Skip to main content

Épargner : par où commencer?

Jeune homme parlant au téléphone portable et buvant du café près de la fenêtre

Après tout le temps et l’argent investis dans vos études en médecine, la résidence marque sans doute un tournant important dans votre vie professionnelle.

Si vous êtes deux à contribuer aux revenus du ménage, la prise de décisions peut se faire conjointement avec votre partenaire, même si vous ne mettez pas vos finances en commun.

Voici quatre raisons qui empêchent souvent les médecins résidents d’épargner, et des trucs simples pour passer à l’action.

1. Je n’ai tout simplement pas le temps.

Les médecins résidents ont souvent un emploi du temps très chargé : clinique, gardes, études et clubs de lecture. Qui a le temps de s’occuper de ses finances?

À considérer : le temps deviendra votre allié si vous réussissez à mettre de côté ne serait-ce qu’une petite somme au moyen de cotisations automatiques régulières. De cette façon, l’argent s’accumulera comme par magie, et plus vous êtes jeune, plus vous aurez de temps pour laisser fructifier vos placements.

En mettant de côté tous les mois aussi peu que 25 $, vous finirez par accumuler une somme rondelette, comme le démontre l’exemple ci-dessous. Pour avoir une idée de la valeur que pourrait atteindre votre épargne selon différents montants de cotisation, utilisez la calculatrice de croissance composée de Gestion financière MD.

Si vous mettez de côté 25 $ par mois pendant 30 ans, ce petit montant, une fois placé à un taux de rendement de 6 %, vous rapportera plus de 16 000 $.

Total des cotisations :                  9 000 $

Rendement composé :              16 113 $

Épargne totale :                        25 113 $

2. J’ai une jeune famille qui s’agrandit, et je dois subvenir à ses besoins.

L’équilibre entre la vie personnelle et professionnelle est un défi pour tous les médecins en formation, mais encore plus pour ceux qui sont parents. Quand les frais de garde et autres besoins de base accaparent une bonne partie des revenus du résident, l’épargne risque d’être rapidement reléguée au dernier rang.

À considérer : épargnez en vue d’un seul objectif familial.

Même si vous avez sans doute de nombreux objectifs échelonnés dans le temps, essayez de les prendre un à la fois. Selon la composition de votre famille, il pourrait être avantageux financièrement de prioriser d’abord certains objectifs compte tenu des modalités des subventions et programmes gouvernementaux ou des limites imposées (par exemple, il vaut mieux cotiser à un REEE lorsque votre revenu est bas). Établissez vos objectifs prioritaires et décidez qui, dans votre ménage, devrait contribuer à chacun d’eux pour que ce soit le plus avantageux possible.

3. J’ai d’énormes dettes d’études. À quoi bon essayer de mettre de l’argent de côté?

Si vous avez eu recours à un prêt ou à une marge de crédit pendant vos études en médecine, vos dettes peuvent vous sembler imposantes par rapport à ce que vous gagnez comme résident. Votre conjoint se trouve peut-être dans la même situation, alors à quoi bon épargner quand vous croulez sous les dettes?

À considérer : épargnez pour commencer à accroître votre valeur nette.

Maintenant que vous gagnez un revenu, mettre de l’argent de côté est une bonne habitude à prendre pour amener graduellement votre valeur nette dans le « positif ». Cet objectif sera d’autant plus facile à atteindre si votre conjoint contribue au revenu du ménage.

Les règles de remboursement des prêts et marges de crédit pendant la période de résidence varient d’un prêteur à l’autre et selon le type de crédit accordé.  Retenez qu’il est toujours préférable de régler rapidement les dettes à la consommation et surtout le solde de vos cartes de crédit dont le taux d’intérêt est élevé.

Se doter d’un plan pour le remboursement de ses dettes est important, mais commencer à épargner l’est tout autant. Et l’un n’exclut pas nécessairement l’autre. 

4. Je commencerai à épargner quand je gagnerai plus d’argent!

Votre revenu augmentera assurément à mesure que vous avancerez dans votre carrière. Alors, pourquoi ne pas attendre un peu pour épargner?

À considérer : profitez de vos premières années de rémunération pour adopter de saines habitudes financières.

Même si vous avez la certitude de toucher un bon revenu dans quelques années, commencez à épargner dès la résidence. C’est un bon moyen de vous préparer à la transition vers l’exercice de plein droit et de vous familiariser avec l’univers des placements. Vous serez mieux outillé pour prendre des décisions financières une fois devenu médecin, et rien ne vous empêchera de rajuster le montant de vos épargnes en fonction de votre revenu en croissance. Vous pourriez par exemple augmenter le montant à mettre de côté ou, si plus d’une personne épargne dans votre ménage, déterminer qui contribuera aux différents régimes et objectifs.

Pour plus de renseignements avant de commencer à épargner, veuillez communiquer avec votre conseiller MD*.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.