Le rendement modeste de fin d’année ouvre la porte à une remontée en 2019

January 4, 2019 Ian Taylor

           

L’année 2018 ne s’est pas conclue par un feu d’artifice sur les marchés boursiers mondiaux... Les manchettes récentes ont d’ailleurs été ponctuées de mots comme ralentissement, volatilité et récession.

On aurait espéré un meilleur début d’année — et nous surveillons attentivement la situation — mais quelques raisons importantes justifient notre optimisme pour 2019.

Facteurs incitant à l’optimisme

1) Faible probabilité de récession en 2019

Il a souvent été question au dernier trimestre de 2018 d’une possible récession. Pourtant, les indicateurs économiques pointent dans une direction différente. Outre l’effet à retardement des hausses de taux d’intérêt en Amérique du Nord, la plupart des autres indicateurs annoncent une faible probabilité de récession en 2019.

La croissance économique, l’inflation et la profitabilité demeurent positives, ce qui augure bien pour l’année à venir. Certains signes sur les marchés du crédit semblent annoncer un ralentissement, mais le différentiel de taux reste à un niveau caractéristique d’un contexte propice à la croissance.

2) Prévisions de croissance économique mondiale supérieure

Nous pensons que la croissance mondiale correspondra au potentiel à long terme de l’économie. Elle viendra en bonne partie des États-Unis, surtout au premier semestre, en raison des mesures de stimulation budgétaire (les allégements fiscaux consentis aux particuliers et entreprises qui ont stimulé les investissements des entreprises et les dépenses des consommateurs).

3) Inflation jugulée

Comme ma collègue Marija Majdoub l’a expliqué dans un billet précédent, les craintes inflationnistes semblent exagérées. S’il est vrai qu’elle augmente par rapport aux très bas niveaux d’après la crise financière, l’inflation reste très faible par rapport son niveau d’avant la crise.

Il en va de même pour la croissance des salaires. De plus, le chômage se maintient à des niveaux historiquement bas.

La faiblesse persistante des cours pétroliers pourrait aussi freiner l’inflation.

4) Le faible rendement des marchés en 2018 ouvre la porte à une remontée surprise en 2019

Malgré de solides facteurs fondamentaux, notamment des bénéfices en croissance de 10 % et plus, les marchés ont offert un rendement anémique, voire négatif, en 2018, d’où une possibilité de remontée importante en 2019 si l’économie ou les bénéfices devaient surprendre.

Raisons incitant à la prudence

1) Ralentissement de la croissance et diminution des bénéfices

Par rapport aux niveaux extrêmement élevés de 2017 et 2018, la croissance économique ralentit et les bénéfices diminuent. Un ralentissement de l’économie américaine est prévu, mais la croissance demeurera forte. Dans le sillage de la décélération qui a caractérisé 2018, nous surveillons attentivement les signes de stabilisation dans la zone euro et en Chine.

2) Risque d’erreur de politique monétaire au moment où la Réserve fédérale se rapproche de la fourchette de taux neutre

L’économie américaine a atteint un très fragile point d’équilibre. Le chômage se situe à un niveau historiquement bas et l’inflation est sous contrôle, deux facteurs qui pourraient légitimement inciter la Réserve fédérale à ne pas décréter de nouvelles hausses de taux d’intérêt dans les premiers mois de 2019. Toute fermeté excessive pourrait par inadvertance provoquer une récession.

D’autres banques centrales, notamment la Banque centrale européenne, s’efforcent de mettre un terme aux taux d’urgence très bas décrétés pour soutenir l’économie, un long et lent processus qui s’annonce délicat.

3) Brexit, Chine et OPEP

L’incertitude géopolitique se poursuivra en 2019. Plus elle persistera, plus elle minera la confiance des entreprises et des marchés.

Qu’est-ce que cela signifie pour vous?

Dans l’ensemble, MD est prête à composer avec les développements économiques mentionnés précédemment. Pour l’instant, nous pensons que la conjoncture demeure favorable aux marchés boursiers et que les actions offriront un rendement supérieur à celui des titres à revenu fixe.

Comme toujours, nous vous recommandons de vous en tenir à votre plan à long terme conçu pour générer du rendement pendant la totalité des cycles du marché. Soyez assurés que nous continuons d’analyser la conjoncture et que nous apporterons les ajustements qui s’imposent, le cas échéant.

Si vous désirez obtenir des précisions sur l’état des marchés ou sur votre portefeuille, nous vous invitons à communiquer avec votre conseiller MD.

L’an 2019 est là. Voyons s’il libérera tout son potentiel!

A propos de l'auteur

Ian Taylor

Ian Taylor, CFA, CIM, est gestionnaire de portefeuille au sein de l’équipe Stratégie de placement chez Gestion financière MD. Il supervise les mandats de répartition stratégique et tactique de l’actif et les fonds communs de placements non traditionnels. De plus, il est membre du Comité du risque et de la répartition tactiques de MD.

Plus de contenu de {{subst.}}
Article précédent
Comme prévu, la Banque du Canada laisse les taux d’intérêt inchangés
Comme prévu, la Banque du Canada laisse les taux d’intérêt inchangés

La Banque du Canada a annoncé aujourd’hui qu’elle laissait les taux d’intérêt inchangés – pour l’instant. E...

Article suivant
Lectures des Fêtes : nos billets de blogue les plus populaires de 2018
Lectures des Fêtes : nos billets de blogue les plus populaires de 2018

Les cinq histoires les plus populaires auprès des médecins canadiens sur le blogue de MD en 2018, fruit du ...