L’ALENA est mort, vive l’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC)!

October 5, 2018 Marija Majdoub

 

Blog image

Après 13 mois de négociations, le Canada et les États-Unis ont finalement annoncé dimanche soir dernier que les deux pays, ainsi que le Mexique, s’étaient finalement entendus sur un pacte commercial qui remplacera l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). 

Nous vous présentons donc l’Accord États-Unis-Mexique-Canada AEUMC. 

Le nouvel accord a dans une large mesure été accueilli favorablement, car il rétablira la stabilité sur l’ensemble du continent après plusieurs mois sur la corde raide à craindre une guerre commerciale tous azimuts. L’accord suscite néanmoins de vives critiques de la part de certains groupes d’intérêts canadiens représentant notamment les producteurs agricoles.

Points saillants de l’AEUMC

  • Automobile – Pour favoriser la production locale, l’AEUMC augmente les exigences minimales de contenu régional de 62,5 % à 75 %. Une proportion plus importante des pièces d’un véhicule devront donc provenir d’Amérique du Nord pour que ce véhicule soit exonéré des droits de douane. Le Canada a aussi obtenu un généreux quota d’exportations aux États-Unis d’automobiles et de pièces exonérées de tout tarif.
  • Médicaments – En vertu du nouvel accord, les médicaments biologiques seront protégés contre la concurrence des produits génériques pendant 10 ans.
  • Produits laitiers – Le Canada assouplira l’accès à son marché en permettant aux producteurs américains d’accéder plus facilement aux consommateurs canadiens. Ils auront accès sans tarif à 3,6 % du marché canadien des produits laitiers.
  • Acier – Les tarifs de 25 % et de 10 % sur l’acier et l’aluminium respectivement imposés par les États‑Unis demeurent tout comme les tarifs de représailles imposés par le Canada. Les parties continuent de chercher une solution dans ce dossier.
  • Droits d’auteur – La protection des droits de propriété intellectuelle a été prolongée à 70 ans (plutôt que 50 ans) après le décès de l’auteur en vertu du nouvel accord.
  • Commerce en ligne – Les consommateurs pourront commander jusqu’à 150 dollars américains de marchandises à des détaillants américains sans payer de droit. Le seuil actuel est actuellement de 20 dollars américains. De plus, les commandes de moins de 40 dollars américains ne seront assujetties ni aux taxes de vente provinciales ni à la TPS.
  • Règlement des litiges – L’AEUMC permet à un pays de bloquer des importations s’il estime que le pays d’où proviennent ces marchandises ne respecte pas des règles de commerce équitable. Cette mesure peut être contestée dans le cadre d’un processus d’arbitrage indépendant.
  • Clause d’extinction – Le nouvel AEUMC vient à échéance dans 16 ans. Dans 6 ans, les 3 pays se réuniront pour revoir l’accord et décider s’ils le prolongeront ou non au-delà de l’échéance prévue.
  • Clause d’extinction liée à la Chine – Les partenaires de l’AEUMC ont un droit de révision par anticipation des accords commerciaux conclus par les autres membres de l’accord avec des pays non membres. Cette clause donne aussi aux membres de l’AEUMC qui procèdent à une telle révision de signifier à ce moment un préavis de 6 mois de leur intention de quitter l’AEUMC.

Source : The USMCA explained: Winners and losers, what's in and what's out, Macleans, 1er octobre 2018

Recherche de compromis et apaisement des tensions

Pendant les négociations, le Canada a fait des compromis dans le dossier des produits laitiers, et les États-Unis en ont fait à propos du processus de règlement des litiges. Dans l’ensemble, les négociateurs ont conclu un accord qui est bon et juste pour toutes les parties intéressées. Au-delà des changements et des manchettes, l’AEUMC ressemble au bout du compte beaucoup à l’ALENA qu’il remplace. Les producteurs agricoles canadiens seront probablement légèrement touchés par l’accord, mais celui-ci n’aura de retombées importantes ni sur les marchés ni sur l’économie. 

Un horizon plus clair

En perspective, nous pensons que la Banque du Canada majorera les taux d’intérêt plus tard ce mois-ci et peut-être de nouveau en janvier afin de tuer dans l’œuf toute poussée inflationniste maintenant que l’incertitude liée aux tensions commerciales en Amérique du Nord semble être derrière nous (les marchés s’attendent à 3 majorations des taux au cours des 12 prochains mois). Après l’annonce de la conclusion de l’accord commercial, le dollar canadien s’est apprécié et nous pensons qu’il demeurera à ce niveau légèrement supérieur, car la majoration des taux d’intérêt rendra les titres de créance en dollars canadiens plus attrayants.

 Procédez comme à l’habitude.

Comme nous en avons discuté dans un de nos billets précédents, nous pensons que les marchés boursiers continueront d’offrir un bon rendement dans les mois à venir. Pour l’instant, nous maintenons donc notre décision tactique de maintenir une proportion d’actions canadiennes inférieure à celle de l’indice de référence parce que nous pensons que les marchés boursiers américains et étrangers offriront un meilleur rendement. Les bénéfices des sociétés sont solides partout dans le monde, et aux États-Unis en particulier, et cette tendance se maintiendra probablement.

Dans le cadre de notre processus continu de placement, nous continuerons de surveiller les relations commerciales (particulièrement entre la Chine et les États-Unis) et d’analyser toute retombée éventuelle sur les marchés mondiaux et sur notre stratégie de placement.

Si vous désirez obtenir des précisions sur le positionnement de votre portefeuille, nous vous invitons à communiquer avec votre conseiller MD.

 

A propos de l'auteur

Marija Majdoub

Marija Majdoub, CMA, CFA, is Vice President with the Investment Strategy team at MD Financial Management. She leads the team of portfolio managers and investment professionals responsible for managing the firm’s mutual funds and investment pools, and developing MD’s investment views.

Plus de contenu de {{subst.}}
Article précédent
Dans une perspective de durée, la hausse des taux favorise l’épargnant
Dans une perspective de durée, la hausse des taux favorise l’épargnant

Les taux d’intérêt historiquement bas des dernières années étaient ni plus ni moins la bouée de sauvetage l...

Article suivant
Une stratégie pour surfer sur les hausses et se protéger durant les baisses

Point de mire : Fonds collectif d’occasions tactiques mondiales GPPMDLe stress vous empêche de dormir? Choc...