Point de mire : Lutter contre les changements climatiques, un placement à la fois

August 14, 2018 MD

 

Blog image

Fonds d’actions sans combustibles fossiles MDMC

La canicule record que nous avons vécue cet été a alimenté le débat concernant les effets des changements climatiques sur la santé et le bien-être de la population. Partout dans le monde, des investisseurs passent de la parole aux actes et mènent la charge contre les combustibles fossiles en limitant leurs placements dans les sociétés pétrolières, gazières et charbonnières.

Le mois dernier, le gouvernement irlandais a banni les titres de ces sociétés des fonds publics, faisant du même coup de l’Irlande le premier pays souverain à s’engager dans cette voie. Au Canada, à la suite d’un vote de ses membres, l’Association médicale canadienne s’est départie de tous les placements qu’elle détenait dans le secteur des combustibles fossiles, marchant ainsi dans le chemin tracé par la British Medical Association, première organisation du secteur de la santé à prendre des mesures concrètes de lutte contre les changements climatiques.

Tenant compte des préférences de nombreux médecins, MD a pris sur elle de leur proposer des options de placement écologiquement responsables offrant un rendement raisonnable. Voilà pourquoi elle a lancé le Fonds d’actions sans combustibles fossiles MDMC (ainsi que le Fonds d’obligations sans combustibles fossiles MDMC). Le Fonds ne se contente pas d’exclure toute participation dans les sociétés pétrolières, gazières ou charbonnières. Il a aussi pour mandat de rechercher des entreprises novatrices qui offrent des solutions de lutte contre les changements climatiques et contribuent à la diminution de la consommation d’énergie tout en générant des rendements durables à long terme.

Changements climatiques et sélection d’actions

Plutôt que d’appliquer une simple grille pour empêcher les placements dans un secteur pour des raisons éthiques, notre équipe de placement analyse les facteurs fondamentaux des entreprises pour évaluer l’importance de leur empreinte carbonique, entre autres facteurs environnementaux et sociaux.

« Nous n’avons pas de filtre “anti-combustible fossile”. Nous sommes tout simplement des chercheurs d’actions d’entreprises de qualité », déclare Zak Smerczak, analyste et gestionnaire de portefeuille chez Comgest Asset Management International, notre sous-conseiller parisien pour les actions mondiales.

« Les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ou ESG) sont au nombre de ceux qui nous permettent d’évaluer la qualité d’un titre. Ils conduisent à l’élimination rapide des “habituels suspects” : les sociétés de métaux et d’extraction minière, les sociétés de combustibles fossiles, les pétrolières et ainsi de suite, dont la cote ESG est invariablement faible », explique-t-il.

Ces mêmes indicateurs nous font aussi découvrir des entreprises dont les activités ont certes des retombées environnementales, mais qui s’efforcent de changer et d’innover pour réduire leur empreinte carbonique et ainsi accroître leurs ventes et élargir leurs marchés. Voici quelques exemples :

Un vent de fraîcheur : Daikin et la climatisation innovante

Daikin Industries est un chef de file mondial de la climatisation. Elle développe de nouvelles technologies et des réfrigérants écologiques aujourd’hui intégrés à tous ses nouveaux climatiseurs.

La climatisation est notoirement énergivore, mais grâce à la surveillance exercée, Comgest sait que Daikin innove pour réduire son empreinte carbonique tout en stimulant ses ventes. L’entreprise a notamment développé un logiciel qui contrôle plus efficacement la circulation du réfrigérant dans ses appareils afin de réduire la consommation énergétique de ses clients. Cette technologie a un attrait certain pour les constructeurs désireux d’obtenir la certification LEED pour stimuler leurs affaires.

Environ 50 % du bénéfice d’exploitation de Daikin vient maintenant de la Chine, dont le plan quinquennal actuel accorde une grande place à la lutte contre la pollution atmosphérique. Grâce à ses innovations environnementales qui réduisent les émissions de carbone, Daikin est devenue un fournisseur que l’on aime intégrer aux contrats avec la Chine, un autre facteur important d’augmentation des ventes.

Le tout-électrique : Nidec fait vrombir ses moteurs

Le moteur qui fait en ce moment tourner votre disque dur a peut-être été fabriqué par une société dont nous détenons des titres : la société Nidec de Kyoto. Cette entreprise fabrique en effet des moteurs de précision utilisés dans une multitude d’applications, des appareils électroménagers au matériel informatique en passant par les ascenseurs et les automobiles.

