Taux d’intérêt : la Banque du Canada maintient le cap

April 18, 2018 Wesley Blight

 

Blog image

La Banque du Canada reconnaît qu’il faudra à un certain point majorer les taux d’intérêt, mais elle a néanmoins annoncé mercredi qu’elle maintenait à 1,25 % son taux de financement à un jour.

Dans son annonce et son plus récent Rapport sur la politique monétaire, la Banque parle d’une croissance plus faible de l’économie canadienne au premier semestre de 2018 à cause de la faiblesse des dépenses des ménages et du ralentissement des exportations. Malgré une croissance du PIB inférieure à ses prévisions, la Banque s’attend à un rebond au deuxième trimestre, pour un taux de croissance moyen de 2 % au premier semestre.

Selon la Banque, la faiblesse dans le secteur du logement sera de courte durée, les marchés s’adaptant aux nouvelles lignes directrices sur les prêts hypothécaires. Les exportations nettes devraient également connaître une relance au deuxième semestre, lorsque la congestion des infrastructures de transport se sera dissipée et que la demande étrangère s’accroîtra. Cela étant dit, l’incertitude entourant les politiques commerciales (notamment, l’Accord de libre-échange nord-américain) assombrit les perspectives.

Même si les accords commerciaux ne sont pas modifiés, la Banque estime que l’inquiétude croissante à l’égard des politiques commerciales pourrait conduire à un resserrement plus prononcé que prévu des conditions financières, à un recul de la confiance et à une décélération plus marquée de la croissance.

Au-delà de 2018, la Banque prévoit que l’économie canadienne croîtra à un rythme supérieur à sa capacité avant de ralentir de nouveau à 1,8 % en 2020. L’inflation devrait augmenter au-dessus de 2 %, pour revenir ensuite au taux cible fixé par la Banque, d’où les propos de la Banque qu’avec le temps, un relèvement des taux sera nécessaire.

La capacité des consommateurs canadiens lourdement endettés d’absorber cette augmentation du service de leur dette sera au centre des préoccupations lorsque les décideurs envisageront de nouvelles hausses des taux. La Banque constate que l’expansion de la dette des ménages a ralenti depuis l’été dernier, ce qui indique que les taux d’intérêt plus élevés et les mesures touchant le marché du logement commencent à agir sur les habitudes d’emprunt.

Le niveau accru des taux d’intérêt et le ralentissement de la croissance du revenu disponible devraient freiner peu à peu la progression des dépenses des ménages. D’ici 2020, la composition de la croissance du PIB est appelée à changer, la contribution des dépenses des ménages allant en diminuant et celle des investissements des entreprises et des exportations affichant une hausse relative.

Nous avons activement positionné nos fonds communs et fonds collectifs de titres à revenu fixe en fonction de taux légèrement plus élevés, mais nous attendons les signes d’une expansion économique durable au Canada (inflation des salaires, augmentation des exportations nettes et des investissements des entreprises) avant d’apporter de nouveaux ajustements en préparation à des augmentations plus substantielles des taux d’intérêt.

Wesley Blight

Wesley Blight, CFA, CIM, FCSI, est gestionnaire de portefeuille au sein de l’équipe Gestion de placements chez Gestion financière MD. Il est responsable des résultats des fonds communs et des fonds collectifs à revenu fixe et de type « équilibré » de MD.

 

Article précédent
Vague de fusions et acquisitions dans le secteur pharmaceutique
Vague de fusions et acquisitions dans le secteur pharmaceutique

Différents facteurs sont à l’origine des fusions et acquisitions observées chez certains des grands acteurs...

Article suivant
Votre capacité d’emprunt amputée par les nouvelles règles hypothécaires
Votre capacité d’emprunt amputée par les nouvelles règles hypothécaires

L’achat d’une maison compte parmi les décisions importantes d’une vie. Le concept de simulation de crise mi...