Skip to main content

Médecins résidents : pour acquérir de saines habitudes financières

           Jeune homme parlant au téléphone portable et buvant du café près de la fenêtre

Pour de nombreux étudiants en médecine, les dettes sont une réalité de la vie. La plupart accumulent les dettes d’études sous forme de prêts ou d’une marge de crédit, ou les deux.

Lorsque s’amorce leur résidence, le premier chèque de paie est donc accueilli avec soulagement.

Le salaire des médecins résidents est dicté par les conventions collectives conclues entre les associations provinciales de médecins résidents et les organisations de santé. Par conséquent, tous les résidents d’une même province appartenant à la même cohorte touchent le même salaire. En Saskatchewan, par exemple, tous les résidents de première année gagnent 60 724 $ par année (au 1er janvier 2021). Après prélèvement de l’impôt sur le revenu et des autres déductions, il leur reste environ 3 683 $ par mois.

Même si vous avez la chance d’avoir dans votre vie un conjoint ou conjoint de fait dont le revenu s’ajoute au vôtre, une fois payées les dépenses mensuelles (logement, nourriture, transport, téléphone/Internet et ainsi de suite), il ne reste peut-être plus grand-chose, selon le coût de la vie là où vous habitez.

La question consiste à établir si vous devez commencer à épargner ou à rembourser votre énorme dette, ou les deux. Ne serait-il pas plus simple d’attendre d’être médecin de plein droit lorsque vos revenus seront plus substantiels? Voilà qui semble raisonnable, du moins en théorie.

Pourquoi se serrer la ceinture pour n’épargner que la maigre somme de 150 $ par mois? La réponse dépend de votre situation personnelle et de la chance que vous avez ou non de compter sur un deuxième revenu dans votre ménage.

Prendre dès maintenant de bonnes habitudes financières

À cette étape de leur vie professionnelle, les médecins résidents ont tout intérêt à voir la planification financière non pas comme une fin en soi, mais aussi comme un moyen d’acquérir de bonnes habitudes. À la longue, ces habitudes deviendront des automatismes, ce qui vous sera fort utile lorsque vous devrez, plus tard dans votre carrière, composer avec des réalités financières plus complexes.

Voici trois aspects de vos finances sur lesquels vous pencher durant votre résidence :

1. Faites le bilan des dettes de votre ménage.

Obtenez une confirmation du solde de vos prêts étudiants et de votre marge de crédit et de toute autre dette que vous pourriez avoir. N’oubliez pas qu’en raison de la pandémie de COVID-19, le gouvernement fédéral a renoncé à percevoir les intérêts sur les prêts étudiants jusqu’au 31 mars 2023.

Toutes les dettes ne sont pas équivalentes. Les intérêts sur certaines formes de crédit peuvent être déductibles aux fins de l’impôt, ce qui en réduit le coût après impôt. Classez vos dettes par ordre décroissant des taux d’intérêt après impôt et remboursez en priorité celles dont le taux d’intérêt est le plus élevé.

Si vous êtes titulaire d’une marge de crédit pour étudiant, les intérêts sont calculés quotidiennement et perçus mensuellement. Certaines institutions financières permettent la « capitalisation des intérêts », ce qui vous exempte de payer des intérêts pendant vos études et pendant 24 mois après la fin de votre résidence (période dite « de grâce »). Si vous faites un stage postdoctoral, certains prêteurs acceptent même que cette période de 24 mois commence à s’écouler uniquement après le stage. Toutefois, n’oubliez pas que les intérêts continuent de courir sur les sommes que vous empruntez et s’ajoutent au montant que vous rembourserez plus tard.

Même si vous ou votre conjoint disposez de sommes au comptant, il n’est pas nécessairement judicieux de rembourser vos dettes si celles-ci sont exemptées d’intérêt ou si le taux après impôt est inférieur à ce que vous pourriez obtenir en plaçant l’argent. 

2. Analysez vos entrées et sorties de fonds et remboursez votre dette en conséquence.

Supposons que votre revenu mensuel après impôts se chiffre à 3 660 $. Déterminez à combien s’élèvent vos frais de subsistance et autres dépenses pour savoir ce qu’il vous restera. Si vous êtes dans un ménage à deux revenus, calculez toutes les ressources et dépenses afin d’obtenir un juste portrait de la situation.

Par exemple, si vous avez besoin de 2 800 $ par mois pour le loyer, la nourriture, le transport et les autres dépenses, il vous restera 860 $. Choisissez le montant à consacrer au remboursement de votre dette et faites-le prélever automatiquement dans votre compte les jours de paie.

Astuce : Essayez notre calculatrice des revenus et dépenses pour comparer les revenus de votre ménage par rapport à ses dépenses.

3. Établissez un régime d’épargne et de placement.

Supposons qu’après avoir payé tous vos frais mensuels, y compris le remboursement de votre dette, il ne vous reste que 150 $. Vaut-il la peine d’épargner une somme si dérisoire à cette étape de votre carrière?

Oui, parce qu’en épargnant et en plaçant régulièrement de l’argent, vous posez les assises nécessaires à l’acquisition de bonnes habitudes financières qui vous seront ultérieurement très utiles. Les sommes épargnées peuvent paraître minimes, mais des économies annuelles de 1 800 $ peuvent fructifier considérablement au fil du temps.

S’inscrire au prélèvement automatique de cotisation (PAC) peut vous aider à y arriver. Fondamentalement, le PAC transforme ces 150 $ en un paiement que vous vous engagez à verser à votre alter ego du futur. Les cotisations automatiques sont un moyen simple et efficace d’épargner et d’investir régulièrement.

Astuce : Évacuez les conjectures de votre processus de placement. Utilisez la méthode dite de la « moyenne d’achat » en plaçant à intervalles réguliers la même somme pendant une longue période.

L’importance de se doter tôt d’un plan financier

Utilisez notre calculatrice de croissance composée pour voir jusqu’à quel point vos épargnes peuvent fructifier avec le temps. Le résultat pourrait vous surprendre.

En ayant une bonne compréhension de vos finances et en dressant des plans d’épargne et de placement tôt dans votre vie, vous maîtriserez plus rapidement les notions de gestion des fonds et composerez plus aisément avec les fluctuations des marchés. Vous progresserez aussi dans la poursuite de vos objectifs financiers. Lorsque vos revenus se gonfleront, vous serez mieux outillé pour prendre vos décisions financières.

Pour plus de renseignements sur la manière de commencer à épargner, veuillez communiquer avec votre conseiller MD *.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

Les produits et services bancaires et de crédit sont offerts par La Banque de Nouvelle-Écosse (la « Banque Scotia »). Les produits de crédit et de prêts sont soumis à une approbation du crédit par la Banque Scotia.

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.