L’ALENA à l’ère de Netflix

August 25, 2017 Patrick Ercolano

Blog image

L’année où l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) a été signé, il n’y avait pas de Google et il fallait se rendre au club vidéo pour louer un film.

Les négociations entourant l’ALENA s’intensifieront dans les prochaines semaines, et de nombreuses questions se posent sur l’avenir de cet accord de longue date. Quelles en seront les répercussions sur l’économie canadienne? Aurons-nous enfin accès à la version américaine de Netflix (je me croise les doigts)?

Je crois fermement qu’une forme modernisée de l’ALENA sera négociée dans la prochaine année, malgré tout ce que se dit actuellement. Pour certaines industries, le dénouement sera heureux, pour d’autres, un peu moins, mais je suis certain que le Canada peut poursuivre sur son élan de croissance. 

La progression des mégadonnées et de l’intelligence artificielle ouvre la porte à des possibilités majeures pour le Canada. Or, il est capital de faire de la place aux nouvelles industries et de protéger la main d’œuvre et l’environnement. 

La semaine dernière, les représentants du Canada, du Mexique et des États-Unis ont entamé la renégociation de l’ALENA en vue de l’actualiser, même si le président américain, Donald Trump, a réitéré ses menaces de le résilier. Sa rhétorique n’a (jusqu’à présent) pas été prise au sérieux par les marchés, et aucune raison ne justifie une modification de notre stratégie de gestion à long terme.

L’objectif de l’administration américaine est clair : faire pencher l’équilibre en faveur des États‑Unis. Comptabilisant un déficit commercial de 70 milliards de dollars américains avec le Mexique, par opposition à 16 milliards de dollars américains avec le Canada, le gouvernement Trump mettra vraisemblablement davantage de pression sur son voisin du Sud.

L’union fait la force

Le Canada, les États-Unis et le Mexique sont des partenaires commerciaux de nature. Le commerce en Amérique du Nord a plus que triplé depuis la mise en œuvre de l’ALENA, qui est venu lever la majorité des barrières tarifaires et des frontières.

Nous ne faisons pas que vendre nos produits dans les autres pays, nous les fabriquons ensemble; nos économies sont intégrées et la chaîne logistique s’étend de chaque côté des frontières pour répondre aux besoins de tous, de l’industrie aérospatiale à celle de la mode.

Pas si facile de revenir en arrière

Depuis l’ALENA, les industries nord-américaines se distinguent à l’échelle mondiale comme un bloc commercial. Le secteur de l’automobile, notamment, prospère grâce à une chaîne d’approvisionnement intégrée qu’il serait difficile de défaire, même sous le régime « construire américain, embaucher américain » de Trump.

Par exemple, le principal fabricant de pièces d’automobile au Canada, Magna International, dont MD détient des actions, compte 58 usines de fabrication et d’assemblage aux États-Unis et 30 au Mexique. L’entreprise investit davantage au sud de la frontière qu’au Canada (pour en savoir plus sur cette chaîne d’approvisionnement, consultez notre récent article sur le sujet).

Il est temps de régler la question du commerce en ligne

L’ALENA a été conclu avant la montée du commerce et des services en ligne. L’équipe de négociation commerciale du président Trump insiste donc pour que le Canada facilite l’accès des États-Unis à son industrie des télécommunications, entre autres. 

Si l’on prend l’exemple des entreprises de télécommunications, comme Rogers, dans laquelle MD détient des placements, il faudra plus que des discussions commerciales pour modifier considérablement le paysage de l’investissement étranger, selon James Black, vice-président, Actions canadiennes, chez Beutel, Goodman & Compagnie Ltée, un sous-conseiller du Fonds croissance de dividendes MD et du Fonds collectif de dividendes GPPMD.

« Nous pensons qu’il est peu probable que le cadre régissant la propriété étrangère dans le milieu des télécommunications au Canada fasse l’objet de modifications pendant la négociation de l’ALENA. Et même si c’était le cas, il faudrait également modifier la Loi sur la radiodiffusion pour que des étrangers puissent acheter une compagnie de téléphone ou un câblodistributeur, et la radiodiffusion, c’est une vache sacrée. »

Avant de passer la commande…

Les États-Unis revendiquent aussi une réforme de la vente au détail en ligne. Le président Trump souhaite que les Canadiens bénéficient du même plafond d’exemption de taxes de 800 $ que les Américains sur les achats transfrontaliers en ligne. À l’heure actuelle au Canada, seulement 20 $ sont exemptés de taxes.  

Peu importe comment se présentera l’ALENA 2.0, un accord qui tient compte des réalités de 2017, plutôt que de 1994, pourrait être avantageux, tant pour les consommateurs que pour les investisseurs. Après tout, qui n’aime pas dénicher des aubaines en ligne?

À long terme, les politiques commerciales pourraient jouer sur la valeur de certains placements dans des entreprises qui dépendent des exportations américaines pour assurer la croissance de leurs revenus. Nous sommes prêts à ajuster le tir en temps voulu.

Pour ce qui est de Netflix, bien, ce n’est pas si simple. Mais nous ne manquerons pas une minute de l’intrigue de la série ALENA; le prochain épisode s’intitulera Négociations au Mexique et sera diffusé du 1er au 5 septembre.

Patrick Ercolano

Patrick Ercolano, CFA, MBA, est gestionnaire de portefeuille au sein de l’équipe Stratégie de placement chez Gestion financière MD. Il supervise les mandats de répartition stratégique et tactique de l’actif et les fonds communs de placements non traditionnels. De plus, il est membre du Comité du risque et de la répartition tactiques de MD.

Article précédent
Les données, un allié précieux en cas de catastrophe
Les données, un allié précieux en cas de catastrophe

Une assurance est l’une de ces choses ennuyeuses qu’il faut se procurer et que tous souhaitent ne jamais av...

Article suivant
Le secteur des matériaux : un univers cyclique de preneurs de prix
Le secteur des matériaux : un univers cyclique de preneurs de prix

Le secteur des matériaux est souvent négligé, mais en raison de sa nature cyclique, il est susceptible de f...