Skip to main content

Retour de la volatilité sur les marchés boursiers : cinq pièges à éviter

Tableau à affichage numérique des cours de la bourse qui s’estompe pour laisser place à des lumières diffuses en arrière-plan.

Messages clés

  • La volatilité est un phénomène normal, tout comme il est normal de s’inquiéter de son retour.
  • À long terme, la tendance des marchés boursiers est normalement à la hausse.
  • Gardez le cap sur vos objectifs financiers, relativisez les manchettes et parlez à votre conseiller ou conseillère.

« Meta, Netflix et Shopify ont tous reculé de plus de 30 % depuis le début de l’année. »

« L’inflation élevée dérèglera les économies mondiales. »

« Les marchés boursiers n’arrivent pas à suivre le rythme. »

Ces derniers temps, nul besoin de chercher bien loin pour trouver des articles présentant un scénario de catastrophe imminente sur les marchés. Comme l’indice S&P 500 a affiché des rendements totaux de 10 % et plus au cours de 8 des 10 dernières années1 et que les actions technologiques ont atteint des sommets, la logique habituelle laisse supposer que les rendements des actions devraient ralentir parallèlement à une hausse de la volatilité. 

Bien que la pandémie de COVID-19 ait occasionné l’une des chutes les plus marquées de l’histoire, celle-ci a rapidement été oubliée par les investisseurs, puisque les marchés ont rebondi rapidement et que l’optimisme est revenu. Étant donné la reprise qui s’est poursuivie jusqu’en 2022, il est facile d’oublier la volatilité des marchés et le fait qu’elle soit normale et le signe de marchés en santé.

La volatilité est encore une fois d’actualité, les marchés mondiaux absorbant toute une série d’éléments : l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la poursuite de la pandémie, les politiques monétaires et budgétaires des gouvernements, les craintes d’inflation, les inquiétudes quant aux évaluations et des perspectives de croissance économique à court et à moyen terme loin d’être claires.

Malgré tout, il est important de garder à l’esprit que votre portefeuille MD est conçu pour vous permettre d’atteindre vos objectifs financiers en fonction de votre horizon temporel (moment auquel vous souhaitez avoir atteint ces objectifs) et qu’il tient compte de votre tolérance au risque et à la volatilité. De plus, pour les clients qui suivent nos conseils de répartition tactique de l’actif, sachez que des ajustements sont faits régulièrement pour tenir compte de l’évolution des conditions des marchés afin de profiter des occasions et d’atténuer les risques. Comme toujours, nous continuerons d’analyser la situation et d’apporter au besoin les changements qui s’imposent.

Se concentrer sur les facteurs contrôlables

Les épisodes de volatilité sont souvent désagréables et engendrent un sentiment d’impuissance chez bon nombre d’investisseurs, qui cherchent à les éviter. Ce qui importe, c’est de vous concentrer sur les facteurs qui peuvent être contrôlés, comme l’élaboration d’un plan financier qui réduit le plus possible les risques tout en vous permettant d’atteindre vos objectifs financiers, plutôt que sur les fluctuations des marchés.

L’inconfort peut entraîner la prise de décisions de placement émotives, motivées par la peur et l’avidité, qui risquent de nuire à l’atteinte des objectifs à long terme. Même s’il est impossible de faire complètement abstraction de ses émotions, en comprendre la source peut aider à les canaliser d’une manière plus productive devant l’incertitude.

Voici quelques-uns des pièges qui attendent l’investisseur enclin à céder à ses émotions et les meilleurs moyens de les éviter.

Piège 1 : Accorder trop d’importance aux manchettes

Votre stratégie de placement ne devrait jamais reposer sur les manchettes du jour. L’objectif des médias est de vous inciter à consommer leur contenu. Ils présentent donc leurs histoires sous l’angle le mieux à même de susciter votre intérêt. La peur et l’euphorie des marchés font vendre des copies, mais les rendements stables à long terme? Pas vraiment.

Je ne suis pas en train de vous dire d’ignorer les manchettes, qui portent généralement sur des scénarios plausibles (tout en faisant fi des autres conclusions possibles). Il est toutefois important de garder à l’esprit vos objectifs à long terme. Bien qu’il soit normal de s’inquiéter des rendements boursiers à court terme, le fait de vous concentrer sur vos objectifs à long terme et, par conséquent, sur les résultats du marché à long terme, peut vous aider à redéfinir votre perception de la situation.

