Médecins résidents : 10 conseils pratiques pour simplifier votre déclaration de revenus

February 13, 2018 Melissa Plunkett

Blog image

Certaines personnes adorent la période des impôts. Elles tirent plaisir de tous ces calculs qui permettent de déterminer si elles recevront un remboursement d’impôt.

À l’inverse, les médecins résidents ont probablement bien d’autres choses en tête en ce moment.

Mais il faut produire sa déclaration de revenus, et la date d’échéance est le 30 avril 2018. Alors, mettez de côté vos feuillets fiscaux et autres documents lorsque vous les recevez pour que tout soit prêt le moment venu.

1. Utilisez un logiciel de déclaration homologué

L’Agence du revenu du Canada publie une liste de logiciels homologués dont vous pouvez vous servir pour produire votre déclaration de revenus au moyen du service IMPÔTNET. Certains de ces logiciels sont gratuits et d’autres, payants (nous supposons que nos lecteurs n’ont pas l’intention de produire une déclaration papier).

2. Faites préparer votre déclaration de revenus à tarif réduit ou même sans frais

Si vous n’avez pas le temps de préparer votre déclaration de revenus, parlez-en à votre conseiller MD. En effet, MD a déjà tout un réseau de professionnels recommandés, y compris des cabinets d’experts-comptables et des fiscalistes compétents partout au pays, qui offrent des services de déclaration de revenus aux médecins résidents à tarif réduit ou même sans frais. 

3. Demandez les crédits d’impôt pour frais de scolarité

Les frais de scolarité payés pendant votre résidence peuvent vous donner droit à un crédit d’impôt non remboursable. De même, les frais engagés pour les examens, la délivrance d’un diplôme, la participation à certains cours de préparation aux examens ainsi que les frais obligatoires de services informatiques peuvent également être admissibles. 

Le gouvernement fédéral a éliminé les crédits d’impôt pour études et pour manuels, mesure qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2017. Toutefois, les crédits inutilisés des années précédentes pourront être utilisés en 2017 et par la suite. En remplacement des crédits pour études et pour manuels, le gouvernement a majoré les bourses d’études canadiennes afin de rendre les études postsecondaires plus abordables pour les étudiants de famille à faible revenu ou à revenu moyen.

4. N’incluez pas les bourses dans vos revenus

Les sommes que vous touchez au cours d’une année donnée sous la forme de bourses d’études, de recherche ou autre peuvent être déduites de votre revenu si vous étiez inscrit dans un programme qui donne droit au crédit d’impôt pour études à temps plein, dans un établissement d’enseignement agréé. En raison de changements apportés à la loi en 2010, les bourses postdoctorales ne sont généralement plus admissibles.

5. N’oubliez pas les intérêts sur vos prêts étudiants

Vous pourriez demander un crédit d’impôt non remboursable sur les intérêts payés sur des prêts reçus en vertu de la Loi fédérale sur l’aide financière aux étudiants ou d’un programme provincial ou territorial semblable. Les intérêts payés sur toute autre créance, comme un prêt bancaire ou une marge de crédit, ne sont pas admissibles à ce crédit. Des crédits d’impôt provinciaux non remboursables peuvent aussi s’appliquer.

6. Demandez une déduction pour vos cotisations syndicales, professionnelles et          autres 

Les sommes versées à une association médicale ou à l’ordre des médecins et chirurgiens d’une province ou d’un territoire donné pour conserver un statut professionnel reconnu par la loi sont généralement déductibles. Les cotisations syndicales payées à une association provinciale de résidents (p. ex., Fédération des médecins résidents du Québec, PARO, Maritime Resident Doctors, etc.) sont habituellement aussi déductibles d’impôt. 

7. N’oubliez pas vos frais de déménagement

Si vous avez déménagé à au moins 40 kilomètres de chez vous pour vous rapprocher d’un nouveau lieu de travail, vous pourriez avoir le droit de déduire les frais de déménagement admissibles des revenus d’emploi gagnés à votre nouveau lieu de travail ou, si vous êtes étudiant, de vos bourses ou de vos subventions imposables.

8. Profitez pour une dernière année du crédit d’impôt pour laissez-passer de                transport en commun

Pour l’année d’imposition 2017, vous êtes admissible à un crédit d’impôt fédéral non remboursable équivalant à 15 % des sommes versées pour les laissez-passer de transport en commun admissibles achetés avant le 30 juin 2017. Le gouvernement a éliminé ce crédit à partir du 1er juillet 2017.

9. Êtes-vous devenu propriétaire? 

Les personnes qui ont acheté une première habitation peuvent demander le crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation (CIAPH), un crédit non remboursable équivalant à 15 % d’une somme maximale de 5 000 $ pour l’année de l’acquisition. Elles pourraient ainsi économiser jusqu’à 750 $

10. Déduisez vos dépenses de frais de garde d’enfants

Si vous avez déjà des enfants, n’oubliez pas que les frais de garderie ou de garde d’enfants et les frais payés aux fournisseurs de services de garde à temps plein sont déductibles jusqu’à concurrence de 8 000 $ par année pour les enfants de moins de 7 ans et de 5 000 $ pour les enfants âgés de 7 à 16 ans. La déduction doit généralement être demandée par le conjoint dont le revenu net est le moins élevé (sauf si cette personne est aux études, si elle est handicapée ou si elle vit séparée de vous).

Communiquer avec un conseiller MD pour plus de détails ou pour qu’il vous recommande un fiscaliste dans votre secteur.

Vous pouvez également consulter le guide complet Des conseils fiscaux pour les médecins et les médecins en formation (édition 2018, pour les déclarations de revenus de l’année 2017).

Melissa Plunkett

Melissa Plunkett est vice-présidente adjointe aux services fiscaux chez Gestion financière MD. Elle et son équipe de professionnels proposent des solutions et des services de planification fiscale et de conformité au groupe de sociétés MD.

Article précédent
En plongée ou en gestion de placements, connaître les risques est vital : pleins feux sur notre sous-conseiller
En plongée ou en gestion de placements, connaître les risques est vital : pleins feux sur notre sous-conseiller

Dans ce portrait, MD présente Julia Wittlin, gestionnaire de portefeuille chez BlackRock, qui gère le Fonds...

Article suivant
Tout est dans l’atteinte de vos objectifs de placement
Tout est dans l’atteinte de vos objectifs de placement

Il est normal de paniquer à la vue d’une forte volatilité des marchés boursiers. Toutefois, si vos objectif...