La Réserve fédérale des États-Unis laisse les taux inchangés

February 1, 2018 Patrick Ercolano

Blog image

Le 31 janvier, le Federal Open Market Committee (FOMC) a annoncé qu’il avait voté à l’unanimité pour le maintien au niveau actuel (1,25 % à 1,50 %) de la fourchette cible du taux des fonds fédéraux. Largement attendue, cette décision a été un « non-événement » pour les marchés.

Solidité de l’économie et du marché du travail

Dans l’annonce, le FOMC souligne que « le marché du travail continue de se renforcer et que l’activité économique s’intensifie à un rythme soutenu ». Vu les hausses récentes (trois fois en 2017), le maintien des taux à leur niveau actuel semble sensé.

Tous les signes pointent cependant vers une augmentation des taux en mars prochain, puis vers des majorations graduelles dont l’ampleur et le moment exact dépendront de la conjoncture économique réelle et prévue par rapport aux objectifs de plein emploi et d’inflation cible à 2,00 % de la Réserve.

Augmentation prévue de l’inflation

Le refrain est maintenant bien connu : l’inflation demeure peu élevée. Mais le FOMC prévoit cette année une augmentation de l’inflation et sa stabilisation autour du taux cible.

Fin d’une (brève) époque

Ce vote unanime du FOMC met le point final au mandat de quatre ans de Janet Yellen au poste de présidente de la Réserve fédérale des États-Unis. Comme l’a récemment confirmé le Sénat, Jerome Powell prendra la relève à compter du 3 février.

Outre quelques aspects particuliers (brièveté du mandat de Yellen et qualifications de Powell), cette transition n’a rien de remarquable. Powell est en effet membre du Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale depuis 2012 et la plupart du temps, a voté dans le sens des propositions de Mme Yellen.

Les marchés considèrent donc que la nomination de Powell s’inscrit dans la continuité. Toutefois, ses gestes au cours des deux prochains trimestres confirmeront si tel est bien le cas.

Les marchés boursiers américains, aujourd’hui et demain

Les marchés n’ont pas réagi à l’annonce de la Réserve fédérale. Nous continuons de penser que de manière générale, les actions offriront en 2018 un rendement supérieur à celui des titres à revenu fixe, mais inférieur à celui de 2017.

Vu la décision du FOMC de maintenir les taux d’intérêt à leur niveau actuel, aucune modification immédiate de la stratégie de placement n’est requise. Nos portefeuilles continuent de privilégier une surpondération tactique d’actions en général, et d’actions américaines en particulier, par rapport aux autres catégories de titres. Par ailleurs, nos positions sur les marchés boursiers américains sont plutôt défensives, car nous jugeons que l’évaluation boursière de bien des entreprises devrait plafonner prochainement. La décision du FOMC et ses attentes en matière de croissance confirment que l’économie repose sur des bases solides, ce qui continuera de favoriser les marchés boursiers.

Nous entendons évaluer nos portefeuilles et y apporter les ajustements nécessaires selon l’évolution de la conjoncture économique aux États-Unis et plus particulièrement des taux d’intérêt en 2018.

Patrick Ercolano

Patrick Ercolano, CFA, MBA, est gestionnaire de portefeuille au sein de l’équipe Stratégie de placement chez Gestion financière MD. Il supervise les mandats de répartition stratégique et tactique de l’actif et les fonds communs de placements non traditionnels. De plus, il est membre du Comité du risque et de la répartition tactiques de MD.

Article précédent
La chaîne de blocs : le véritable potentiel des cryptomonnaies
La chaîne de blocs : le véritable potentiel des cryptomonnaies

Le week-end dernier, des pirates informatiques ont subtilisé pour 530 millions de dollars américains de NEM...

Article suivant
Topo sectoriel : la petite histoire de deux marchés énergétiques
Topo sectoriel : la petite histoire de deux marchés énergétiques

Pétrole et gaz naturel, voilà deux ressources énergétiques d’intérêt pour un investisseur. MD se penche sur...