Skip to main content

Sans surprise, la Réserve fédérale des États-Unis hausse de nouveau ses taux de 0,75 %

Gros plan de la Réserve fédérale des États-Unis.

Messages clés

  • La fourchette cible du taux des fonds fédéraux a été majorée de 0,75 % (2,25 % à 2,50 %).
  • La Réserve fédérale continuera aussi d’alléger son bilan.
  • Pour juguler l’inflation, d’autres majorations des taux sont prévues.

La Réserve fédérale des États-Unis a annoncé mercredi après-midi qu’elle doublait la hausse décrétée en juin dernier et majorait de nouveau la fourchette cible du taux des fonds fédéraux de 0,75 %. La fourchette cible se situe maintenant entre 2,25 % et 2,50 %. La décision a été approuvée à l’unanimité par les douze membres du Federal Open Market Committee (FOMC) et était dans une large mesure attendue par les marchés.

Le FOMC maintient par ailleurs ses cibles de plein emploi et d’inflation à long terme de 2 %. La Réserve a aussi réitéré qu’elle « s’attend à ce que les hausses décrétées atteignent leurs objectifs » et qu’elle « continuera de délester son portefeuille de bons du Trésor, de titres de créance et de titres hypothécaires d’organismes publics ».

Préoccupations récurrentes Guerre, pandémie et inflation

Selon la Réserve fédérale, les facteurs qui causent la forte inflation n’ont pas changé. « L’inflation demeure élevée en raison des déséquilibres entre l’offre et la demande découlant de la pandémie, de la hausse du prix des aliments et de l’énergie et des pressions sur le coût de la vie. La guerre menée par la Russie en Ukraine inflige aussi d’énormes épreuves à la population et à l’économie. Cette guerre et les événements qui en découlent ajoutent aux pressions à la hausse sur l’inflation et pèsent sur l’activité économique mondiale ».

En juin dernier, la Réserve fédérale a revu ses attentes en matière d’inflation (plus forte à court terme) et de croissance intérieure (moins forte à court terme). La création d’emplois demeure dynamique et le chômage reste bas, mais la Réserve fédérale note que « les indicateurs de consommation et de production ont récemment fléchi ».

Atténuation des risques courus

Les cours boursiers ont légèrement augmenté mercredi en prévision de la hausse des taux de 0,75 %. Bien évidemment, les réactions à l’annonce ont été très modérées, car les marchés avaient déjà intégré cette nouvelle majoration des taux d’intérêt. Si l’on se fie à l’annonce de juin dernier, la Réserve s’attend à ce que le taux médian des fonds fédéraux atteigne 3,4 % d’ici la fin de 2022. Les taux de rendement des obligations américaines demeurent élevés, toutes échéances confondues, et dans le sillage de l’annonce, le dollar américain s’est déprécié par rapport aux autres monnaies fortes.

Nous avons accentué la surpondération des liquidités en portefeuille et sous-pondéré les actions. Selon nos modèles, les perspectives économiques mondiales continuent de s’assombrir et les risques de récession augmentent. Les mesures de l’inflation continuent d’augmenter, ce qui force les banques centrales à hâter le resserrement de leur politique monétaire. L’invasion russe en Ukraine et les restrictions liées à la pandémie en Chine ne font qu’ajouter une couche de complexité à la situation.

Du côté des titres à revenu fixe, nous surpondérons actuellement ceux qui se situent à l’extrémité des échéances longues de la courbe, car nous pensons que les banques centrales ne seront pas en mesure de majorer les taux d’intérêt autant que ce qu’escomptent actuellement les marchés.

Si vous avez des questions sur cette annonce, sur notre positionnement ou sur les éventuelles conséquences pour vous, n’hésitez pas à communiquer avec votre conseillère ou conseiller MD*.

Si vous vous demandez quelles seront les incidences des majorations de taux sur vos finances, au-delà de vos placements, vous trouverez des réponses dans l’article intitulé Hausse des taux d’intérêt et conséquences pour les médecins.

La prochaine annonce de la Réserve fédérale des États-Unis est prévue pour le 21 septembre 2022 et sera accompagnée de la publication du plus récent sommaire des projections économiques.

* « Conseiller MD » désigne un conseiller financier de Gestion MD limitée (au Québec, un conseiller en placement).

L’information ci-dessus ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels en placements ou d’ordre financier, fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant.

À propos de l'auteur

RICHARD SCHMIDT, CFA, est gestionnaire de portefeuille adjoint dans l’équipe Gestion multiactif. Il s’occupe principalement des fonds et des fonds collectifs d’actions nord-américaines.

Profile Photo of Richard Schmidt