Regard prospectif sur 2017 : Un optimisme prudent

January 6, 2017 Ian Taylor

Blog image

Au cours des nombreuses réunions de famille et réceptions pendant la période des Fêtes, j’ai répondu avec grand plaisir à « Savez-vous si ce sera un garçon ou une fille? », et j’ai tout fait pour éviter de répondre à « Quelle action devrais-je acheter? ».

Comme je suis gestionnaire de portefeuille, mes amis et les membres de ma famille semblent croire que je détiens une boule de cristal qui me permet de leur donner le « tuyau » qui les rendra millionnaires. Je les déçois donc constamment lorsque je leur demande s’ils ont mis en place un bon plan financier.

Cela étant dit, c’est bien mon travail de tenter de discerner ce que réserve l’avenir et de faire en sorte que les portefeuilles de nos clients soient positionnés pour tirer le meilleur parti possible des cycles économiques et de la conjoncture. À l’aube de 2017, un optimisme prudent me semble de mise.

Qu’est-ce qui explique la vitalité des marchés en 2016?

Tout au long de 2015, les banques centrales du monde ont maintenu les taux d’intérêt très bas. La chute des prix des produits de base, et particulièrement du pétrole, a aussi contribué à la faiblesse de l’inflation. Pour toutes ces raisons, et malgré un début d’année mouvementé, l’économie mondiale a gagné en force en 2016.

Ces facteurs laissaient entrevoir un nouveau cycle économique. Nous avons été témoins d’importants gains de l’économie mondiale, en particulier aux États‑Unis, dans la zone euro et sur les marchés émergents, et l’indice mondial des directeurs d’achats (PMI) a atteint son plus haut niveau de l’année en décembre.

Pendant la plus grande partie du quatrième trimestre, nos portefeuilles ont été surpondérés en actions, une position qui nous a permis de profiter de la conjoncture boursière favorable.

À quoi pouvons-nous nous attendre en 2017?

En ce début de 2017, nous faisons preuve de prudence et avons opté pour une pondération plus neutre. De nouveaux gains restent possibles, mais des risques de recul sont aussi clairement présents.

Les facteurs favorables de 2015 tendent à s’effacer. Dans un contexte où la Réserve fédérale des États‑Unis majore ses taux et où les prix des produits de base ont augmenté de manière marquée en 2016, la hausse des taux d’intérêt et de l’inflation pourrait avoir pour effet conjugué de ralentir la croissance.

Il est par conséquent extrêmement important que les portefeuilles contiennent des titres d’entreprises capables de poursuivre leur croissance et de gagner des parts de marché dans un contexte difficile.

La zone euro demeure une source possible de volatilité. Des élections en Allemagne et en France ainsi que des négociations sur le Brexit sont au programme cette année. Aux États‑Unis, l’élection de Donald Trump a suscité de l’optimisme sur les marchés malgré la grande incertitude qui persiste quant aux politiques qu’il mettra en œuvre. La Chine poursuit ses efforts pour rééquilibrer son économie et elle se heurtera vraisemblablement à des obstacles en cours de route.

L’heure est à l’optimisme prudent

Chacun des facteurs mentionnés pourrait créer des pics de volatilité à court terme.

Comme toujours, nous nous en tiendrons à nos principes et à nos méthodes de placement bien définis. En choisissant avec soin les régions où nous effectuons des placements et en procédant à une analyse descendante des facteurs qui influent sur l’économie mondiale et les marchés, nous pouvons mieux positionner les portefeuilles de nos clients grâce à une répartition tactique de l’actif qui nous permet de profiter du potentiel de hausse et nous protège contre les baisses.

Cette année, les autorités budgétaires pourraient prendre des décisions surprenantes en matière de dépenses publiques et de fiscalité, décisions qui pourraient être profitables aux marchés financiers.

Toutefois, si l’économie mondiale, et plus particulièrement celle des États-Unis, connaît un ralentissement cyclique, les marchés pourraient être secoués. Une position neutre me semble donc appropriée en ce début d’année.

Pour ce qui est des investisseurs, il est fondamental qu’ils se dotent d’une stratégie bien définie et qu’ils la respectent. Je suis convaincu que ceux qui le feront obtiendront les résultats escomptés.

Sur un plan plus personnel, je suis très optimiste pour l’année 2017 puisque mon épouse et moi attendons la naissance de notre deuxième enfant en mai prochain. Malgré les manchettes parfois sombres qui ponctuent l’actualité, voilà qui me rappelle que le monde des affaires et la société en général demeurent productifs!

Ian Taylor

Ian Taylor, CFA, CIM, est gestionnaire de portefeuille au sein de l’équipe Stratégie de placement chez Gestion financière MD. Il supervise les mandats de répartition stratégique et tactique de l’actif et les fonds communs de placements non traditionnels. De plus, il est membre du Comité du risque et de la répartition tactiques de MD.

Article précédent
Regarder d’autres personnes jouer à des jeux vidéo : oui, c’est du sport!
Regarder d’autres personnes jouer à des jeux vidéo : oui, c’est du sport!

Lorsque j’étais enfant et que je passais des heures à jouer à des jeux vidéo, je m’efforçais (en vain!) de ...

Article suivant
C’est l’heure du bilan de santé : l’évaluation annuelle des gestionnaires de fonds
C’est l’heure du bilan de santé : l’évaluation annuelle des gestionnaires de fonds

Au cours des derniers mois, les gestionnaires de portefeuille de mon équipe et moi-même avons pris la route...