles de m’intéresser. Ce consentement est sollicité par Gestion financière MD et chaque membre de la Banque Scotia, y compris toute entité qui pourr
!
Merci
Error - something went wrong!