Sur une longue période, nous savons que les marchés vont connaître plus de hauts que de bas. Tel qu’il est illustré ci-dessous, les marchés boursiers canadiens ont dégagé des rendements annuels positifs 52 fois en 71 ans depuis 1950. Ces rendements, pris sur des périodes de 15 ans, sont résolument positifs. En effet, depuis les années 50, il n’y a eu aucune période de 15 ans dans le négatif.

Risque de pertes sur les marchés boursiers de 1950 à 2020

Graphiques à barres et diagrammes circulaires montrant le risque de pertes sur les marchés boursiers de 1950 à 2020 pour des périodes de 1 an, de 5 ans et de 15 ans.

Toutes les valeurs sont exprimées en dollars canadiens. Le rendement passé n’est pas garant du rendement futur. Ce graphique est présenté à titre indicatif seulement et ne représente en rien le rendement de quelque placement que ce soit.  Il n’est pas possible de faire un placement directement dans un indice. © 2021 Precision Information LLC, DBA Financial Fitness Group (FFG). Tous droits réservés. Toute reproduction totale ou partielle de ce graphique est interdite sans l’autorisation préalable écrite de FFG.

 

Rappelez-vous que les manchettes tendent à déclencher des sursauts émotifs qui risquent de mener à des décisions susceptibles de nuire à vos objectifs à long terme. En regardant les choses sous le bon angle, vous ressentirez une plus grande stabilité émotionnelle et prendrez de meilleures décisions de placement.

Piège 2 : Tentatives d’anticiper les fluctuations des marchés

Est-il possible de gagner beaucoup d’argent en anticipant les fluctuations des marchés? Assurément! Est-il possible de faire de l’argent si vos prévisions sont légèrement décalées? Peut-être. La fenêtre pendant laquelle il est possible de générer de la valeur en anticipant le marché est habituellement très étroite, et plus vous vous éloignez du point d’inflexion, plus la valeur ajoutée diminue. Autre point à retenir à propos de l’anticipation du marché : vous tromper peut réellement vous coûter cher. En passant à côté des 20 meilleures journées en bourse au cours des 20 dernières années (soit 20 jours sur 5 000), un investisseur aurait effacé la quasi-totalité des gains d’un portefeuille type d’actions américaines basé sur l’indice S&P 500.

Le coût de l’anticipation du marché

Graphique à barres montrant le rendement en pourcentage pour l’ensemble des 5 036 jours de bourse et graphique en banderole montrant le rendement quotidien des 5 036 jours de bourse.

Le rendement passé n’est pas garant du rendement futur. Ce graphique est présenté à titre indicatif seulement et ne représente en rien le rendement de quelque placement que ce soit. Il n’est pas possible de faire un placement directement dans un indice. © Morningstar, 2021 et Precision Information, DBA Financial Fitness Group, 2021. Tous droits réservés.

 

En général, la décision de vendre ses placements de la bourse est beaucoup plus facile à prendre que celle d’en racheter. En effet, la peur de perdre est innée chez l’être humain. Il a tendance à réagir dès le premier signe de pertes éventuelles, mais prend son temps et attend un signal clair avant de réintégrer les marchés. En économie comportementale, on parle « d’aversion aux pertes », une théorie popularisée en 1979 par les psychologues Amos Tversky et Daniel Kahneman.

Selon cette théorie, l’être humain privilégie fortement l’évitement des pertes plutôt que l’obtention de gains potentiels, car l’effet psychologique d’une perte est plus important que celui d’un gain2. Les répercussions financières peuvent aussi être assez importantes. En effet, une analyse des rendements obtenus depuis la crise financière de 2008 montre un écart appréciable entre les résultats d’une personne qui a conservé ses placements, celle qui s’est retirée des marchés pendant 12 mois et celle qui les a quittés complètement.

L’importance de conserver ses placements 

Graphique linéaire illustrant les différences entre laisser son argent en bourse, retirer son argent et l’investir à nouveau après 1 an, et retirer son argent et le conserver en liquidités.

Toutes les valeurs sont exprimées en dollars canadiens. Le rendement passé n’est pas garant du rendement futur. Ce graphique est présenté à titre indicatif seulement et ne représente en rien le rendement de quelque placement que ce soit. Il n’est pas possible de faire un placement directement dans un indice. © 2021 Precision Information LLC, DBA Financial Fitness Group (FFG). Tous droits réservés. Toute reproduction totale ou partielle de ce graphique est interdite sans l’autorisation préalable écrite de FFG.

 

Piège 3 : Négliger la diversification

Diversifier son portefeuille est un moyen d’en réduire le risque. En effet, une combinaison judicieuse de placements protège contre les risques associés à une entreprise, à un secteur, à un marché, à une économie ou à un pays donnés. Les différents types de placements génèrent du rendement à différents moments. La diversification permet donc de régulariser celui-ci. Elle est fondamentale si vous voulez tirer un bon rendement de votre portefeuille à toutes les phases du cycle et pas seulement à court terme.