Soulignons que l’entreprise développe depuis quelques années des moteurs de véhicule électrique (VE) et hybride et que cette division a généré, selon les estimations, 33 % de la croissance récente de Nidec. L’entreprise se rapproche de sa rivale allemande Robert Bosch GmbH dans le club des fournisseurs mondiaux de pièces d’automobile. La société s’est récemment associée à Groupe PSA et au constructeur automobile Peugeot, qui souhaite électrifier tous ses modèles de véhicules d’ici 2025.

Les VE ne mettront pas fin à la consommation de combustibles fossiles à court terme, mais ils pourraient sûrement ralentir les changements climatiques. Selon Bloomberg, les VE pourraient d’ici 2025 réduire la demande de pétrole d’un million de barils par jour.

Unilever réduit le coût de votre tasse de thé

Malgré son profil non conventionnel, le géant des produits de consommation courante Unilever PLC, en transition vers une exploitation à faible émission de carbone, est un candidat idéal pour le Fonds d’actions sans combustibles fossiles MD.

Outre ses initiatives d’approvisionnement durable et équitable, Unilever entend éliminer les combustibles fossiles de ses activités d’ici 2030 et générer plus d’énergie renouvelable qu’elle n’en consomme. En juillet 2016, l’entreprise a instauré une taxe interne sur les émissions de carbone de ses entreprises et elle investit cet argent pour alimenter ses usines en énergie renouvelable.

Unilever mesure son empreinte carbonique sur l’ensemble du cycle de vie de chaque produit, c’est-à-dire jusqu’au consommateur final, ce qui stimule le caractère innovant de ses produits. « Unilever analyse littéralement le coût et les retombées économiques de chaque tasse de thé que vous vous faites ou de chaque brassée de linge que vous mettez dans votre laveuse », nous apprend M. Smerczak.

« Sur le plan financier, Unilever est très avisée. Elle a compris que le consommateur se soucie de plus en plus des effets de sa consommation sur l’environnement », indique M. Smerczak. Unilever est devenue la destination naturelle des innovateurs et des petites entreprises, qui acceptent volontiers d’être acquises par Unilever, car elles ne risquent pas de perdre leur réputation. Nous en voulons pour exemple l’acquisition récente de Seventh Generation, un fabricant vermontois de produits d’entretien ménager « écologiques ».

Une stratégie de placement saine pour un rendement propre

Nous comprenons que le choix d’un portefeuille sans combustibles fossiles en est un personnel et que cette stratégie ne convient pas à tous. Les politiques sur l’énergie propre et sur les changements climatiques créent beaucoup d’incertitude partout dans le monde. Par conséquent, en matière de placement, il peut être utile d’envisager la question sur un horizon éloigné.

Une vérité demeure cependant : même l’épargnant soucieux de détenir des placements conformes à ses valeurs souhaite obtenir un bon rendement. Voilà pourquoi le Fonds d’actions sans combustibles fossiles MD privilégie les entreprises de qualité qui possèdent un avantage concurrentiel solide et durable.

« Nos choix de placements ne découlent absolument pas du seul désir de pouvoir nous prétendre “écologiques”, insiste M. Smerczak. Par exemple, nous ne ferons pas l’acquisition d’une position dans une entreprise d’énergie solaire juste pour bien paraître alors que, concrètement, l’entreprise survit uniquement grâce aux énormes subventions [publiques] qu’elle touche. »

Entre la création du Fonds il y a deux ans et le 30 juin 2018, le Fonds a généré un rendement de 13,9 %. Son rendement sur un an à cette même date était de 9,4 %. Un placement de 10 000 $ effectué dans le Fonds au moment de sa création, en mai 2016, valait donc 13 116 $ à la fin de juin 2018.

Pour obtenir plus de renseignements sur le Fonds d’actions sans combustibles fossiles MD (ou le Fonds d’obligations sans combustibles fossiles MD), veuillez communiquer avec votre conseiller MD.

 

Article précédent
La situation en Turquie est-elle aussi inquiétante qu’elle le semble?
La situation en Turquie est-elle aussi inquiétante qu’elle le semble?

La Turquie fait la une pour les mauvaises raisons : dépréciation monétaire, forte inflation, déficits, déci...

Article suivant
Sur une note positive, voici les bonnes nouvelles du jour!
Sur une note positive, voici les bonnes nouvelles du jour!

Dans la semaine suivant le choc historique qui a littéralement vaporisé 150 milliards de dollars américains...