Peso dévalué plus Donald Trump égal un Période idéale pour des vacances au Mexique!

October 28, 2016 Mark Fairbairn

Blog image

Contrairement aux 1,9 million de Canadiens qui séjournent bon an, mal an au Mexique, je n’ai pas encore eu la chance de visiter ce pays.

Toutefois, comme le peso mexicain se négocie actuellement à l’un des plus bas niveaux de son histoire, la tentation est forte d’y réserver dès aujourd’hui mes prochaines vacances! Grâce à cette dévaluation du peso, j’obtiendrai beaucoup plus pour chaque dollar (canadien) que j’y dépenserai.

Depuis deux ans, le peso ne cesse de reculer par rapport au dollar américain. Les raisons en sont nombreuses : ralentissement économique, déficit commercial accru, vulnérabilité aux cours pétroliers et lenteur de la réforme en cours.

Plus récemment, le peso a succombé aux affres de la campagne électorale aux États-Unis. La monnaie monte à chaque regain de popularité de Hillary Clinton et redescend aussitôt que celle de Donald Trump augmente.

Ces fluctuations découlent du fait que l’élection possible de Trump le 8 novembre prochain crée de l’inquiétude quant aux perspectives de l’économie mexicaine. Dans la plateforme électorale du candidat, il est question de construire un mur pour bloquer les Mexicains à la frontière et de déchirer l’Accord de libre-échange nord-américain. Le candidat a aussi parlé négativement des entreprises américaines qui investissent au Mexique. Il s’ensuit que chaque fois que la cote de Trump monte dans les sondages, le peso recule.

Nous en avons eu la confirmation pas plus tard qu’aujourd’hui lorsque le FBI a annoncé qu’il rouvrait l’enquête sur les courriels de Clinton après avoir reçu de nouveaux renseignements. Le peso a plongé abruptement, car les marchés ont vu dans cette nouvelle une augmentation des possibilités que Trump soit élu.

Pourtant, au moment où les présentes lignes ont été rédigées, les sondages continuaient de donner Clinton en tête. D’un côté comme de l’autre, les grands discours prononcés pendant une campagne électorale ne sont souvent justement que des discours. Quel que soit le candidat élu, il n’aura pas pour autant carte blanche lorsqu’il prendra les rênes du pouvoir.

Nous gérons activement les actions et les positions en devises des fonds MD qui investissent dans des actions étrangères. L’été dernier, nous avons flairé les possibilités qu’offrait cette faiblesse du peso et nous avons majoré nos positions en pesos mexicains dans nos portefeuilles de titres étrangers. De plus, le volet opportuniste de nos fonds de titres à revenu fixe maintient aussi un engagement modeste au Mexique.

Actuellement, si l’on se fie aux marchés, le Mexique se trouve au cœur d’une crise. Pourtant, il n’en est rien. Les facteurs fondamentaux sous-jacents de l’économie mexicaine sont en effet beaucoup plus solides que ce qui transparaît sur les marchés.

Ayant tiré les leçons qui s’imposaient des crises financières passées, le Mexique a mis en place un train de réformes structurelles de grande envergure. Le pays a notamment adopté un régime de changes flottants, accumulé des réserves en devises et réduit sa dette à court terme.

Pour défendre le peso, la banque centrale mexicaine a majoré les taux d’intérêt de 1,5 % à ce jour cette année, et son taux directeur est de 4,75 % comparativement à 0,5 % au Canada et aux États-Unis.

Le Mexique s’efforce aussi de réduire sa dépendance aux revenus pétroliers et mise de plus en plus sur les produits manufacturés. Les États-Unis sont le plus important partenaire commercial du Mexique et les cycles de l’économie américaine ont donc un effet direct sur ses exportations autres que pétrolières et sur le peso. Logiquement, comme nous jugeons que les perspectives économiques aux États-Unis sont favorables, nous pensons aussi que le déficit commercial du Mexique se rétrécira et que le peso remontera la pente.

À notre avis, le peso est nettement sous-évalué et lorsqu’il rebondira, les portefeuilles MD en profiteront. Mais avant que cette prévision ne se concrétise, j’ai la ferme intention d’aller faire ce voyage au Mexique!

Mark Fairbairn

Mark Fairbairn, CFA, B. Ing., est analyste en placement principal au sein de l’équipe Gestion de placements chez Gestion financière MD. Il est responsable des fonds communs et collectifs d’actions non nord-américaines ainsi que du volet de superposition des devises des fonds d’actions.

Article précédent
Après une disette de 108 ans, les Cubs gagnent!
Après une disette de 108 ans, les Cubs gagnent!

Plus tôt cette semaine, les Cubs de Chicago ont gagné la Série mondiale de baseball en sept matchs spectacu...

Article suivant
Retirés! Élimination presque simultanée des Blue Jays de Toronto et du chef de la direction de Rogers
Retirés! Élimination presque simultanée des Blue Jays de Toronto et du chef de la direction de Rogers

La semaine a été mouvementée chez Rogers! Le 17 octobre, Guy Laurence, président et chef de la direction d...