Même si détenir un portefeuille diversifié ne provoquera pas de sensations fortes ni n’alimentera la conversation à votre prochain 5 à 7, c’est le moyen le plus sensé d’atteindre vos objectifs. Ne vous laissez pas séduire par les titres « à la mode », car, à long terme, tout ce dont vous avez besoin pour atteindre vos objectifs de placement est un portefeuille bien diversifié.

Les gagnants et les perdants selon la catégorie d’actifs

Carte de densité montrant les catégories d’actifs ayant dégagé les rendements les plus élevés et les plus bas parmi les suivantes : actions de sociétés canadiennes à petite capitalisation, actions de sociétés canadiennes à grande capitalisation, actions internationales, obligations du gouvernement du Canada, bons du Trésor canadien et portefeuille diversifié.

Toutes les valeurs sont exprimées en dollars canadiens. Le rendement passé n’est pas garant du rendement futur. Ce graphique est présenté à titre indicatif seulement et ne représente en rien le rendement de quelque placement que ce soit. Il n’est pas possible de faire un placement directement dans un indice. © 2021 Precision Information LLC, DBA Financial Fitness Group (FFG). Tous droits réservés. Toute reproduction totale ou partielle de ce graphique est interdite sans l’autorisation préalable écrite de FFG.

 

Piège 4 : Ne pas consulter son conseiller

Il peut être stressant de rater une possibilité de placement ou d’assister à la baisse des marchés. Grâce à son expérience, sa vision et sa pondération, votre conseiller ou conseillère vous aidera à faire abstraction du bruit et à maintenir le cap.

De plus, ses conseils vous aideront à préciser vos objectifs et à moduler votre stratégie de placement, si nécessaire, tout en assurant une bonne diversification de votre portefeuille. L’examen de votre portefeuille avec votre conseiller ou conseillère est l’occasion idéale de revoir votre plan, de poser des questions et de confirmer que vous êtes sur la bonne voie, malgré les fluctuations du marché.

Piège 5 : Nourrir des attentes irréalistes

Après une longue phase haussière, certains investisseurs perdent de vue une réalité incontournable : le marché ne peut s’apprécier indéfiniment. À un moment ou à un autre, il essuiera des reculs, qui font eux aussi partie d’un cycle normal et sain. En fait, les corrections boursières sont assez fréquentes. Par exemple, l’indice S&P 500 a effectué des plongeons de 10 % et plus dans 21 des 41 années écoulées depuis 1980. Et pourtant, de ces 21 années, 13 se sont terminées par un bilan positif. Dans les périodes de stress financier, il est facile de perdre de vue la réalité des marchés.

Parallèlement, lorsque l’optimisme règne sur les marchés, il est facile d’oublier que votre portefeuille diversifié conçu pour atténuer le risque tout en générant le rendement nécessaire pour atteindre vos objectifs ne fera probablement pas aussi bien que les placements spéculatifs de l’heure ou que le marché en général pendant une phase haussière effrénée. En revanche, ce même portefeuille arrivera probablement à mieux vous protéger pendant les périodes de baisse.

Même si, sur un plan purement émotif, il peut paraître raisonnable que votre portefeuille bénéficie pleinement des périodes de hausse tout en évitant entièrement les reculs, en pratique, ce genre d’attente est déraisonnable et peut conduire à de très mauvaises décisions à long terme.

Nous sommes là pour vous

Il est impossible de prévoir de manière infaillible l’évolution des marchés. On peut cependant s’y préparer. Plutôt que de prendre des décisions de placement fondées sur vos émotions ou sur les dernières manchettes, gardez votre calme, maintenez le cap sur vos objectifs financiers à long terme et rappelez-vous que vous pouvez compter sur le soutien de votre conseillère ou conseiller MD*, qui sera là pour en discuter avec vous ou répondre à vos questions.

 

Provenance des données : State Street, 31 décembre 2021.

Source : Daniel Kahneman et Amos Tversky, « Prospect Theory: An analysis of decision under risk », Econometrica, 1979.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement) ou un gestionnaire de portefeuille de Conseils en placement privés MD.

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.

À propos de l'auteur

Jean-Francois Bordeleau is Senior Practice Manager at MD Financial Management. JF is an advisor to MD Advisors and is responsible for educating them on MD's investment standards and principles as well as MD's investment solutions.

Profile Photo of Jean-Francois Bordeleau